Khalil de Yasmina Khadra

KHALIL

Vendredi 13 novembre 2015. L’air est encore doux pour un soir d’hiver. Tandis que les Bleus électrisent le Stade de France, aux terrasses des brasseries parisiennes on trinque aux retrouvailles et aux rencontres heureuses. Une ceinture d’explosifs autour de la taille, Khalil attend de passer à l’acte. Il fait partie du commando qui s’apprête à ensanglanter la capitale.
Qui est Khalil ? Comment en est-il arrivé là ?

Ma lecture

Epigraphe :

Pour accéder à la postérité, nul besoin d’être un héros ou un génie, il suffit de planter un arbre.

C’est une chronique que je vais avoir un peu de mal à rédiger car je suis assez partagée sur cette lecture.

Yasmina Khadra est un romancier à l’écriture fluide et efficace, qui touche, qui émeut, qui peut même faire mal car il peut nous toucher au plus profond de nous. C’est indéniable et il le prouve encore une fois dans ce récit. D’une manière ou d’une autre on ne reste pas indifférent.

Mais je suis plus partagée quant au sujet et à son traitement. Evoquer l’embrigadement d’une jeunesse en parlant uniquement comme cause du manque parental : repères, amour etc….. je ne pense pas que cela soit les seules raisons. Il y a également des événements, des rebondissements qui sont un peu trop faciles (je ne veux rien révéler…..) mais ils sont presque de trop, ce sont des coïncidences extraordinaires !!!

L’islamisme n’est pas l’islam, c’est une idéologie, pas une religion (p55)

Se glisser dans la peau de Khalil, kamikaze, du nord de la France,  et partager avec lui ses doutes, ses peurs, les raisons de son embrigadement (en évoquant les réseaux de Molenbeck…..) et ce qui me gêne ce sont les choix fait par l’auteur assez caricaturaux, trop simples, trop évidents, pour expliquer comment son héros en est arrivé à devenir une machine à tuer.

Quelles raisons y aurait-il dans l’insensé. (p50)

Pourquoi faut-il faire croire que lorsque le muezzin appelle à la prière, c’est l’appel à l’agonie qu’il faut entendre ? (p55)

Utiliser l’actualité pour écrire un roman oui pourquoi pas, pour approfondir, pour offrir un autre regard mais dans ce roman l’auteur offre uniquement comme explication le fait que Khalil n’avait pas l’environnement familial qu’il fallait. Ils étaient trois amis et le seul qui n’a pas versé dans le fanatisme c’est celui dont la mère est présente, aimante, surveillant ses sorties, ses études….. Trop simple à mon avis (et d’ailleurs c’est la seule raison qu’il a donnée hier à LGL confirmant ce que j’avais ressenti et qui m’a gêné.

Et lorsqu’on les exhorte de ne pas semer le chaos sur terre, ils rétorquent qu’ils sont les redresseurs de torts, alors que ce sont eux les fauteurs. (p82)

Il propose malgré tout une bonne restitution des manipulations utilisées par ceux qui les pilotent, aux discours bien huilés, convainquants, à leur présence, leurs diverses ramifications, réseaux etc…. On comprend bien à quel point ces bombes humaines sont fragiles et rêvent d’un ailleurs (paradis) où ils seront enfin reconnus pour ce qu’ils sont, leur bravoure à défaut d’avoir eu le sentiment d’exister sur terre.

Je vais peut-être vous paraître un peu directe mais j’ai le sentiment que Yasmina Khadra a joué un peu la facilité : prendre un événement (les attentats à Paris en Novembre 2015) qui nous ont tous marqués, cruels, sanglants, en faire un récit et une vision de l’intérieur, par un de ceux qui ont déclenché le carnage et en faire un livre avec les rebondissements qu’il faut, là où il faut pour déclencher des émotions, parfois de la compassion vis-à-vis de son héros. Il aurait été plus intéressant de faire une fiction  et d’offrir un développement moins attendu. Je n’ai rien découvert ni appris sauf ressenti un peu d’agacement.

Je l’ai trouvé indulgent essayant de trouver des circonstances atténuantes au poseur de bombes même s’il est sûr qu’il peut en avoir mais il n’offre pas d’autre explication, d’autres pistes, allant jusqu’à inclure des événements assez improbables qui peuvent faire basculer le lecteur dans la compassion et en faire un récit à suspens.

J’aimerai te réconforter, mais tous les mots sont dérisoires devant une tombe.

— C’est peut-être pour cette raison que le silence est de rigueur dans les cimetières. (p136)

Yasmina Khadra a un indéniable talent de narration, une écriture qui transmet les émotions, les sentiments, il utilise les événements de notre monde mais n’offre pas une vision nouvelle, plus élaborée. J’ai trouvé qu’il tombait un peu dans la facilité, voilà c’est cela, trop facile d’expliquer et de justifier de tels actes.

Ma note : 📕📕📕/📕

Merci aux Editions Julliard et NetGalley pour cette lecture

Editions Julliard – 164 pages – Août 2018

Ciao

 

4 réflexions sur “Khalil de Yasmina Khadra

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.