America N° 5 – François Busnel et bien d’autres

AMERICA 5

Depuis plusieurs mois ce magazine, cette revue, je la feuillettais dans les librairies, je lisais des chroniques la concernant et donc j’en parlais autour de moi. Comme un signe du destin on m’a offert ce N° 5 « Que reste-t-il de l’Amérique sauvage ? » pour un événement particulier (merci) et au même moment j’ai acheté les numéros  3 – 4  puis le numéro 2 car à la lecture des premières pages j’ai compris que l’instinct, le destin, appelez cela comme vous le voulez, créée des rencontres qui ne sont pas anodines. J’avais peur de ne plus les trouver et le N° 1 rejoindra bientôt mes étagères….. En plus le dos de chaque volume constitue un puzzle représentant la carte des Etats-Unis.

Tout d’abord l’objet : un bel ouvrage comme on disait autrefois….. Une qualité de papier, d’illustrations, pas de publicité (merci !). Il a une petite odeur très agréable : mais oui pour moi les livres ont souvent un parfum…. Vous ne les reniflez pas vous ? Bon d’accord il n’a pas l’odeur des pins, des canyons etc…. et d’ailleurs qu’est devenue l’Amérique, est-elle encore sauvage ?

The Wild, la nature ! Nous sommes nombreux à l’apprécier, parfois un peu moins nombreux à la respecter et encore moins nombreux à en être préoccupés. Et l’arrivée de Trump mais pas seulement car la dégradation des grands espaces ne date d’hier, est particulièrement préoccupante aux Etats-Unis. L’industrialisation à tout va grignote sur elle, l’envahit, la ravage, la pollue.

Le grand intérêt de cette revue, ce mook (publication hybride entre revue, magazine, livre), piloté par François Busnel, c’est d’analyser les événements à travers le regard, la plume, les images des auteurs, photographes de ce pays.

Plusieurs articles m’ont particulièrement touchée : Appalaches, le grand sacrilège par Ron Rash, l’interview de Jonathan Frazen : son travail, son lieu de vie, sa vision de l’Amérique, son Amérique), Margaret Atwood et sa résistance, Osez de Pete Fromm que j’avais découvert dans Lucy in the Sky et qui signe un très bel article et que je vais bientôt retrouvé prochainement grâce aux Editions Gallmeister.

Il y a des chroniques très pertinentes (Augustin Trapenard, le poisson rouge (:-)) et puis William Faulkner, de magnifiques photos de cow-boys urbains, découvrir la Nouvelle-Orléans et…..

Into the wild, pour une plongée dans l’Amérique (mais cela pourrait être un autre pays) des grands espaces, aux paysages grandioses mais qui disparaissent sous les mains des hommes et leurs machines.

J’ai revu (comme quoi le destin) il y a 2 jours Into the Wild de Sean Penn sur W9 : une ode à la nature, aux valeurs, au respect que j’avais espéré revoir en finissant la lecture du magazine car lorsque je l’avais vu au cinéma lors de sa sortie il m’avait fortement marquée et en quelque sorte convaincue de faire des choix de vie mais qui vont bien au-delà de vie ce sont presque des choix philosophiques sans aller aussi loin que le personnage du film (inspiré d’une histoire vraie). Une prise de conscience qu’un certain monde disparaissait, que nous en étions tous la cause, qu’il disparaîtra si nous n’agissons pas, et que tout cela se passe dans l’indifférence quasi générale.

 

Bon mais là je m’égare, je reviens à ma chronique sur la Revue America. Si on aime la littérature américaine (certains articles sont en français et en anglais), si on aime les auteurs américains, les Grands Auteurs, les Belles Ecritures, les prises de position mais aussi comprendre ce qui se passe et ce qui se joue, un conseil : Plongez, tout est clair, on réalise ce qui est en jeu…..

A quoi sert une maison si l’on n’a pas une planète acceptable pour l’y établir.

Henry David Thoreau

Autant vous le dire tout de suite le N° 1 est attendu chez moi d’un jour à l’autre et à mon prochain passage en librairie le N° 6 rejoindra mes étagères (consacré aux femmes : je vais me régaler mais sûrement m’agacer) etc….. et cela pendant 16 numéros puisque la revue éphémère sera éditée le temps du mandat de notre « Cher Trump »……

Mais tout cela fera l’objet d’autres chroniques.

Mon avis : ❤❤❤❤/❤

194 pages – Printemps 2018

Ciao

 

 

 

4 réflexions sur “America N° 5 – François Busnel et bien d’autres

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.