La papeterie Tsubaki de Ito Ogawa

LA PAPETERIE TSUBAKI

Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l’art difficile d’écrire pour les autres.
Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l’encre, l’enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de vœux, rédige un mot de condoléances pour le décès d’un singe, des lettres d’adieu aussi bien que d’amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.
Et c’est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre de réconciliations inattendues.

Ma lecture

Dès sa sortie ce roman m’a attirée…. Comme beaucoup de passionnés de lecture, je suis aussi très attirée par les rayons papeterie : tout ce qui touche finalement le papier, l’écriture, l’encre, carnets etc….. m’interpellent. Encore plus lorsqu’il s’agit de littérature japonaise (mais en général la littérature asiatique). J’aime sa poésie, son rythme lent, fragile, délicat.

Nous vivons pendant une année, au fil des 4 saisons avec Hatoko Amomiya, la jeune propriétaire de cette boutique, dans une petite ville. C’est son quotidien mais aussi celui de ses voisins, surtout Madame Barbara, que j’ai beaucoup aimée pour sa vivacité, sa truculence, que nous suivons. Il y a des joies, il y a des peines, il y a des secrets, des non dits (et l’on sait qu’au Japon tout est question de silence, de regard…..).

Je n’ai pu m’empêcher de faire le lien entre ce roman et celui de Maylis de Kerangal, Un monde à portée de main car il s’agit là également d’un récit qui fourmille de détails sur le travail d’écrivain public, sur le choix des papiers, des encres, des timbres etc…. Tout à de l’importance quand il s’agit d’un courrier, du message qui veut transmettre, de la personne à qui l’on s’adresse.

Si l’enveloppe est un visage, le timbre est le rouge à lèvres qui donne le ton. En se trompant de rouge à lèvres, on fiche en l’air le reste du maquillage. Ce n’est qu’un petit timbre, mais réellement important. Dans son choix se concentre, dit-on, la sensibilité de l’expéditeur. (p74)

Et Poppo ne manque pas de demandes, des simples mais aussi beaucoup plus originales, pour des vivants mais pas seulement et elle s’en sort très bien.

Les messages d’un ancien amour, qu’on avait précieusement gardés, incapable de les jeter, et dont on se décide enfin à se séparer à l’orée du mariage avec quelqu’un d’autre. Pour autant, difficile de juste les mettre à la poubelle. (p193)

Hatoko est orpheline, n’a jamais connu ses parents a été élevée par sa grand-mère maternelle et la tante Sushiko , jusqu’à ce qu’elle se révolte et quitte celles qui lui ont enseigné, depuis son plus jeune âge, l’art de la calligraphie et du métier d’écrivain public. On comprend très vite qu’il y a des ombres dans cette enfance, des absences et les indices sont laissés au fil des pages.

J’avais forcément changé depuis l’école primaire mais peut-être parlait-elle de ce qui fait ce que nous sommes, ce moi immuable, quoi qu’on y fasse. (p311)

Hatoko vit au rythme des saisons, de ses promenades, des rencontres faites dans sa boutique : chaque demande est étudiée dans ses moindres détails afin de s’imprégner de la volonté de l’expéditeur, du message à transmettre.

Mais il y aussi le thé, je devrais plutôt dire les thés, la cuisine. On retrouve l’art de vivre japonais : douceur, délicatesse, petites attentions, respect des traditions et des générations. Comment ne pas penser aux Délices de Tokyo ou aux Petits Pains de la Pleine Lunequi sont un peu dans le même registre mais dont j’ai beaucoup plus apprécié la poésie et l’ambiance.

Pendant la première partie de ma lecture, qui correspond à l’été et à l’automne, je dois avouer que j’ai trouvé peu d’intérêt à l’écriture : un style assez « télégraphique » : courtes phrases, je ne ressentais pas beaucoup d’émotions, je trouvais l’héroïne assez froide, assez distante, j’étais habituée à plus de poésie dans d’autres lectures asiatiques.

L’ambiance a un peu évolué dans la seconde partie, l’hiver et le printemps, où les différents personnages se dévoilent un peu plus, où les voiles se lèvent, ou Hatoko prend réellement racine dans cette ville, dans son travail et se lie plus intimement avec les autres. Elle s’épanche sur ses sentiments, sa solitude mais cela reste assez superficiel.

Je suis un peu déçue de ma lecture, j’en attendais beaucoup plus. Le dénouement est assez convenu et prévisible. C’est un livre qui peut être mis entre toutes les mains, une écriture accessible et qui est par contre riche d’enseignements sur la rigueur, l’exigence du métier d’écrivain public, des traditions japonaises en fonction des saisons, des fêtes, des lieux, les symboles.

Je vous mets quelques photos des reproductions de lettres qui émaillent le livre, avec certains détails (les larmes sur une des lettres), où tout est analysé, décortiqué (je suis époustouflée en autre par le choix du timbre sur un courrier….)

Un livre de détente, dépaysant, on est transporté à Kamakura, on déambule avec Hatoko dans les ruelles (d’ailleurs il y a un plan en début d’ouvrage), on découvre la nature, la flore, les cerisiers en fleur, mais j’ai eu l’impression d’une lecture déjà faite par le passé avec des histoires similaires : La bibliothèque des cœurs cabossés par exemple.

C’est doux, instructif.  Il plaira à beaucoup, je n’en doute pas,  je l’ai lu avec plaisir mais j’en connaissais à l’avance la construction, la fin, la seule originalité pour moi est le domaine abordé : le métier d’écrivain public et ses rituels.

Mon avis : 📕📕📕/📕

Lecture faite dans le cadre du Comité de Lecture Bibliothèque

Editions Philippe Picquier – Août 2018 – 375 pages

Traduction Myriam Dartois-Ako

Ciao

5 réflexions sur “La papeterie Tsubaki de Ito Ogawa

  1. Je dois avouer que j’aime aussi cette auteure. J’ai eu la chance d’assister à une rencontre avec elle lors d’un festival. Elle dégage exactement l’impression que vous évoquez ressentir à la lecture de ses livres. J’aime aussi retrouver ce décollement du temps propre à la littérature nippone. Une autre vision de la vie, des priorités et de la place à laisser à la tradition… Un exemple ? Merci pour cette critique qui donne envie de découvrir cet ouvrage !

    Aimé par 1 personne

  2. Je viens de le terminer, et j’avoue que je me suis régalée, car j’aime écrire à la main, choisir le papier à lettres, mettre de jolis timbres, etc. Effectivement, le style est simple, l’histoire un peu convenue, mais est-ce si important ? J’ai ressorti mon encre Herbin et mon papier gaufré.
    Bon week end.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.