Les Petites Reines de Clémentine Beauvais

LES PETITES REINES

Résumé

A cause de leur physique ingrat, Mireille, Astrid et Hakima ont gagné le concours de boudins de leur collège. Les trois adolescentes décident d’aller fêter le 14 juillet à l’Élysée, montant à vélo comme vendeuses ambulantes de boudin justement.

C

L’auteure

Née en 1989, enseignante-chercheuse en sociologie et philosophie de l’enfance à l’université de York, dans le nord de l’Angleterre, Clémentine Beauvais a publié des livres pour enfants en France dont « On n’a rien vu venir » chez Alice Jeunesse, « Samiha et les fantômes » et « La pouilleuse ».
Deux de ses albums ont reçu le soutien d’Amnesty International.
« Les petites reines » est élu Meilleur livre jeunesse en 2015. Son dernier roman s’intitule : Ode à la Douceur.
Elle écrit pour tous les âges, des plus petits aux jeunes adultes.

Mon avis

Séduite par son dernier roman Songe à la Douceur et ayant beaucoup entendu parler des Petites Reines, son premier roman ados, je me suis plongée dans l’aventure de ces trois jeunes filles élues Boudins de l’année dans leur collège….. Pas malin Malo mais on est pas forcément malin à 16 ans…. On ne sait pas, on ne sait pas dire, peut être cache-t-on de cette manière des blessures, profondes. Qui peut savoir enfin c’est pas une raison et ces 3 jeunettes se lancent dans une aventure qui va les  libérer même si le but final n’est pas si simple à atteindre.

Comme pour Songe à la Douceur (que j’ai préféré) Les Petites Reines traitent de plusieurs sujets concernant les adolescents sous une écriture humoristique mais qui va bien plus loin qu’elle ne semble  être. Malin, on sourit parfois, on est aussi triste de la bêtise et la méchanceté des êtres humains mais elles sont pleines de ressources, d’espoir et puis à 3 on est bien plus fortes….

Réel talent que cette jeune auteure : elle sait manier le style, moderne, affranchie des techniques utilisées par les adolescents pour communiquer elle atteint ainsi le but : on ne règle pas aussi facilement qu’on le pense ses comptes. Les apparences sont une chose mais la vie impose aussi ses règles. Et puis quelle belle prise de conscience de Mireille (l’héroïne du récit) de l’amour et l’attention que lui porte son beau-père en fin de roman. On est père de tellement de façons et il n’y a pas seulement les liens du sang.

Un livre pour adolescents mais que j’ai lu avec plaisir et qui fait du bien…..

Ma note : ***

Ciao

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.