Les ignorants – Récit d’une initiation croisée de Etienne Davodeau

LES IGNORANTS

Quand on est dessinateur de bande dessinée, on est pas, toujours, connaisseur en vins et encore moins du métier de vigneron. Alors quoi de mieux que de rencontrer un vigneron qui vit dans le même village que vous, et pas n’importe lequel, Richard Leroy, vigneron dans la vallée du Layon, vivant comme sa barbe, au fil des saisons, produisant des vins en biodynamie avec le moins possible de soufre et aucun pesticide. C’est du travail d’artisanat, de professionnel, lui dont la formation de base était dans l’économie qui a découvert le plaisir du vin en emmenant son fils au salon de l’Agriculture à Paris.

Découvrir la profession mais aussi de lui faire découvrir le travail de dessinateur de BD….. Un partage : j’aime bien l’idée….. Donnant/donnant pourquoi pas ? mais Richard est intarissable sur son métier, sur le vin, sur les autres techniques de vinification et moi j’aime bien les gens qui s’investissent, qui croient et qui sont convaincants (mais le travail était en partie fait pour moi).

Une année de rencontres au rythme du travail de la vigne, exigeant, dur, il y a toujours à faire, de dégustations dans plusieurs régions pour mieux comprendre les exigences du métier avec d’autres vignerons.

Etienne arrive l’hiver, au moment de la taille des pieds et il y a tout à tailler, un par un, manuellement.  Il fait la connaissance d’un personnage. Oui Richard est un personnage, une figure. Il s’est investit dans le travail de la vigne comme on entre en religion, dans les coteaux du Layon, il est franc et a son franc-parler. Il déguste, il juge et préfère parfois boire de l’eau qu’un mauvais vin.

Etienne Davodeau va l’emmener, lui aussi, aux quatre coins de l’hexagone pour rencontrer des dessinateurs passionnés également, exigeants et il y aura des points de convergence. Certaines dégustations seront riches de découvertes et je comprends l’impossibilité pour l’auteur d’arriver au bout de plusieurs dégustations à la suite de ne plus arriver à distinguer un vin d’un autre. J’en avais la tête qui tournait parfois.

Richard va lui découvrir plusieurs styles de dessinateurs, certains qu’il apprécie d’autres, au grand dam d’Etienne et de ses amis, qu’il aime moins surtout quand il s’agit d’une référence pour tout le monde ….

Illustrations en noir et blanc, on apprend beaucoup sur les deux professions mais surtout sur le travail du vin….. la taille, les vendanges, la mise en barrique, les traitements (ou non), le travail de la terre et surtout le respect du pied de vigne, son écoute : Richard est un homme de la terre, de la vigne et il écoute, il voit, il sent.

Comme le dit Richard quand il découvre la minutie du travail d’impression d’une BD, je ne pensais que cela demandait autant de travail, de précision et cela s’applique dans les deux professions. Passion, exigence sont les deux mots qui résument le travail de chacun.

C’est un roman graphique de très grande qualité par le côté pédagogique qu’il offre sans oublier une part d’humour et d’auto-dérision.

Je l’ai lu comme on déguste un verre de « bon » vin : peu mais bon, rare mais bon…… mais à consommer sans modération …..

Si vous souhaitez aller plus loin dans la découverte de Richard :

et du projet des Ignorants

❤❤❤❤

Editions Futuropolis – 268 pages – Septembre 2011

Ciao