L’Eté fantôme de Elizabeth Holleville

L'ETE FANTOME

Louison et sa grande sœur viennent passer les vacances d’été chez leur grand-mère. Mais malgré l’immense jardin de la maison et le soleil éclatant du sud, la cadette s’ennuie, attendant avec impatience l’arrivée de ses grandes cousines. Lorsqu’elles arrivent enfin, Louison s’aperçoit que ces dernières ont désormais des préoccupations adolescentes et mieux à faire que jouer avec elle. Délaissée, elle reprend ses déambulations solitaires jusqu’au jour où elle fait la rencontre de Lise. Une jeune fille qui n’est autre que le fantôme de sa grand-tante, morte il y a soixante ans dans des circonstances mystérieuses. Restée figée dans cette période de l’enfance que Louison n’est pas pressée de quitter, Lise devient rapidement une confidente. Une amie aux mystérieux pouvoirs…

Ma lecture

La couverture m’a intriguée, le titre également alors je l’ai pris même si l’illustration de la couverture ne correspond pas à ce que j’aime habituellement mais ne fermons pas une porte….

Parler de l’adolescence, des questionnements, de la solitude ressentie quand les plus grands ne veulent pas de vous, quand les adultes ont autre chose à faire, cela a déjà été fait, raconté mais Elizabeth Holleville, dont c’est le premier « gros » roman graphique l’aborde d’une manière originale.

Louison, comme souvent, pense que ce sera encore un été d’ennui et elle se promène dans la maison et le jardin, avec son Troll, son fétiche, son confident, son point de repère. Louison rêve, cauchemarde, voit des ombres, pose des questions mais n’obtient pas des réponses satisfaisantes. Sa grand-mère oublie, volontairement ou pas, peut-être le début de la maladie d’Alzeimer ou peut-être qu’elle utilise ce subterfuge pour ne pas replonger dans la douleur.

La sensibilité de Louison à cet âge ou le corps se transforme, ou la recherche de soi et des autres peut être enrichissante ou désespérante, va faire qu’elle sera à l’écoute des plus petits détails que renferme cette maison, ce jardin, allant jusqu’à voir ce qui n’est plus mais qui a été….

Elle va découvrir que cette grand-mère avait également une sœur, une complice de jeux dans une famille où la violence était présente et qu’elle aussi a été une petite fille espiègle, curieuse.

Les illustrations sont assez noires et par moment il y a un climat assez lourd mais qui colle bien au sujet de fantômes, de présences, d’ombres furtives mais comme je l’ai dit ce n’est pas mon style préféré (moi j’aime plus les illustrations fines, pastel, douces) mais cela ne m’a pas empêchée d’apprécier l’histoire, beaucoup de cases où les textes d’ailleurs ne sont pas nécessaires tant l’ambiance est bien rendue.

Mon avis : 📕📕📕/📕

Editions Glénat – 254 pages – Avril 2018

Ciao

Une réflexion sur “L’Eté fantôme de Elizabeth Holleville

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.