Simple de Julie Estève

SIMPLE

On ne l’appelle jamais Antoine Orsini dans ce village perché au cœur des montagnes corses mais le baoul, l’idiot du coin. À la marge, bizarre, farceur, sorcier, bouc émissaire, Antoine parle à sa chaise, lui raconte son histoire, celles des autres, et son lien ambigu avec Florence Biancarelli, une gamine de seize ans retrouvée morte au milieu des pins et des années 80.
Qui est coupable ?
On plonge à pic dans la poésie, le monde et la langue singulière d’un homme simple, jusqu’à la cruelle vérité.

Ma lecture

Je me souviens lors de la rentrée littéraire avoir lu beaucoup de chroniques sur ce roman mais j’ai attendu un peu avant de la découvrir, je savais de quoi il parlait, je voulais choisir le bon moment pour le lire. Pourquoi, un pressentiment, une prémonition que sais-je mais je me doutais qu’il allait avoir de l’effet sur moi. Bonne pioche. Dès les premières lignes j’ai été embarquée, bouleversée, émue, intriguée, interpellée :

On ne dira pas ici comment il est mort. Ce qui l’a tué. On écoutera dans les odeurs de maquis, de marjolaine sauvage, la voix d’un homme qui, pour certains ou le reste du monde, n’en était pas un tout à fait. (p5)

Le décor est planté : on est en Corse avec son côté sauvage, mystérieux, rude,  nature, dans un petit village où tout le monde se connaît, ou certains ont des côtés obscurs, comme Pierre qui parfois porte une cagoule. Et puis comme parfois dans les petits villages où tout le monde se connaît, il y a un être différent, un simple, vous savez l’idiot du village, celui dont on rit, celui dont on se moque, celui sur lequel on se venge, le responsable de tous les maux.

Là dans ce village c’est Antoine Orsini de son vrai nom, car il a un nom, un prénom même si les autres l’oublient, qui erre de rue en rue, qui furète, qui observe, qui voit mais ne comprend pas toujours tout, mais qui ne peut partager avec personne ses pensées, ses découvertes car personne ne l’écoute, personne ne le comprend, personne ne s’intéresse à lui, c’est le baoul comme ont dit là-bas :

Et alors ils vont gueuler ferme-la le mongol ! Voilà ce qu’ils vont dire à coup sûr, oh ! je sais bien comment ils m’appellent, y a tellement de mots sales dans la langue en français pour causer de moi ! (p6)

Ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce court roman, c’est le travail d’écriture de Julie Estève : se glisser dans la peau d’Antoine, restituer ses pensées, son parler, ses émotions et sentiments, avec réalisme avec ses mots à lui pour nous parler de ce qu’il subit dans sa famille, de son père alcoolique violent, de l’abandon de la part de Pierre, son frère qui a d’autres préoccupations, de Tomasine, sa sœur, qui a fui le village dans l’espoir d’une carrière à Paris.

On a tous rencontré un Antoine enfin moi j’en ai déjà rencontré, dans un village, un quartier, celui dont tout le monde se moque, livré à lui-même, ignoré de tous mais reconnu par eux dès qu’il se passe quelque chose d’anormal dans la communauté.

Dès le début du récit, Julie Estève n’y va pas par quatre chemins, on comprend qu’Antoine est mort et même mort on crache encore sur sa tombe, mais lui il va revenir pour nous révéler, à sa manière, l’histoire de sa vie.

Je n’en dirai pas plus, 116 pages, c’est court mais là c’est intense, moi cela m’a noué le cœur et les « tripes », on sent le drame arrivé, Antoine ne cache rien, il est naïf, il dit les choses comme elles sont, il éprouve des sentiments et les exprime, pas toujours bien, pas toujours au bon moment, pas toujours à la bonne personne, ne distinguant pas ce qu’il faut dire et ce qu’il faut taire et pourtant il détient des vérités. Quand il n’y a pas personne pour l’entendre il part dans la nature, il arpente les collines, il connaît les chemins et il parle à ceux qui peuvent l’entendre : les arbres, une chaise ou Magic, son seul ami….

L’écriture est délicate mais précise et percutante, dans le choix des mots pour restituer l’univers de cet homme, le milieu où il vit, l’ambiance, le parler de chaque personnage. Un exemple, page 108, la succession des mots pour faire ressentir, et c’est très réussi, l’effondrement du monde d’Antoine……

Les dernières pages m’ont chavirée : douleur, tristesse, gâchis, injustice, mais aussi colère sur nous, notre société, sa violence, quelques derniers mots, phrases, chanson sur fond de vérité, qui ne sera jamais révélée.

Quand je découvre un tel roman, je sais pourquoi je lis, pourquoi j’aime lire : pour partir pour un voyage dans les émotions, dans la vie, retrouver des sensations éprouvées, des sentiments vécus, écrits avec justesse, avec poésie mais aussi efficacité, nous faire rêver parfois mais aussi confronter à notre société, aux humains dans toute leur beauté parfois mais aussi dans toute leur noirceur.

Merci à Julie Estève de m’avoir alpaguée, émue, d’avoir si bien raconté Antoine, le simple qui était un poète à sa manière, qui aimait Florence, qui n’aurait pas fait de mal à une mouche et pourtant la souffrance il connaît,  elle fait partie de sa vie mais il ne l’exprime pas ainsi. Il raconte, il nous raconte, sans jugement, simplement ce qu’il vit.

Il avait ce rêve qui dévorait tout. Il faisait avec des fleurs des bouquets qu’il donnait aux autres. Les autres le traitaient de fillette, comme si être une petite fille était une vieille honte. En grandissant, les insultes ont pris du poids, la cruauté des galons. (p110)

Mon avis : 📕📕📕📕/📕  COUP DE ❤

Merci aux Editions Stock et NetGalleyFrance pour cette lecture.

Editions Stock – 116 pages -22 Août 2018

Ciao

7 réflexions sur “Simple de Julie Estève

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.