L’ombre de nos nuits de Gaëlle Josse

L'OMBRE DE NOS NUITS

Résumé

 En 1639, plongé dans les tourments de la guerre de Trente Ans en Lorraine, le peintre crée son Saint Sébastien soigné par Irène. De nos jours, une femme, dont nous ne saurons pas le nom, déambule dans un musée et se trouve saisie par la tendresse et la compassion qui se dégagent de l’attitude d’Irène dans la toile. Elle va alors revivre son histoire avec un homme qu’elle a aimé, jusque dans tous ses errements, et lui adresser enfin les mots qu’elle n’a jamais pu lui dire. Que cherche-t-on qui se dérobe constamment derrière le désir et la passion ?

Ma lecture

Je continue ma découverte de Gaëlle Josse (grâce à ma bibliothèque qui les possède presque tous) et de son univers si riche, varié et sensible.

Je pars cette fois-ci en Lorraine, dans la famille du peintre Georges De la Tour, qui entreprend son tableau Sainte Irène soignant Saint Sébastien et à nouveau, comme pour les Heures Silencieuses, l’auteure nous fait pénétrer dans l’oeuvre, afin d’en imaginer la création.

ST SEBASTIEN.jpg

Comme le tableau tout en clair-obscur où la lumière joue un rôle important, où les visages ne vous regardent jamais mais sont concentrés sur les actes, les différents acteurs de ce récit nous éclairent sur leurs pensées. Nous voilà partis pour Lunéville, dans la famille du peintre qui décide de donner à Ste Irène le visage de sa fille Claude, à la servante porteuse de la lanterne celui de Marthe, elle aussi servante et Saint Sébastien sera Jérôme, le fils de voisins. Nous découvrons le quotidien d’une famille d’artiste au 17ème siècle, avec la peste qui rôde, les guerres destructrices, mais surtout le travail de l’artiste, sa recherche, pas à pas, et la composition du tableau se réalise sous nos yeux.

Il y a plusieurs voix qui s’élèvent : celle de Georges De La Tour mais aussi la voix de Laurent, l’apprenti, recueilli par le Maître après la perte de toute sa famille pendant l’épidémie de peste. Doué pour le dessin et attiré par Claude, il nous offre sa vision du Maître, de son travail mais aussi de la vie qui l’entoure.

Elle dit (Madame De La Tour) que le Maître sait peindre les silences.(p17)

Il apprend, il regarde et il admire son Maître. Il en devient une sorte de double.

Parallèlement il y a le récit d’une femme, en 2014, dans l’attente d’un train, venue se réfugier au Musée de Rouen et qui, face à une copie de ce tableau plongera dans ses souvenirs eux-aussi en clair-obscur. Clair pour elle cet amour total, absolu et lumineux pour un homme aux sentiments plus obscurs, brutal parfois et destructeur.

Entre la création d’une oeuvre, son élaboration et la construction d’une relation les mêmes zones d’ombre et de lumière. L’auteure nous révèle avec toujours autant de douceur, de sensibilité ce qu’aurait pu être cette création, ce qu’elle révélera à chacun.

Peut-être parce que je commence à bien connaître l’univers de cette auteure, peut-être parce que l’ambiance ressemble aux Heures Silencieuses, mais j’ai eu moins d’émotions, de ressenti pour ce récit sans pour autant ne pas y prendre beaucoup de plaisir. Il y a comme d’habitude un travail de recherches, cela fourmille de petits faits historiques, c’est une écriture féminine, délicate et précise. Elle a cette faculté d’imaginer, de passer du figé au vivant,  et à travers cela de révéler des tranches de vie en plongeant dans les pensées des figurants , de l’artiste et des quidams.

Mon avis : ♥♥♥/♥

Ciao

Une réflexion sur “L’ombre de nos nuits de Gaëlle Josse

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.