L’appartement du dessous de Florence Her kirlemann

L'APPARTEMENT DU DESSOUSDans le petit immeuble parisien du Marais où elle vit depuis des lustres, Hectorine voit d’un jour à l’autre l’appartement du dessous investi par une nouvelle voisine, Sarah. Pour lui souhaiter la bienvenue, la vieille dame dépose une lettre sur le pas de sa porte. Cette missive sera suivie de beaucoup d’autres, retraçant une traversée du XXe siècle incroyable, entre le Cabourg de La Recherche, le Berlin du IIIe Reich et le Paris d’après-guerre.

Mais pourquoi toutes ces lettres? « Un jour, vous saurez », promet la centenaire à Sarah qui se prend au jeu, intriguée par cette voisine invisible dont les confidences laissent percer l’aiguillon d’un douloureux secret…

Pourquoi j’ai choisi ce livre

Lecture proposée par l’auteure. Je suis très sensible à tout ce qui touche les lieux de vie donc le titre m’a interpellée et j’ai dit oui……

Ma lecture

Quelle serait votre réaction si une vieille dame, Hectorine, âgée de 103 ans, vivant dans l’appartement en-dessous du vôtre dans lequel vous venez d’emménager, déposait une lettre sur votre paillasson vous demandant de façon appuyée de lui raconter votre vie et de devenir votre amie ?

C’est ce qui arrive à Sarah, jeune illustratrice de 29 ans et malgré un refus ferme de prime abord, elle va tout doucement prendre goût à cet échange épistolaire, cette « répondance » avec cette voisine qu’elle ne connaît pas, ne voit jamais. Il faut dire qu’Hectorine sait comment l’appâter.

Elle est insistante, à la limite du harcèlement. Petit à petit une relation amicale, douce et tendre va s’installer mais baignée du mystère qui entoure Hectorine et le lien qui les unit.

Quelle est intrigante cette vieille dame non pas indigne mais spéciale ! Elle a tous les culots, elle n’hésite pas à espionner la vie de ses voisins, à porter un jugement sur eux, elle que l’on ne voit jamais, qui n’est qu’une ombre mais qui connaît tout de la vie des occupants de l’immeuble. Comme Sarah j’ai pensé qu’elle était bien indiscrète, agaçante et exigeante car elle pose des questions mais ne répond à aucune !

C’est un roman d’amitié, de tendre amitié qui naît entre une dame qui détient un secret qu’elle ne révélera qu’au fil des lettres, qui sait appâter en accompagnant ses missives parfois d’une douceur, chaque courrier devenant comme une madeleine de Proust pour la jeune femme, entretenant le mystère sur elle mais aussi sur le lien qui les unit paraît-il.

Mais au-delà de la correspondance, les deux femmes vont devenir l’une pour l’autre des confidentes sur leur passé, leur présent et leur futur et vont partager leurs quotidiens ainsi que leurs émois.

Car comme dit Hectorine : « Les émotions sont là pour nous rappeler combien nous sommes vivants ! » et des émotions il y en a. Ce roman a tous les ingrédients pour tenir en haleine ses lecteurs(trices) même s’ils paraissent, pour ma part, assez improbables mais c’est un roman et il est écrit pour nous raconter une histoire et cela fonctionne.

Pour ma part, dès le moment où Hectorine a commencé à dévoiler son passé, ses origines, j’ai eu les pistes qui mèneraient à la vérité ou tout du moins à une partie de la vérité.

J’ai trouvé Hectorine intrusive et curieuse et Sarah très obéissante, pour ma part j’ai élaboré mille stratagèmes qui m’auraient permis de découvrir au moins le visage de cette Hectorine, mais Sarah, elle  ne transgresse pas les règles.

C’est un roman agréable, fluide mais surtout  addictif car le suspens est bien entretenu ….. 103 ans vous imaginez ! Elle en a vu et connu des choses Hectorine, un siècle d’histoire.

Florence Herrlemann évoque une jolie amitié inter-générationnelle, féminine, douce et délicate, avec des parfums d’eau de rose, de madeleines, de cliquetis sur les touches d’une machine à écrire ou d’un ordinateur (à chaque génération son outil…), où les sentiments sont bienveillants, où chacun apporte son expérience et ses conseils.

J’ai passé un agréable moment à accompagner ces deux femmes mais il y a un pan tellement improbable et quelque part prévisible que cela me laisse un peu sur ma faim. J’avais en tête bien d’autres idées sur l’identité d’Hectorine, parfois très farfelues je dois l’admettre mais peut être plus surprenantes, que celle-ci m’a un peu déçue et pas surprise.

Il n’en reste pas moins qu’un roman est fait aussi pour nous raconter une histoire et celui-ci en fait partie. Je connais autour de moi quelques personnes qui aimeront ce genre de récit, à qui je le conseillerais en sachant qu’il plaira.

P.S. à l’auteure : le Pineau des Charentes s’écrit Pineau et non Pinot (car dans ce cas il s’agit pas dans ce cas d’un vin apéritif mais d’un cépage (noir, gris, blanc).

📕📕📕

Merci à Florence Herrlemann et aux Editions Albin Michel pour cette lecture

Editions Albin Michel – Mars 2019 – 252 pages

Ciao

3 réflexions sur “L’appartement du dessous de Florence Her kirlemann

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.