Sujet inconnu de Loulou Robert

SUJET INCONNU

Elle est née dans le Grand Est, région dont elle veut partir dès 8 ans, elle s’en fait la promesse. Là on ne vit pas on survit.

Elle s’installe à Paris avec des espoirs plein la tête avec un seul compagnon : Sam, son doudou, son ami, son confident.

Mais la capitale se révèle bien difficile à pénétrer, elle se retrouve seule, étudiante en psychologie à la fac, avec pour seule relation son voisin de palier, Lucien, ermite solitaire et mystérieux qui écoute Barbara toutes les nuits.

Mais elle va croiser la route de Son Amour, celui qui au premier regard va faire battre son cœur, devenir son unique but, sa raison de vivre, d’être là, va lui révéler le plaisir alors qu’elle croisera également le cancer, la maladie qui détruit sa mère avec qui elle a une relation fusionnelle, celle qui donne toujours des réponses à ses questionnements, celle qui sent les choses et les êtres.

Mais l’amour est aveugle dit-on et Elle va comprendre que l’amour peut être aussi destructeur. Peut-on sortir indemne une relation toxique, trouver sa bouée de sauvetage, son salut, ses repères…..

Ma lecture

Quel récit original d’une histoire d’amour destructrice.

La narratrice relate son parcours, vite, comme ses phrases, dans une sorte d’urgence : vite quitter une région froide, sans émotion, une vie terne et sans vie :

Avec l’ennui, on a le temps ; il n’est jamais pressé. C’est rassurant. (p40)

vite quitter le couple que forment ses parents, fait de disputes et de réconciliations. C’est cela l’amour ??

Je suis l’origine des cris. le début et la fin. Je suis mal partie. (p23)

J’ai retrouvé à travers la partie de sa vie en province et son arrivée à Paris, les sentiments d’ennui que l’on peut ressentir en province, l’impression que rien ne se passe, rien n’arrive, de monotonie. Le rêve de Paris, de son attraction, le sentiment qu’il n’y a que là que l’on va trouver enfin le Graal : les sorties, les amis, les relations, la vie, sa vie.  Mais le constat peut être sévère, brutal et amer : la routine fac-studio, la difficile insertion, la solitude et le contraste entre l’enseignement philosophique et le monde qui l’entoure, les inéquations sont violentes.

Sa rencontre avec Celui qui va bouleverser son existence. Elle commençait à désespérer et douter, il va être celui qui va illuminer son quotidien.Elle plonge  dans cette relation sans réfléchir, elle découvre un territoire, Un Sujet inconnu dont elle veut explorer chaque particule, ressentir chaque émotion, chaque sentiment. Elle a soif et faim de Lui.

Mais la découverte si belle au début peut tourner au désastre. Celui qu’on aimait révèle une face sombre, obscure, destructrice mais elle l’aime, est-elle prête à tout accepter, à se détruire, à s’oublier ? Veut-elle devenir qu’un objet de désir et comment sortir de cet engrenage ?

Elle et Lui, son Amour ne portent pas de noms : inutiles, c’est une histoire parmi tant d’autres, où celui ou celle que l’on aime n’est peut être pas celui ou celle qu’on croyait.

On ressent parfaitement au début la langueur provinciale, l’ennui, l’éclosion de cette jeune fille et ses espoirs, ses rêves. Puis la passion prend la place, l’urgence de l’autre, le besoin vital comme l’eau que l’on boit. Mais passés les premiers mois, peu à peu, l’auteure sèment par petites touches les signes d’alerte. Comprendre, s’enfuir, revenir.

Autre partie très émouvante, le chemin de la maladie de sa mère, la peur qu’elle ressent de la perte, de la douleur, de la dégradation et mutilation du corps qui l’a portée, de celle vers qui elle se tourne habituellement en cas de questionnement. Comment survivra-t-elle si elle la perd ?

Une très jeune auteure (moins de 30 ans) un troisième roman avec quelques éléments autobiographiques peut être (père journaliste), sûrement un regard désabusé sur la vie parisienne, sur ses codes, ses rencontres éphémères et parfois dangereuses, dans les cafés etc….

Une jeune femme ayant encore un pied dans l’enfance, gardant son doudou Sam, comme confident ultime des bonheurs et des douleurs, celui qui sera le dernier rempart à ne pas franchir.

Et puis le travail d’écriture de l’héroïne, comme moyen de survie, peut être un peu idyllique à mon goût, un peu trop facile dans son aboutissement, je le souhaite à tous les auteur(e)s mais oh combien réel comme moyen salvateur.

C’est une écriture originale tout à fait dans le style du récit : jeunesse, urgence, fougue, peur, violence. On ne reste pas indifférent, il y a un sentiment de malaise qui s’installe, on voudrait lui dire : fuit, part, sauve-toi mais elle, elle ne voit que ses yeux noirs et ses lèvres rouges….. Elle l’aime.

Mon avis : 📕📕📕📕

Merci aux Editions Julliard et NetGalley pour cette lecture

Editions Julliard – 173 pages – 16 Août 2018

Ciao

7 réflexions sur “Sujet inconnu de Loulou Robert

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.