David Bowie n’est pas mort de Sonia David

DAVID BOWIE N'EST PAS MORT

Lors de ma visite au Printemps du Livre de Montaigu au mois de Mai dernier et suite à l’avis enthousiaste d’Antigone et comme Sonia David était présente sur ce salon voilà beaucoup de raisons pour lesquelles j’ai eu envie de lire ce roman.

Hélène, la narratrice, perd à un an d’intervalle sa mère d’abord, avec laquelle elle a une relation fluctuante, puis son père avec qui la relation est plus douce. Mais entre ces deux deuils familiaux, la mort de David Bowie va s’immiscer comme un chant de la jeunesse qui s’enfuit. Avec ses deux sœurs : Anne et Emilie elles vont devoir prendre en mains les deuils et leurs gestions. 3 sœurs, 3 couleurs, 3 caractères. Deux parents si différents que le couple volera en éclats.

C’est l’occasion pour Hélène de se souvenir de son enfance, des relations des trois sœurs entre elles mais aussi avec leurs parents, son ressenti à l’enfant du milieu. Difficile de trouver sa place auprès d’elles, auprès d’une mère qu’elle ne comprend pas, ce qui entraînera chez Hélène une dépression dans les années de la vingtaine et jusqu’à un séjour en hôpital.

De nous-mêmes, nous avons compris le bénéfice de ces douleurs, pouce, on fait une pause, on sort de la compétition, nous voilà lovées dans une parenthèse de faiblesse, protégées des jugements, des tribunaux, de la conditionnelle, le temps de réclamer un supplément d’attention, de l’indulgence et, bien sûr, un peu de préférence. (p163)

Dans une famille comme dans tout clan, il faut trouver sa place : une mère que l’on a pas aimé, un père vivant dans un autre foyer, deux sœurs si différentes de soi, être l’enfant du milieu au milieu d’un clan.

La perte d’un membre de la famille entraîne la fermeture d’un dossier familial où certains questionnements resteront sans réponse, définitivement. On cherche une trace, une lettre, un mot, un signe de l’attachement que nous portait l’être perdu, y avait-il des raisons, ce que je ressens le ressentait-il aussi, pourquoi, comment ….

Sonia David rend parfaitement les questionnements, les situations, les interprétations de cette famille, d’une famille, de notre famille : chacun y trouvera une petite part de lui-même comme moi je l’ai trouvée. Il y a beaucoup de sincérité, du vécu sûrement car nous pouvons tous y retrouver une partie de nous-mêmes.

Qui n’a pas un jour ou l’autre replongé dans ses souvenirs à l’occasion d’un deuil ou d’un mariage, d’une réunion de famille…. mais la perte d’un membre du clan familial a le pouvoir de mettre les choses à plat : on vide les armoires et les tiroirs, on jette, on trie et ce travail fait remonter une foule de pensées : jeux, disputes, jalousies, relations conflictuelles avec les parents, les frères et  sœurs (sœurs uniquement dans le cas présent). C’est le bilan d’une partie de vie : il n’y aura sûrement plus de possibilité d’obtenir des réponses à part celles que nous pensons détenir. La perte d’un membre : oui voilà la bonne expression : le corps est bancal, des questions resteront sans réponse et l’on devra vivre avec mais cela peut aussi permettre de clore le dossier définitivement et de commencer une reconstruction.

Chacun réagit comme il peut, avec son vécu, ses rancoeurs, son contentieux : certains affrontent d’autres préfèrent fuir, certains se soutiennent d’autres affrontent seuls le vide. On est jamais prêt à affronter cela mais les circonstances ne vous laissent pas le choix.

Je me suis plongée dans cette lecture avec bonheur, elle fait remonter nos propres souvenirs, notre propre vécu familial, par bribes, un souvenir évoqué en fait remonter un personnel. L’écriture est sensible, vivante, on assiste au cheminement de la narratrice dans ses sentiments : amour, colère, incompréhension parfois mais malgré tout j’ai trouvé que le lien familial reste présent, fort à sa manière : caractères et personnalités différentes mais unis dans la perte.

Le décès du père a été pour moi le plus émouvant : le lien avec ses filles, sa relation fusionnelle avec sa deuxième épouse Kirstin et leur fille Juliette même si Anne, la fille aînée n’a jamais accepté ce re-mariage. Cette deuxième union représente l’image familiale parfaite : amour, entente, douceur et respect de chacun.

Le roman se découpe en trois époques : la perte de la mère, du père et de David Bowie, celui qui était le symbole à lui seul des différentes facettes d’une famille, d’une personne.

Nous avons tous et toutes des artistes qui ont symbolisé notre jeunesse, les moments importants de nos vies et leurs pertes provoquent un manque : on pleure leur disparition comme on pleure nos jeunes années, comme si une partie de nous disparaissait avec lui (ou elle). Heureusement leurs musiques restent et à chaque écoute, les images affluent, les émotions et les souvenirs aussi.

Mon avis : ❤❤❤❤

Editions Robert Laffont – 174 pages – Août 2017

Ciao

 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.