Je me suis tue de Mathieu Menegaux

JE ME SUIS TUEUn dîner en ville. Au menu, nourriture bio, affaires et éducation des enfants. Claire s’ennuie et décide de rentrer seule à vélo. Elle ne le sait pas encore mais sa vie vient de basculer. Tour à tour victime puis criminelle, Claire échoue en prison et refuse obstinément de s’expliquer. À la veille de son jugement, elle se décide enfin à sortir de son mutisme…

 

 

Pourquoi j’ai choisi de lire ce livre

J’ai entendu parler de ce premier roman lors de la sortie du Malheur du Bas d’Inès Bayard car certains prétendaient qu’il était un copié/collé de Je me suis tue. Je ne sais pas si je lirai Le Malheur du Bas (je ne pense pas) mais celui sorti en 2015  est un roman à questionnement, à suspense. Je l’ai ouvert et je ne l’ai pas lâché……. Un auteur que je vais suivre à coup sûr…..

Ma lecture

Je connaissais le thème du roman mais je ne m’attendais pas à entrer dans celui-ci aussi rapidement. Pas un thème évident à traiter, pas évident de le lire. J’étais un peu sur mes gardes et puis dès les premières pages j’ai été happée par la voix de Claire, par son urgence à nous raconter son histoire. Pas de suspense de ce côté là. Elle est incarcérée depuis deux ans, en plein procès et elle nous laisse présager de son avenir….

Un jour comme un autre, une soirée entre amis comme une autre sauf qu’elle va rentrer seule à vélo, qu’elle va être agressée, violée et qu’après sa vie de Directrice des Relations Humaines, de femme aimée et aimante, ayant pour seul manque celui d’un enfant, va être à jamais bouleversée.

Les phrases sont courtes, souvent interrogatives car les questions sont là,  haletantes. Claire écrit dans l’urgence des heures qui passent, c’est à la fois une confession et une introspection.  Elle met tout à plat, reviennent comme un leitmotiv les « si » : Et si je n’étais pas rentrée en vélib, Et si j’avais attendu Antoine pour rentrer etc…..

Elle qui s’est tue a décidé enfin de parler, enfin, non pas de parler mais d’écrire car l’oral elle ne l’a toujours pas, ne l’a plus, besoin de se confesser afin de s’alléger, de se soulager de ces deux années de silence, de ces deux années où elle n’a fourni aucune explication à son acte. Elle ne demande pas à être comprise mais peut-être finalement à être écoutée, sans jugement. Son jugement à elle, elle l’a fait, elle avoue ses erreurs, ses terreurs, son tourment.

Elle qui menait une sorte de double vie écrit au grand jour ses pensées, son long cheminement, ce qu’elle a dû affronter, ce qu’elle a refusé, les choix qu’elle a assumés.

On passe dans cette lecture par beaucoup de sentiments : horreur, compassion, incompréhension, douleur, interrogation, colère et surprise. Oui surprise car Mathieu Menegaux mène son court récit (137 pages) de main de maître. C’est habilement distillé et percutant. Et si….. Oui finalement tout se résume à Et si…. Le destin est-il parfois finalement le seul responsable.

L’écriture de Mathieu Menegaux est juste, précise, efficace. Claire nous prend à témoin : on entre dans sa vie, son quotidien. L’auteur se glisse parfaitement dans la peau de cette femme meurtrie, il l’incarne, il l’habite, il se laisse envahir par elle, il ressent ses émotions, ses blessures, il comprend et l’accompagne mais ne pense pas pour elle et ne porte pas de jugement et cela est finalement un tour de force. Faire oublier l’auteur et n’entendre que la narratrice.

Un tel roman ne s’oublie pas. On le referme et il y a cet œil qui nous interroge, qui nous suit, agrandi par la peur ou l’horreur : Et toi qu’aurais-tu fait ? L’œil du jugement, de la conscience ?

Je n’ai pas tenu jusque-là pour révéler en public que j’avais joué à l’apprentie sorcière, que j’avais cru pouvoir fabriquer de toutes pièces un miracle, que j’avais échoué lamentablement à être plus forte que le destin et qu’au fond c’était l’idée que ce constat d’échec allait m’accompagner jour après jour qui m’avais conduite à choisir une prison avec quatre vrais murs et des barreaux plutôt que l’enfer d’être confrontée chaque jour au regard de mon violeur. (p126)

📕📕📕📕 COUP DE CŒUR ❤

Editions Points – Janvier 2017 – 137 pages (1ère parution Editions Grasset 2015)

Ciao

9 réflexions sur “Je me suis tue de Mathieu Menegaux

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.