Des femmes qui dansent sous les bombes de Céline Lapertot

LES FEMMES QUI DANSENT SOUS LES BOMBES

Dans ce pays d’Afrique, la guerre civile fait rage et nul destin n’est tracé. Celui de Séraphine s’annonce heureux ? elle épousera bientôt l’homme qu’elle aime ?, mais il bascule lorsque des miliciens saccagent son village. Elle perd alors toute sa famille, et son innocence. Sauvée in extremis grâce à l’intervention d’une faction de l’armée régulière conduite par l’exceptionnelle Blandine, elle se joindra à sa troupe de « Lionnes impavides », qui luttent dans l’espoir fou d’un retour à la paix.

Ma lecture

J’avais tellement aimé ma précédente lecture de Céline Lapertot que j’avais découvert avec Ne préfère pas le sang à l’eau que je voulais découvrir les deux autres ouvrages qu’elle a écrit.

Celui-ci est son deuxième roman (le premier « Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre ») m’attend sur mes étagères mais je vais laisser passer quelques jours car on ne ressort pas indemne d’une telle lecture.

Dès les premières pages, comme précédemment, on entre dans le vif du sujet avec l’attaque du village de Séraphine et le massacre de sa famille : son jeune frère, sa mère et son père qui assistera à son viol avant de mourir.

L’action se déroule en Afrique, mais qu’importe le pays, elle se déroule là mais pourrait se dérouler ailleurs, dans un pays en guerre. Séraphine est une jeune fille de presque 20 ans, qui rêvait d’épouser Sumpun dont elle était amoureuse, les fiançailles étaient proches mais les miliciens qui vont croiser son chemin vont changer le cours de sa vie. Adieu les rêves, plongeon brutal dans la réalité d’une guerre.

Elle a échappé à la mort de justesse, mais n’aurait-elle pas préférer mourir,  et va se trouver projetée dans une armée principalement composée de femmes, les « Lionnes impavides » qui ont toutes subies outrages et violences et qui n’a qu’un seul but, chasser et tuer les miliciens responsables de ses douleurs familiales, physiques et mentales.

Elle partira rejoindre Blandine, la chef de cette armée, celle qui était à son chevet et qui lui a insufflé l’envie de se lever, de marcher, de lutter et de rejoindre celles qui se battent. Elle sera son étoile, son modèle, celle qu’elle voudra devenir.

La marche est notre socle, le fondement de notre petite civilisation. Nous marchons pour vendre, nous courons pour fuir mais nous marchons encore pour tuer. (p22)

Séraphine n’a plus rien à perdre car elle a déjà tout perdu : sa famille, sa vie future car aucun homme ne voudra d’elle désormais et puis elle veut se venger : elle ne veut plus subir, si on la touche : elle tue, si on l’empêche de parler : elle tue, si on l’empêche de penser : elle tue. C’est une véritable machine de guerre.

« Quiconque brise une femme, je le tue.
Quiconque viole une femme, elle le tue,
Quiconque vole l’argent de la récolte d’une paysanne, elle le tue,
Quiconque prétend vouloir la paix en égorgeant les fils et les maris, elle le tue,
Elle le tue,
Elle le tue,
Ce mot ne lui fait plus peur à présent »

Quiconque me marche dessus je le tue,
Quiconque attente à ma vie je le tue,
Quiconque tente de grignoter ma maigre parcelle de vie je le tue,
Je le tue,
Je le tue,
Quiconque dit que les femmes ne savent pas tuer je le tue,
J’ai des griffes plus tranchantes que les petits canifs des miliciens.
Quiconque niera sa qualité d’être humain, elle le tuera

Quiconque se répand sur mon ventre, je le tue. »

Et ce ne sont pas que des mots, car sur sa route elle rencontrera Nerine qu’elle sauvera d’un viol et d’une mort certaine et devra passer aux actes en tuant son agresseur, elle sait désormais qu’elle peut tuer.

Ce que j’aime dans les romans de Céline Lapertot, et plus particulièrement dans celui-ci c’est qu’elle se glisse littéralement dans la peau de ses personnages et s’imprègne de ce qu’ils vivent : pesant le pour, le contre, analysant leurs sentiments, leurs réactions en fonction des événements, des rencontres.

La narration est faite à plusieurs voix, parfois face aux journalistes, comme un reportage. Chacun parle de soi mais aussi des autres ce qui permet d’avoir un regard extérieur sur chaque personnage, confrontant les différents points de vue,les différents ressentis : Séraphine, Blandine, le Docteur Basonga, Nerine, Mélusine avec qui elle nouera une relation oscillant entre doute, jalousie, amitié, car enrôlée alors qu’elle faisait partie d’un groupe ennemi et Kadhi, jeune homme troublé par Mélusine et qui donne une note d’espoir dans toute cette noirceur.

Chacun sa vision : la blessée, la chef, le médecin, la rescapée. Celle qui commence, celle qui sait, celui qui soigne et celle qui n’avait peut être pas le choix.

Il y a la violence, la haine, la détermination de ces femmes qui n’ont plus peur de rien : ce sont les « lionnes impavides » que peut-il leur arriver qu’elles n’ont déjà subi : les larmes, le sang elles savent ce que c’est, on les a amputés de leur vie de femme, parfois d’une future vie de mère, elles n’ont plus rien à perdre que leurs vies et tant qu’elles avancent elles ne pensent pas au passé, elles sont encore en vie.

Les phrases sont courtes, les mots sont durs et implacables, le rythme est soutenu. Pas de faux-semblants, pas d’édulcorant on est dans le vif du sujet, face à ceux qui violent, qui égorgent et qui humilient.

Il y a Blandine, la meneuse, la guerrière, qui détecte au premier regard ceux qu’elle va enrôler dans son armée et qui fait preuve de discernement dans ses choix. Elle se tient droite, elle sait où elle va et qui elle emmène avec elle.

La haine exige tellement moins de force que le pardon. (p159)

Mais elle peut être aussi un colosse aux pieds d’argile car pour tenir ce poste il faut être solide, entière et le combat est rude.

Les femmes dansent sous les bombes mais leurs corps et leurs âmes ont tellement soufferts que la danse n’est pas tendre. Elles sont broyées, blessées mais elles deviennent de vraies guerrières. Elles dansent ensemble, la douleur les unit.

C’est avec le même souffle que j’avais trouvé dans Ne préfère le sang à l’eau que l’auteure nous parle de l’injustice, de la violence, des femmes mais aussi des enfants pris dans la tourmente de la guerre, jeunes, très jeunes, trop jeunes et qui deviennent également des armes de guerre.

Les deux romans que j’ai lus de Céline Lapertot sont des cris sur notre monde, sur sa brutalité, sur les innocents qui payent le plus gros tribut, parce que plus faibles.

Quelle force l’auteure met dans ses récits : on ouvre le livre et malgré les horreurs décrites, on est happé par le récit, on tourne les pages, oscillant entre émotion, douleur et admiration, oui admiration pour ces femmes qui se battent afin d’obtenir, non pas réparation car rien de ce qu’elles ont subi n’est réparable, mais justice pour le mal qu’on leur a fait.

Oui quand on ouvre un livre de Céline Lapertot on part pour un voyage dont on revient bouleversé par le rythme et les mots, par la colère qu’elle glisse dans chacun, c’est une claque mais aussi une prise de conscience.

Mon avis : 📕📕📕📕

Editions Viviane Hamy – 226 pages – Mars 2016

Ciao

4 réflexions sur “Des femmes qui dansent sous les bombes de Céline Lapertot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.