Roissy de Tiffany Tavernier

ROISSYROISSY. Sans cesse en mouvement, tirant derrière elle sa valise, la narratrice de ce roman va d’un terminal à l’autre, engage des conversations, s’invente des vies, éternelle voyageuse qui pourtant ne montera jamais dans un de ces avions dont le spectacle l’apaise.
Arrivée à Roissy sans mémoire ni passé, elle y est devenue une « indécelable » – une sans domicile fixe déguisée en passagère -, qui a trouvé refuge dans ce non lieu les englobant tous.
S’attachant aux êtres croisés dans cet univers fascinant, où personnels navigants ou au sol côtoient clandestins et laissés-pour-compte, instituant habitudes et rituels comme autant de remparts aux bribes de souvenirs qui l’assaillent et l’épouvantent, la femme sans nom fait corps avec l’immense aérogare.
Mais la bulle de sécurité finit par voler en éclats.
Pourquoi j’ai choisi ce livre

Je l’ai repéré lors de sa sortie l’année dernière et comme il est dans la liste des livres sélectionnés pour le Comité de lecture des Bibliothèques, je me dis qu’il n’y a pas de hasard…..

Ma lecture

Deux mondes s’affrontent : l’aérien et le souterrain. L’aérien, celui des départs pour des destinations lointaines, pour le plaisir ou le travail,  et le souterrain celui d’un monde d’exclus, de perdus, d’abîmés qui trouvent là refuge et un peu de chaleur. Parmi eux, Elle, elle ne connaît ni son nom, ni son prénom, elle ne sait pas pourquoi elle arpente depuis 8 mois les couloirs, les zones d’embarquement, comment elle y a échoué,  mais  parfois des flashes sur sa vie passée reviennent….

Quand votre mémoire vous échappe, quand vous n’avez plus aucun repère, que vous errez parmi les autres ombres de nos mondes souterrains, souhaitez-vous revenir à votre vie d’avant, la retrouver ou préférez-vous continuer à errer, à ne pas savoir qui vous êtes à vous contenter du peu que vous ayez plutôt que d’affronter votre passé ?

Robocop, Septante, Titi, Moumoune, Georges, Monsieur Eric, Liam, Joséphine, Josias, et même Vlad, j’en suis certaines, ont été traversés par la même pensée : celle en écho avant ici, d’avoir atteint cette limite au-delà de laquelle pus rien ne peut advenir si ce n’est le retour ses pas ou alors un temps d’arrêt, parce que s’enfoncer un peu plus, ne serait-ce que d’un seul millimètre, reviendrait à tout perdre.

Nous plongeons avec cette femme dans la vie d’un aéroport, celui de Paris Charles De Gaulle à Roissy, plate-forme immense où se croisent des milliers de destins chaque jour et où se glissent également ceux que la vie a laissé sur le bas côté. Ils viennent d’ici ou d’ailleurs, ils ont chacun des zones d’ombre, des souffrances, des cahots.

Elle, elle ne se plaint pas, elle déambule, imagine des aventures, s’invente des départs, des retours, vit au jour le jour, s’attache à Vlad, un yougoslave taiseux qui la protège et l’aime à sa façon.

Mais la rencontre régulière avec Luc,  à toutes les arrivées des vols Rio-Paris va chambouler la routine de ses jours sans but autre que de trouver un peu de nourriture, de voler un sac, une valise, de rester digne en se donnant l’apparence d’une femme comme les autres, une femme sur le départ ou sur l’arrivée.

Je trouvais le sujet intéressant mais j’ai eu du mal à m’immerger dans cette « ville-aéroport » : des énumérations, des phrases courtes, la répétition des prénoms non connus mais lus sur les badges, les annonces publicitaires etc et les nombreux personnages de la faune souterraine, le rythme peut-être, mais il y a un je-ne-sais quoi qui m’a perturbée et qui m’a empêchée de m’intéresser à Elle, à son histoire et à son devenir.

Les interventions des différents personnages et en particulier le cahier de Liam, qui m’est resté complètement hermétique, tout cela donne une ambiance brouillon, qui part et qui se cherche (mais peut-être était-ce le but) mais moi je m’y suis perdue. J’ai tenu à finir le livre afin d’en connaître le dénouement, un peu prévisible et rocambolesque quant à l’histoire d’amour j’ai trouvé cela un peu « tiré par les cheveux »…..

Le sujet était intéressant, parler de ceux qui ont tout perdu, pour des raisons diverses, dont les vies ont basculé à un moment, du jour au lendemain, d’ici et d’ailleurs et qui forment une communauté, les liens qui se tissent entre eux mais dans le cas présent je ne me suis attachée à aucun des personnages ni à leurs histoires. J’ai trouvé que le récit restait à son point de départ, n’avançait pas et tournait finalement en rond.

Dommage.

📕📕

Editions Sabine Wespieser – Mai 2018 – 184 pages

Ciao

 

6 réflexions sur “Roissy de Tiffany Tavernier

  1. Je n’ai pas été très emballée non plus, j’ai trouvé que les différents aspects du roman ne formaient pas un tout très cohérent, notamment le thème de l’amnésie, et l’histoire d’amour. Je l’ai terminé mais pas enthousiaste.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.