Viens voir dans l’Ouest de Maxim Loskutoff

VIENS VOIR DANS L'OUESTDans une région isolée et sauvage du nord-ouest des Etats-Unis, l’occupation armée d’une réserve naturelle tourne d’abord à la confrontation entre forces de l’ordre et locaux, puis à la guerre civile. C’est sur la toile de fond d’une Amérique désunie et au bord du gouffre que Maxim Loskutoff explore dans ses nouvelles des vies ordinaires marquées par la solitude et la fragilité des sentiments.

 

Ma lecture

Viens je t’emmène dans l’Ouest des Etats-Unis découvrir à travers douze nouvelles de Maxim Loskutoff la vie des êtres qui y vivent. Dans ces grands espaces règnent la violence et le désespoir.

L’auteur nous parle de son Amérique, celle des armes, celle des milices, celle de ceux qui veulent imposer leurs lois, celle du plus fort, celle où la nature règne en maître mais qui disparaît peu à peu, celle où l’on chasse, tue, aime, celle où l’on joue à qui perd gagne, celle où les parents sont désarmés, celle où les enfants grandissent trop vite.

Avec en introduction une folie américaine, celle d’un trappeur solitaire en 1893, qui tombe amoureux d’une ourse et ne supportera pas de partager son amour, Maxim Loskutoff plante le décor : nature, faune, armes, humains.

Et puis après cette première nouvelle c’est l’Amérique d’aujourd’hui, celle qu’il veut nous montrer où le rapport à la nature et aux autres change. Ce n’est plus forcément une confrontation d’homme à animal mais une guerre entre humains. Dans presque toute les nouvelles, l’évocation de La Redoute qui rassemble la révolte des désabusés, de ceux qui veulent faire régner leurs lois, leurs idées, qui arme ceux qui se sentent floués, abîmés, abandonnés, déçus et qui ne demandent qu’à prendre leur revanche.

C’est une Amérique sombre, celle des désillusions, de la violence, des armes et de la solitude car c’est finalement le thème principal qui ressort de l’ensemble. Ils sont seuls, abandonnés à leur sort, les promesses n’ont pas été tenues et ils cherchent parfois par l’usage de la force à rétablir ce qui leur semble une justice.

La nouvelle « Comment tuer un arbre » est très représentative du sentiment de beaucoup des personnages de ces nouvelles : seule et mal dans son jeune couple, l’héroïne veut abattre un pin qui se trouve devant sa maison. Trouver un moyen de déverser toute sa hargne, sa violence, tout ce que l’on a accumulé d’amertume pour pouvoir continuer, avancer, espérer.

Certaines nouvelles sont empreintes de nostalgie du passé, d’autres métaphoriques pour mieux pouvoir écrire sans réellement nommer, c’est suggérer pour garder une certaine distance. L’auteur regarde son pays et ses occupants se transformer en un champ de bataille : affrontement des hommes, des sentiments.

La présence de cette Redoute dans presque toutes les nouvelles m’a interrogée, on n’en comprend réellement la signification qu’à la dernière nouvelle dans laquelle la lutte armée est présente et où les deux camps s’opposent.

L’auteur porte un regard pessimiste sur une Amérique qui se transforme et où les humains peinent à trouver leur place et une raison d’espérer. Les armes sont omniprésentes et donnent une image d’un pays et de ses occupants en guerre perpétuelle contre les autres mais aussi contre eux-mêmes.

C’est une lecture qui me laisse un goût amer non par la qualité de l’écriture mais par le sentiment de désespoir qu’elle laisse en moi. Il m’a fallu un peu de temps pour la digérer et comprendre ce que l’auteur voulait transmettre.

Ce grand pays n’est peut-être plus le pays des rêves, des possibles et des conquêtes mais celui du sang et des larmes. Mais Maxim Loskutoff veut rester optimiste et termine sa dernière nouvelle par « On est vivants », oui mais à quel prix et pour quel avenir !

Il y aura toujours des gens comme Hal et Jensen, comme moi. Pour qui le bonheur des autres est une étincelle à souffler, arroser et  piétiner, de peur que sa lumière fasse ressortir notre malheur. (p89)

📕📕📕

Traduction de Charles Recoursé

Merci aux Editions Terres d’Amérique/Albin Michel et au Picabo River Book Club pour cette lecture

Ciao

Une réflexion sur “Viens voir dans l’Ouest de Maxim Loskutoff

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.