Une longue impatience de Gaëlle Josse

UNE LONGUE IMPATIENCE

Résumé

Ce soir-là, Louis, seize ans, n’est pas rentré à la maison. Anne, sa mère, dans ce village de Bretagne, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, voit sa vie dévorée par l’attente, par l’absence qui questionne la vie du couple et redessine celle de toute la famille.
Chaque jour, aux bords de la folie, aux limites de la douleur, Anne attend le bateau qui lui ramènera son fils. Pour survivre, elle lui écrit la fête insensée qu’elle offrira pour son retour. Telle une tragédie implacable, l’histoire se resserre sur un amour maternel infini.
Avec Une longue impatience, Gaëlle Josse signe un roman d’une grande retenue et d’une humanité rare, et un bouleversant portrait de femme, secrète, généreuse et fière. Anne incarne toutes les mères qui tiennent debout contre vents et marées.
« C’est une nuit interminable. En mer le vent s’est levé, il secoue les volets jusqu’ici, il mugit sous les portes, on croirait entendre une voix humaine, une longue plainte, et je m’efforce de ne pas penser aux vieilles légendes de mer de mon enfance, qui me font encore frémir. Je suis seule, au milieu de la nuit, au milieu du vent. Je devine que désormais, ce sera chaque jour tempête. »

Mon avis

Il y a des auteurs dont on parle beaucoup et dont on ne garde aucun souvenir une fois lu. Beaucoup de bruit pour rien….

Il y a des auteurs dont on parle peu, pas mais dont le bouche à oreille permet de les découvrir…… Et c’est une rencontre, un rendez-vous, une bulle de bonheur.

Pas de gros battage médiatique, une maison d’édition NOTABILIA, discrète mais qui mérite d’être encouragée en découvrant d’autres auteurs de sa collection, car ce n’est pas le marketing qui fait un bon roman c’est le talent de l’écrivain et de ceux qui le publient. Voilà c’est dit…..

J’ai découvert Gaëlle Josse l’année dernière, au hasard d’une lecture (Le dernier Gardien d’Ellis Island) et depuis je lis tous ses romans avec un plaisir immense, jamais déçu et je parle beaucoup autour de moi de cette auteure si discrète.

Janvier 2018 : nouveau roman….. je me précipite dessus bien sûr : que nous a-t-elle réservé, où va-t-elle nous embarquer ? Et bien me voici sur la côte bretonne, battue par les vents, dans les années 50, le pays vient de sortir de la guerre et se remet tout doucement de ces années d’épreuve. Anne l’héroïne, la principale narratrice, après une période difficile avec la perte de son premier mari pendant le conflit, pense avoir trouvé un peu de stabilité, de confort pour elle et son fils Louis auprès d’Etienne, le pharmacien du village. Mais Louis va disparaître et une longue attente va commencer pour elle, partagée entre l’amour maternel et l’amour pour son mari.

Je ne suis qu’une déchirure. (p79)

Comme pour les fois précédentes, un court roman mais tellement riche, direct, précis, sans broderies inutiles.

Tous les jours je dois m’inventer de  nouvelles résolutions, des choses pour tenir debout, pour ne pas me noyer, pour me réchauffer, pour écarter les lianes de chagrin qui menacent de m’étrangler.(p82)

Le thème est l’attente, insoutenable, difficile, le manque de l’absent et pour le retrouver elle hante les lieux qu’ils ont partagés, eux, tous les deux, seuls avec leur misère mais heureux d’être ensemble et de leur vie simple, où le moindre objet a une histoire, est un souvenir.

 Bien sûr elle aime l’homme qui partage sa vie mais d’un autre amour et puis il y a le déchirement lorsqu’il provoque le départ de Louis. Elle évoque leur vie, son changement de statut dans le village, elle, la veuve remariée au plus beau parti, elle dont l’enfance n’a pas été douce, elle que la vie a malmenée.

Je me demande pourquoi il m’aime tant, et ce qu’il peut bien trouver à une femme comme moi, habitée d’absents, cousue d’attentes, de cauchemars et de désirs impossibles.(p106)

Anne, elle, a ses solutions pour tromper l’attente, sa petite maison, son antre,  ses lettres à Louis, là où il peut être, pour lui parler du jour de son retour et de la grande fête et du repas qu’elle prépare, car il reviendra, elle ne sait pas quand, elle espère, elle, la douce Anne mais qui guette comme une bête le retour de son petit.

De courtes phrases qui se précipitent parfois comme lorsqu’on est sur le fil du rasoir, que l’esprit galope, se perd, tente de comprendre mais surtout quand il est submergé par l’angoisse.

Et puis toujours avec Gaëlle Josse, une pirouette, un emballement et comme dans ses précédents récits on est fauché, déstabilisé. Il ne faut s’attendre à rien avec elle car c’est elle qui décide du moment, du lieu, de la manière.

J’ai dévoré les 130 pages la gorge nouée par les sentiments maternels si bien exprimés, le décor de Bretagne, les paysages, la mer, les sentiments humains et la vie de cette femme sont si biens écrits, on respire l’iode, on sent le vent sur la peau, on voit les bateaux rentrés au port, tous les sens sont sollicités, et l’on ne peut que penser qu’il y a du vécu là-dedans ou pour le moins un gros travail d’observation.

A cette grotte où nous vivons seuls où personne ne peut entrer, à cette part obscure et inavouable que nous portons en nous.(p113)

J’ai rencontré il y a quelque temps l’auteure qui expliquait qu’elle partait d’un détail, d’un lieu pour construire ses histoires mais moi j’ai le sentiment que cette femme a eu mille vies pour pouvoir nous faire partager tant d’émotions, tant de voyages et moi c’est ce que je demande en premier en littérature. Merci Madame.

Aimer c’est aussi aider l’autre à porter le poids qui l’empêche de vivre.(p113)

Ma note♥♥♥♥      COUP DE COEUR

Ciao

 

4 réflexions sur “Une longue impatience de Gaëlle Josse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.