Vers le phare de Virginia Woolf

LA PROMENADE AU PHARE

Résumé

Des vacances sur une île en Ecosse. Un enfant rêvant d’aller Au Phare. Sa mère, Mrs Ramsay, objet de l’admiration de tous. Une expédition Au Phare dix ans après. La guerre qui entre-temps a laissé un goût amer. Des survivants qui luttent pour combler le vide laissé par l’absence.
Entre résurgences enfantines et souvenirs qui se délitent, Virginia Woolf passe au scalpel les tréfonds de la conscience, en évoquant au travers d’une œuvre poétique les pensées, les délires et les fantasmes de ses personnages.

Ma lecture

Que dire à la fin de la lecture d’un roman de Virginia Woolf tellement on se sent transportée, éblouie par l’écriture si personnelle et si profonde, si minutieuse.

Je reconnais que cette écrivaine n’est peut être pas d’un abord facile. Dans ses romans, pas de grande action, pas de suspens (quoique), pas d’intrigue qui tient en haleine, non mais simplement les déambulations d’un esprit dans des scènes de la vie quotidienne.

C’est un tableau d’une famille anglaise (très largement inspiré des parents de Virginia), un séjour dans une maison qu’ils ont sur une île au large de l’Ecosse. Une maison où chacun aime à se retrouver : les parents et les 8 enfants mais aussi ami(e)s et relations. La maison vit, bruisse tout au long de cette journée dans l’attente de cette promenage, qui aura lieu ou pas, de la nature environnante, omniprésente et vitale pour l’auteure.

Le roman se découpe en 3 parties : la première, la plus importante : La Fenêtre. C’est un état des lieux mais comme toujours Virginia Woolf passe d’une personne à l’autre, nous fait part de ses pensées et de la différence parfois entre celles-ci et l’attitude des personnages.

La deuxième partie : Le temps passe : un certain nombre d’événements sont arrivés et nous retrouvons certains personnages (d’autres ont disparu, de façon très brutale) et la maison est abandonnée et livrée aux effets du temps

La troisième et dernière partie est une sorte d’épilogue : les « survivants » reprennent possession des lieux, font un bilan des 10 années passées, ce qui change et ce qui est immuable, les choix qu’ils ont fait, ce qui reprend et ce qui est oublié.

Mrs Ramsay est le personnage principal, le moteur, celle qui insuffle la vie et l’organisation des journées. Elle propose à son plus fils, James, une promenade, le lendemain au Phare, mais comme souvent, son aigri d’époux évoque que la météo risque de changer et de compromettre cette excursion. Toujours optimiste, Mrs Ramsay pense :

Mais peut-être qu’il fera beau – je crois bien qu’il fera beau. (p39)

Ces quelques mots donnent tout le rythme du livre, c’est doux, les mots flottent et vous vous surprenez, à plusieurs reprises à retrouver des situations vécues : vous dites des mots mais vous pensez le contraire, vous observez les gens autour de vous, vous imaginez leur vie, leur devenir et Mrs Ramsay régente cela parfaitement. Elle organise, planifie, tricote et observe son époux : pourquoi s’est-elle mariée avec lui, il correspond si peu à ce qu’elle est, pourquoi n’arrive-t-elle pas à lui dire qu’elle aime ?

La place de la femme (et des femmes) est prépondérante dans tous les romans que j’ai lus de cette auteure. Mr Ramsay (correspondant au père de Virginia) est un être égoïste, cynique, coléreux,  peu aimant et démonstratif. Il ne pense qu’à terrorisé par ses colères sa famille.

Beaucoup d’éléments de l’enfance de Virginia Woolf sont repris, décortiqués, analysés et sont projetés, transformant ce roman en une sorte d’autobiographie où elle dissèque principalement son amour pour sa mère décédée lorsqu’elle était très jeune, sa patience, sa force, son incompréhension pour ce père, lettré, insensible, pour la vie familiale avec des enfants tournant autour de Mrs Ramsay, qui ne se départit jamais de ce flegme très anglais, faisant les mille gestes de la vie quotidienne mais laissant vagabonder ses pensées.

(..) elle avait souvent l’impression de n’être qu’éponge toute imbibée d’émotions humaines. (p75)

Qui est-on vraiment : l’image que nous montrons ou celle que nous sommes réellement, faut-il se montrer sous sous vrai jour et assumer les conséquences ou faut-il composer avec ceux avec qui nous vivons ?

Nos manifestations, les choses par quoi vous nous connaissez, sont tout simplement puériles. Au-dessous tout est noir, tout est tentaculaire et d’une profondeur insondable ; mais de temps à autre nous montons à la surface et c’est à cela que vous le voyez.(p116)

Comme Lily, peintre, Virginia Woolf prend le pinceau mais un pinceau des âmes, des pensées. Que d’observations des êtres humains, des comportements, de la nature sous une plume fine, raffinée ! Oui ce n’est pas toujours aisé de lire Virginia Woolf : il faut s’isoler, prendre une tasse de thé, se concentrer et se laisser embarquer par une étude, en fin de compte, très journalistique, d’une famille anglaise, du rôle de chacun, de la vie sociale d’une famille du début du 20ème siècle. On apprend beaucoup, on s’aperçoit également que beaucoup de sujets abordés sont encore d’actualité.

J’aime la littérature anglaise, je le dis souvent par son raffinement, l’étude psychologique des personnages, des situations, des lieux, des actes et Virginia Woolf un des plus beaux exemples.

Mon avis : ❤❤❤❤

Editions Folio classique – 368 pages – Traduction Françoise Pellan

Ciao

Publicités

3 réflexions sur “Vers le phare de Virginia Woolf

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s