Nous dormirons quand nous serons vieux de Pino Corrias

NOUS DORMIRONS QUAND NOUS SERONS VIEUX

Résumé

Oscar Martello est un producteur autodidacte, devenu une figure incontournable dans le milieu du cinéma italien. Il a le visage d’un bandit rongé par l’insomnie. Pour sauver son dernier film promis à un échec, il a un plan.
Andrea Serrano, son meilleur ami, est un scénariste reconnu qui sait transformer les amours et les meurtres pour le plus grand plaisir des spectateurs.
Jacaranda Rizzi est une actrice, les yeux couleur miel, avec un vide à remplir et un secret à expulser. Une vengeance à accomplir et pas de place pour guérir.

Trois personnages en quête d’identité et d’amour.

Nous dormirons quand nous serons vieux est une radiographie d’une nouvelle dolce vita romaine, plus amère que jamais. Une chronique d’une amitié empoisonnée par la trahison. D’un amour qui appartient au cinéma. De solitudes coûteuses sans remède. De personnages désabusés.

Ma lecture

C’est difficile de parler d’un livre que l’on vient de refermer, quand on fait partie du jury Prix du Meilleur Roman Points 2018, et que l’on a pas grand chose à en dire (d’ailleurs c’est un signe). Je pense que le livre ne correspond pas du tout à mon style de littérature et est-ce de la littérature d’ailleurs.

Bon pour l’écriture, pas grand chose à en dire. Cela se lit, il y a une intrigue, légère, qui est censé tenir le lecteur en haleine. L’histoire : on la connaît : le monde des paillettes, du cinéma est artificiel et est rempli que d’hypocrisie, de pouvoir, d’argent, de drogue, de sexe (nous en avons encore la preuve ces derniers mois à Hollywood). Producteur avide de femmes, de jeunesse, usant de leur pouvoir pour abuser de leur naïveté, scénaristes courant le cachet, réalisateurs imbus d’eux-mêmes et actrices, prêtes à tout pour figurer au générique, marionnettes disciplinées et fragiles. Mais le tout est raconter de façon brutale, sûrement comme l’est cet univers et je n’ai eu du tout envie d’y entrer, pas de cette manière.

Traiter comme sujet les coulisses du cinéma italien peut être intéressant, même si l’on se doute, si l’on imagine que tout n’est pas très reluisant, mais tout au long du récit j’ai eu le sentiment de perdre mon temps, d’avoir compris plus ou moins l’intrigue, tous les protagonistes sont fades, tellement englués dans leur petit monde sous les sunlight, se pensant le nombril de l’univers et ne recherchant que le profit (toujours plus) et la gloire (éphémère). J’ai commencé dans la deuxième partie à m’intéressée à Jacaranda pensant qu’elle allait peut être sauver du naufrage le roman, mais elle aussi m’a perdue, très vite, je l’ai abandonnée sans me retourner.

Consciencieuse je suis allée au bout mais pas de surprise, pas de vrai rebondissement. Bon je m’arrête là car je ne veux pas décourager d’éventuels lecteurs, mais aussi vite que je l’ai lu aussi je vais l’oublier. C’est le genre de livre que j’aurai abandonné très vite en temps normal.

LIVRE LU DANS LE CADRE DU PRIX DU MEILLEUR ROMAN POINTS 2018

Mon avis : ♥♥

Ciao

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.