Premier Amour de Ivan Tourgueniev et autres nouvelles

PREMIER AMOUR

Résumé

Réunis un soir, des amis se racontent leur premier amour.
« J’avais alors seize ans. Cela se passait au cours de l’été 1883. J’étais chez mes parents, à Moscou… » Dans la maison voisine, une princesse, jeune fille à la Tourgueniev, délicieuse, pure et volontaire, s’amuse de ses soupirants jusqu’au jour où elle-même succombe à l’amour.

Ma lecture

Je n’ai jamais réellement abordé la littérature russe et c’est avec Tourgueniev et son Premier amour que j’entre dans ce domaine dont j’entends souvent parler, en bien le plus souvent, mais que j’imaginais hors de ma portée…..Cela me confirme que l’on se met des barrières à tort :  ne pas avoir d’a priori en lecture, tenter soi-même avant de se fermer des portes. Les livres sont une exploration continuelle de nouveaux domaines….

Dans l’édition que j’ai lue qui date de 1970, il y a 6 nouvelles et un poème en prose mais la plus importante est donc Premier Amour, basée sur l’histoire vraie d’un amour de Tourgueniev que l’auteur a transposée dans ce récit d’un romantisme digne de la littérature anglaise.

Pour le narrateur, son premier amour a été son seul vrai amour.  Il a 16 ans, Zinaïda 21, elle est belle, entourée de beaucoup d’hommes mais elle semble inaccessible, de plus en plus distante avec lui. Il découvrira qu’elle cache un secret, et ce secret va ébranler sa vie pour toujours.

Tous les ingrédients sont là : amour, fougue de la jeunesse, beauté, grands sentiments, secret, trahison et révélation. Une écriture magnifique et très accessible. Tourgueniev nous prend à témoin de cet amour, de sa cruauté, et de la blessure qui le marquera à tout jamais (puisque cette histoire est basée sur sa propre vie).

La plume est vive, alerte, sensible, détaillée mais sans ennui, il règne dans ce récit mais dans les autres nouvelles un parfum de surréalisme : les rêves, les esprits etc… ont une place importante. Les sentiments sont exacerbés, violents parfois. La nature est omniprésente, l’auteur plante le décor, les divers éléments nécessaires au climat de l’histoire.

On ressent le désarroi de l’auteur dans cette nouvelle mais aussi dans les 5 autres où il dépeint l’amour contrarié, l’amitié également (Le chant de l’amour triomphant) de l’humour (Toc toc toc) du paranormal (Fantômes, Rêves) mais toujours sur le thème de l’amour impossible, désenchanté. Pour Assez  Extrait du journal d’un peintre défunt c’est un éloge à la beauté de la nature et l’absurdité des humains, peut-être le texte le plus philosophique.

Je vais continuer la découverte des classiques russes pour me faire une opinion plus précise mais je pense y retrouver le même plaisir que dans la littérature anglaise que j’aime tant.

Mon avis : ❤❤❤/❤

Editions Le Livre de Poche Classique – 1970 – 285 pages – Traduction de R.Hofmann

Livre lu dans le cadre d’Objectif PAL d’Antigone

 OBJECTIF PAL

Ciao

Une réflexion sur “Premier Amour de Ivan Tourgueniev et autres nouvelles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.