La plus précieuse des marchandises de Jean-Claude Grumberg

LA PLUS PRECIEUSE DES MARCHANDISES

Ma lecture COUP DE CŒUR ❤

Faire d’un des moments les plus noirs de notre histoire un conte poétique où l’horreur et l’humanité se côtoient. C’est le tour de force que Jean-Claude Grumberg réussit avec ce conte d’un désastre du 20ème siècle, abordant les thèmes de la Shoah et des millions de disparus dans les camps avec ce petit livre, à mettre dans toutes les mains, accessible à presque tous les âges.

« ll était une fois, dans un grand bois, un pauvre bûcheron et une pauvre bûcheronne ».

C’est ainsi que commence tout conte ou belle histoire qui se déroule dans un monde le plus souvent imaginaire, où tout est beau, magique, tout est bien qui finit bien. Mais le monde où se situe le conte de Jean-Claude Grumberg n’est ni beau ni magique et tout ne finit pas bien. Les hommes sont parfois cruels, la souffrance immense, l’horreur sans borne mais il peut y avoir dans toute cette noirceur d’immenses preuves d’amour, des lueurs d’espoir et d’humanité.

Mais le grand méchant loup, le mal, comme dans tous les contes, rôde et utilise des moyens d’œuvrer à grande échelle. Il y a des trains de marchandise emplis d’hommes, de femmes et d’enfants, les « sans-cœurs » entre autres, qui partent pour des voyages dont peu revenaient et parce qu’il y a des moments où le choix d’offrir une chance de survie passe par l’abandon de ce que l’on a de plus cher et de plus précieux, ce geste d’humanité incroyable rencontre ceux qui recevront ce cadeau comme une réponse à leurs vœux. Ils vont partager, alors que tout les sépare, ce cadeau d’amour et sans le savoir ils vont également partager l’espoir, pour l’un celui de se retrouver pour l’autre celui d’une vie à aimer.

C’était un pauvre bûcheron et une pauvre bûcheronne, qui vont, grâce à ce don, découvrir l’amour que l’on peut à son tour offrir et recevoir. La vie leur était rude, ils n’avaient peut-être pas totalement conscience de ce qu’il y avait dans ces wagons qui passaient ou ne cherchaient pas à savoir, mais ils ont reçu et accueilli ce petit paquet qui en est tombé, un jour, du convoi 49, comme un cadeau du ciel.

Ils n’avaient que peu de choses mais ils l’ont partagé, ils n’avaient pas d’idées autre que celle de protéger ce petit être qui illuminait leurs vies par ces temps de misère. Ils n’ont pas cherché à comprendre, ils n’ont cherché qu’à défendre ce qu’ils avaient désormais de plus cher.

Les contes finissent bien dans leur grande majorité, mais ici il y a tant de pertes, tant de larmes, tant de douleur que l’auteur ne cherche pas à trop enjoliver les faits, il tente simplement de leur donner une autre narration, une autre manière d’en parler. J’ai trouvé remarquable de faire de la plus triste des histoires un conte où transpirent malgré tout l’amour et l’espoir. Et puis n’est-ce pas la plus belle des manières de raconter ce qui inimaginable au plus grand nombre.

L’écriture est simple, directe, sans fioriture, utilisant le rythme et le ton du conteur. Mais les mots n’ont pas la même signification, la même portée……

Il veut que jamais on oublie, lui qui n’a jamais vu revenir son père et son grand-père des camps, que tous ces hommes, femmes et enfants montés dans des trains de marchandise et livrés à la barbarie humaine, disparaissent aussi de nos mémoires.

Voilà la seule chose qui mérite d’exister dans les histoires comme dans la vie vraie. L’amour, l’amour offert aux enfants, aux siens comme à ceux des autres. L’amour qui fait que, malgré tout ce qui existe, et tout ce qui n’existe pas, l’amour qui fait que la vie continue. (p103)

📕📕📕📕📕COUP DE CŒUR

Quatrième de couverture

Il était une fois, dans un grand bois, une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron. Non non non non, rassurez-vous, ce n’est pas Le Petit Poucet ! Pas du tout.
Moi-même, tout comme vous, je déteste cette histoire ridicule. Où et quand a-t-on vu des parents abandonner leurs enfants faute de pouvoir les nourrir ? Allons… Dans ce grand bois donc, régnaient grande faim et grand froid. Surtout en hiver. En été une chaleur accablante s’abattait sur ce bois et chassait le grand froid. La faim, elle, par contre, était constante, surtout en ces temps où sévissait, autour de ce bois, la guerre mondiale. La guerre mondiale, oui oui oui oui oui.

Editions du Seuil – Janvier 2019 – 110 pages

Ciao

5 réflexions sur “La plus précieuse des marchandises de Jean-Claude Grumberg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.