Une femme en contre-jour de Gaëlle Josse

UNE FEMME EN CONTRE-JOUR« Raconter Vivian Maier, c’est raconter la vie d’une invisible, d’une effacée. Une nurse, une bonne d’enfants. Une photographe de génie qui n’a pas vu la plupart de ses propres photos. Une Américaine d’origine française, arpenteuse inlassable des rues de New York et de Chicago, nostalgique de ses années d’enfance heureuse dans la verte vallée des Hautes-Alpes où elle a rêvé de s’ancrer et de trouver une famille. Son œuvre, pleine d’humanité et d’attention envers les démunis, les perdants du rêve américain, a été retrouvée par hasard – une histoire digne des meilleurs romans – dans des cartons oubliés au fond d’un garde-meubles de la banlieue de Chicago. Vivian Maier venait alors de décéder, à quatre-vingt-trois ans, dans le plus grand anonymat. Elle n’aura pas connu la célébrité, ni l’engouement planétaire qui accompagne aujourd’hui son travail d’artiste. Une vie de solitude, de pauvreté, de lourds secrets familiaux et d’épreuves ; une personnalité complexe et parfois déroutante, un destin qui s’écrit entre la France et l’Amérique. L’histoire d’une femme libre, d’une perdante magnifique, qui a choisi de vivre les yeux grands ouverts.

Pourquoi j’ai choisi ce livre 

Parce que j’aime Gaëlle Josse : son écriture, son style, la construction de ses romans, sa sensibilité, son imagination et la diversité de ses récits….. Donc un nouveau roman de Gaëlle Josse je dis oui et je le lis…..

Ma  lecture

Fixer des mots sur le papier pour reconstituer la vie d’une femme comme on fixe un visage sur la pellicule n’est pas chose facile. A la différence d’un clic-clac, l’écriture demande un long travail de recherches puis d’écriture et quand celle-ci n’a laissé d’elle que des milliers de photos, il faut se glisser dans la peau de cette femme photographe, avoir son regard, imaginer ce que fut sa vie et tenter de comprendre qui elle était afin de comprendre son travail.

Il ne reste de Vivian Maier que des milliers de photos et de pellicules, entassées dans des cartons dans un garde-meubles, vendues aux enchères en 2007 et acquises pour 400 $ par John Maloof, agent immobilier. Elle n’a connu de son vivant que le travail de gouvernante chez de riches américains et profitait de l’anonymat offert par les sorties avec les enfants pour photographier les visages d’ inconnus dans les rues de New York ou Chicago ou son propre visage en reflet comme pour se convaincre de son existence.

Gaëlle Josse aime à partir d’un tableau dont un des personnages la touche, se glisser et  imaginer, comme dans L’ombre de nos nuits,  Les heures silencieuses,  leurs vies, entrer dans leurs pensées et construire une histoire où l’imaginaire et la sensibilité de l’auteure fait merveille. Elle devient leur ombre, une sorte de témoin, confidente de leurs états d’âme, de leur vie.

Les visages. Je suis, comme Vivian Maier, fascinée, obsédée par les visages. Par ce qui s’y lit, ce qui s’y dérobe. Approcher un parcours de vie, un chemin, une histoire. Approcher le grain de peau, le battement du cœur, du sang, le souffle, la sincérité d’une expression, le surgissement d’une émotion, suivre le tracé d’une ride, d’un frémissement des lèvres, d’un battement de paupières. Saisir les conflits intérieurs qui s’y jouent, les passions qui y brûlent, les douleurs qui affleurent, entendre les mots qui ne seront pas dits. Accompagner quelques êtres qui courent vers leur destin et nous interrogent sur le nôtre. (p90)

Gaëlle Josse, comme vous et moi, à la vue d’un tableau, une photo, à l’écoute d’une musique, imagine la vie de ceux qui y figurent, qui l’ont créé.

Je la vois, passant ses journées sur le pont, curieuse de tout, soucieuse de fuir la cabine….. (page 46)

Née à New-York en 1926 mais ayant des racines maternelles dans les Hautes Alpes, Vivian Maier rejoint à 17 ans sa mère à New York puis, après quelques allers-retours entre la France et les Etats-Unis, elle s’installera à Chicago. Comme souvent, une rencontre sera déterminante dans sa vie : celle d’une amie de sa mère Jeanne Bertrand, photographe, qui lui offre son premier appareil.

Cette gouvernante/photographe possède tous les ingrédients pour construire un roman : une enfance sûrement marquée par le divorce de ses parents, son éloignement pendant son enfance puisqu’elle vivait en France et sa mère à New-York,  sa séparation avec son frère Charles (Karl), un rapport aux hommes très distant peut-être dû à son père, un américain dévoyé, un sentiment d’insécurité, une vie de femme solitaire, démunie, mettant toute son énergie à fixer ses journées à travers les photos de son quotidien dans les rues des villes américaines sans autre but, semble-t-il, que de photographier, de saisir l’instant.

Son travail photographique accorde une large place aux femmes âgées. On ne photographie rien par hasard. Un artiste poursuite ce qui le hante, l’obsède, le traverse, le déchire. Rien d’autre. Vivian Maier est avant tout une artiste, même si elle n’en revendique rien. (p68)

Pourquoi telle œuvre plutôt qu’une autre, tel visage plutôt qu’un autre, impossible de le dire, cela se passe entre l’œuvre et vous,  mais dans le cas de Vivian Maier, ce visage hermétique, inexpressif, laisse un champ des possibles immense.

Même si j’ai retrouvé avec plaisir l’écriture de Gaëlle Josse, sa sensibilité,  je suis restée à distance de ce récit. Est-ce dû au fait qu’il ne reste de Vivian Maier que ses photos et pratiquement aucune information sur sa vie, mais la répétition des interrogations, des questions le plus souvent sans réponse donnait à l’ensemble un goût d’inachevé. J’ai eu le sentiment que l’auteure oscillait entre réalité et suppositions sans vraiment prendre un chemin définitif.

Pourquoi ne pas en faire un roman d’imagination totale, une fiction basée sur le peu de faits connus, sur les photos et imaginer ce que fut sa vie de cette nounou ou bien s’attarder sur une photo et en construire une divagation comme c’est si bien le faire l’auteure, plutôt qu’une énumération des événements connus de sa vie et de suppositions.

Par contre les dernières pages dans lesquelles Gaëlle Josse fait le parallèle entre son travail et celui de la photographe, sont sublimes et j’y retrouve toute la sensibilité de l’auteure :

Les visages. Je suis, comme Vivian Maier, fascinée, obsédée par les visages. Par ce qui s’y lit, ce qui s’y dérobe. Approcher un parcours de vie, un chemin, une histoire. Approcher le grain de peau, le battement du cœur, du sang, le souffle, la sincérité d’une expression, le surgissement d’une émotion, suivre le tracé d’une ride, d’un frémissement des lèvres, d’un battement de paupières. Saisir les conflits intérieurs qui s’y jouent, les passions qui y brûlent, les douleurs qui affleurent, entendre les mots qui ne seront pas dits. Accompagner quelques êtres qui courent vers leur destin et nous interrogent sur le nôtre. (p90)

Avant la sortie du livre, j’avais vu un documentaire sur l’exposition se déroulant jusqu’à la fin du mois de mars 2019 à la galerie Les Douches à Paris, qui m’avait interpellée sur la personnalité de cette femme qui n’avait pas pris, le plus souvent, la peine de développer ses pellicules, une manière peut-être, de vouloir rester dans l’ombre et pour qui comptait seulement l’instant fixé…..

📕📕📕

Merci aux Editions Noir sur Blanc/Notabilia et à NetGalley France pour cette lecture

Editions Noir sur Blanc/Notabilia – Mars 2019 – 101 pages

Ciao

6 réflexions sur “Une femme en contre-jour de Gaëlle Josse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.