West de Carys Davies

WEST« Sobre et magnifique, ce bref roman hantera longtemps votre imagination. » Claire Messud John Cyrus Bellman, jeune veuf inconsolé, vit avec sa petite fille de dix ans, Bess, dans leur ferme de Pennsylvanie. Un entrefilet dans la gazette locale, faisant état d’une découverte stupéfiante, va le sortir de sa mélancolie et de son désœuvrement : de mystérieux ossements gigantesques auraient été déterrés, quelque part dans le Kentucky. Nous sommes au dix-neuvième siècle, et le continent américain demeure pour une large part inexploré. Qu’y a-t-il donc à l’ouest ? Se pourrait-il que des créatures fantastiques rôdent dans les terres inconnues qui s’étendent au-delà du fleuve Mississippi ? Bellman décide d’en avoir le cœur net et, s’improvisant aventurier, part à la recherche des bêtes sauvages, en compagnie d’un jeune éclaireur indien répondant au nom de Vieille Femme de Loin. Bess, livrée à elle-même et aux bons soins d’une tante revêche, passera de longs moments, penchée sur les atlas de la bibliothèque, à suivre en imagination le périple de son père – sans se douter que les monstres n’existent pas que dans les songes ou aux confins du monde, mais qu’ils sont aussi là, bien réels, à notre porte.

Pourquoi j’ai choisi ce livre

Proposé lors de la dernière Masse Critique Babelio, ce qui m’a séduit c’est la couverture. Tout de suite j’ai pensé qu’il s’agissait d’un récit de découverte, d’aventure, d’exploration. Un premier roman est toujours tentant….

Ma lecture

Découvrir des territoires inconnus, des créatures disparues, se lancer dans une aventure afin de panser ses blessures, afin de grandir aux yeux de ses proches, afin de trouver une raison de continuer.

Comme ce jour (…) où il avait découvert l’article consacré aux os monstrueux : ce jour-là la pensée de tout ce qu’il ne connaissait pas lui avait donné le vertige, et il avait compris qu’il ne pouvait rester chez lui. Il avait été totalement incapable d’expliquer cela à quiconque (…). A présent, il se demandait si cela était dû à la possibilité qu’à travers ces animaux géants, une porte s’ouvre soudain sur le mystère du monde. (…) Il lui arrivait (…) de contempler le ciel (….) et de se demander ce qu’il pouvait bien y avoir là-haut – ce qu’il découvrirait s’il trouvait le moyen de s’y rendre pour jeter un œil. (p80)

XIXème siècle, John Cyrius Bellman, 35 ans, père d’une fillette de 10 ans, Bess, va se lancer dans la traversée d’Est en Ouest du continent américain pour trouver des traces de créatures dont des ossements ont été retrouvés. Tel Donc Quichotte (auquel j’ai beaucoup pensé pendant cette lecture) il se lance dans un voyage périlleux, n’emportant que quelques traces et objets de sa vie passée, pour un voyage d’un an ou ……. deux peut-être, confiant sa fille à sa sœur Julie, femme sévère et revêche.

Se lancer dans un voyage dans l’inconnu afin de soigner ses blessures, de donner un sens à sa vie et renaître aux yeux des autres

On voit qu’il est encore en colère à cause du passé, mais ambitieux pour l’avenir. Impossible de savoir laquelle de ces deux impulsions finira par l’emporter, ou si ces deux élans sont tout simplement liés l’un à l’autre, inséparables ; s’ils forment l’essence de ce qu’il est. (p140)

Il va trouver en un jeune amérindien, Vielle femme de loin, un compagnon et un guide silencieux car aucun des deux ne connaît la langue de l’autre. Grâce à lui, il apprendra la nature, la chasse et la confiance en l’autre.

Ce récit est à la fois un récit d’aventure et un récit « philosophique » sur la quête de soi, la découverte de l’autre, les rêves, les espoirs mais aussi une quête de reconnaissance. Il jette aussi un regard sur l’humanité, abordant les thèmes de la différence, des âmes humaines humaines :  leur beauté pour certaines, leur noirceur pour d’autres.

L’inconnu n’est pas le plus dangereux, l’inconnu n’est pas éloigné….

On avance dans ce premier roman au rythme du pas du cheval et des pensées de John Cyrius, au fil des jours, des mois, des années, des saisons, de ses rencontres, des territoires traversés, du partage du quotidien avec Vielle femme de loin, de leur solidarité indispensable à leurs survies et des pensées de Bess, qui attend ses lettres, qui le suit grâce aux livres et qui compte les jours avant le retour de son père : un an ou ….. deux !

J’ai lu ce récit à la manière d’un conte, une fable, une épopée. j’ai accompagné cet homme dans sa quête, j’ai espéré qu’il trouverait ce qu’il cherche, j’ai tremblé pour Bess, j’ai aimé Vieille femme de loin, son humanité, sa logique, son honnêteté.

L’écriture est limpide, à la manière d’une narration orale, cadencée, simple mais empreinte de lucidité, des phrases courtes, rythmées, efficaces.

Caryes Davis a précédemment écrit deux recueils de nouvelles et l’on retrouve dans la construction et la sobriété de ce premier roman les caractéristiques de cette écriture : installation rapide du contexte, du langage, de l’univers où nous entraîne l’autrice.

C’est un voyage vers l’inconnu, on en revient avec des images, des sensations même si certains personnages et situations sont attendus et sans surprise, on prend plaisir à s’embarquer dans cette chevauchée à travers un continent, à la recherche d’un trésor, on le lit comme un de ces récits d’aventures qui nous font voyager, oublier et rêver.

Une chose vous semblait essentielle jusqu’à ce qu’une autre apparaisse, plus importante. (p144)

Merci à Babelio et sa Masse Critique pour cette lecture

Traduction de David Fauquemberg

📕📕📕📕

Editions Seuil – Janvier 2019 (1ère publication 2018) – 187 pages

Ciao

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s