Une affaire de famille de Hirokazu Kore-Eda

UNE AFFAIRE DE FAMILLE

Au retour d’une expédition de vol à l’étalage avec son fils, Osamu recueille dans la rue une petite fille qui semble livrée à elle-même et qui lutte pour survivre dans le froid glacial. D’abord réticente à l’idée d’abriter l’enfant, la femme d’Osamu accepte de s’occuper d’elle lorsqu’elle comprend que ses parents la maltraitent.
Malgré leur pauvreté, les membres de cette famille semblent vivre heureux, jusqu’à ce qu’un événement inattendu ne révèle leurs secrets les plus terribles…

Ma lecture

Je viens de finir ce livre et je suis tellement émue par ce roman qu’il faut que je vous en parle tout de suite….. Ma façon à moi de mettre sur le clavier toute l’émotion que je ressens en éteignant ma liseuse.

Choisi parce qu’il sort très prochainement sur les écrans (palme d’or au Festival de Cannes 2018 et maintenant je sais pourquoi) et que j’avais entendu à cette époque que la palme était grandement méritée, il était dans la liste des films que je voulais voir.

Je ne peux rien vous dévoiler sur l’histoire car il s’agit d’un très court roman et le résumer c’est en dévoiler très vite l’intrigue. Chers lecteurs, chères lectrices, il va falloir vous contenter du résumé…..

Il y est question d’amour, de beaucoup d’amour, de solidarité, d’entraide, de famille, de générations, de folie mais aussi de souffrances, de violence, d’abandon, de fratrie, de parents.

Comme souvent dans ce type de récit, comme souvent dans la littérature japonaise, voire asiatique, cela commence doucement, d’une situation banale, parfois un peu ubuesque, on se demande où l’on a mis les pieds, qui est cette famille qui vit en marge de la société, qui vit de rapines, vols mais toujours sans violence. Leur « petite entreprise » est bien rodée et ils sont unis comme les doigts de la main. Comme l’indique le résumé, ils recueillent un oiseau tombé du nid, allège ses souffrances et lui font une place au milieu de leur humble maison. Et puis……

J’ai fini ma lecture complètement bouleversée, touchée avec dans la tête beaucoup de d’interrogations sur le thème de la famille, l’amour familial, sur l’humanité qui transpirent de ce récit.

Oui je sais je vous mets l’eau à la bouche mais je ne peux pas en dire plus. je n’ai pas facilement des coups de cœur mais là, en une centaine de pages, l’auteur nous embarque dans une histoire incroyable dont j’ai hâte de découvrir l’adaptation cinématographique et de découvrir le traitement qu’en a fait le réalisateur.

L’écriture est fluide, simple, cela se lit très facilement, on plonge très rapidement dans le quotidien de cette famille, on partage leurs repas, leur philosophie et puis brusquement mais à petites doses, on comprend que les apparences (encore une fois) sont trompeuses.

Pas de grandes envolées poétiques, non simplement le récit de vies de notre époque, c’est habilement construit, distillé,  tout tient dans la manipulation dont fait preuve l’auteur pour se jouer de son lecteur.

Mais où ai-je mis les yeux, bien sûr il y a des petits détails troublants, ce n’est pas du tout ce que je pensais, imaginais, mais bien plus, plus fort…. On passe d’une narration d’une vie loufoque, border line mais douce, faite de pleins de petits moments de bonheur, d’espièglerie qui va se révéler une vie où les règles ne sont plus ce qu’elles doivent être, à ce que l’on a l’habitude de voir mais où chacun a sa vraie place et reçoit ce qu’il est en droit de recevoir, d’attendre et de donner.

Cette lecture me confirme qu’il n’est pas nécessaire d’en faire trop, que tout tient dans la façon de porter un regard autour de soi, d’imaginer au-delà des apparences, de combattre certaines idées reçues, que l’humanité peut être là où on ne l’attend pas. La construction est parfaite, l’histoire nous prend au cœur, aux tripes, je vais la garder longtemps en mémoire.

Je ne vous en dis pas plus, je vous conseille comme toujours de lire avant de voir l’adaptation au cinéma (il sort le 12 décembre), bien sûr l’intrigue vous sera connue mais je pense que la magie opérera une deuxième fois avec moi et je fais confiance au cinéma japonais pour m’émouvoir.

Je vous mets la bande-annonce d’ailleurs, simplement pour vous « appâter », si ces quelques mots ne vous ont pas convaincu…..

 

 

Ils étaient allés ensemble à la mer. Ils avaient vu, ou plutôt entendu, un feu d’artifice. Ils avaient fait un bonhomme de neige. Cela suffisait. Il ne pouvait espérer plus, ou alors, le ciel le punirait. C’est ce qu’Osamu se disait. (p123)

Mon avis : 📕📕📕📕/📕         COUP DE

Merci aux Editions JC Lattes et NetGalleyFrance pour cette lecture

Traduction de Corine Atlan

Editions JC Lattes – 22 novembre 2018 – 127 pages

Ciao

Publicités

9 réflexions sur “Une affaire de famille de Hirokazu Kore-Eda

    • Je ne sais pas si le film est l’adaptation du roman….. Mais en tout cas le thème traité est particulièrement intéressant et la forme aussi car rien n’est révélé. Certaines incohérences, situations laissent penser que cette « famille » est hors norme et c’est au fil du récit que l’on connait la vérité. Je vais voir le film la semaine prochaine. J’ai hâte 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. Alors me concernant, l’enthousiasme est très modéré. Je n’ai pas trouvé l’histoire crédible, comment ces fausses identités peuvent-elles vraiment perdurer sans éveiller le moindre soupçon ? Des passages m’ont touchée, mais je ne suis pas parvenue à adhérer à ce côté rocambolesque de l’histoire…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.