Les gratitudes de Delphine de Vigan

LES GRATITUDES« Je suis orthophoniste. Je travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. Je travaille avec la honte, le secret, les regrets. Je travaille avec l’absence, les souvenirs disparus, et ceux qui ressurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un mot. Je travaille avec les douleurs d’hier et celles d’aujourd’hui. Les confidences.
Et la peur de mourir.
Cela fait partie de mon métier.
Mais ce qui continue de m’étonner, ce qui me sidère même, ce qui encore aujourd’hui, après plus de dix ans de pratique, me coupe parfois littéralement le souffle, c’est la pérennité des douleurs d’enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années. Qui ne s’efface pas.»

Michka est en train de perdre peu à peu l’usage de la parole. Autour d’elles, deux personnes se retrouvent : Marie, une jeune femme dont elle est très proche, et Jérôme, l’orthophoniste chargé de la suivre.

Ma lecture

Voilà un billet qui ne va pas être facile à rédiger……  Je vais être à contre courant de beaucoup d’avis mais sans être totalement négative. Je m’explique : je crois que le problème vient de moi finalement puisqu’il a plu a beaucoup de lecteurs et lectrices. Une littérature « bisounours » définitivement ce n’est pas pour moi…..

Je n’ai pas lu Les loyautés, le précédent roman de Delphine De Vigan et celui-ci je ne l’aurai pas lu si je ne l’avais reçu en cadeau, car c’est le genre de livre où sans l’avoir lu j’ai le sentiment d’en connaitre le contenu. Bingo je ne me suis pas trompée…..

L’écriture est claire, fluide, l’auteure arrive parfaitement à glisser entre les lèvres de Michka, souffrant aphasie (perte du langage)  les mots de substitution, cela se joue parfois à une lettre, une syllabe et j’ai trouvé parfois que Michka finalement exprimait par ce nouveau vocabulaire son désarroi.

Rien à reprocher à l’histoire, même si elle ressemble à tant d’histoires déjà lues, construite avec tous les ingrédients pour provoquer sentiments et émotions chez le lecteur.. Je vous l’ai dit :  des relations inter-générationnelles de bienveillance, un personnage attachant, un environnement dans un EHPAD pas toujours réjouissant, rajoutez une petite enquête pour retrouver des personnes perdues de vue pendant la guerre, une fin qui évidemment amène les larmes au bord des yeux et voilà un roman rondement mené…..

C’est pétri de bons sentiments, on l’ouvre et l’on sait comment tout cela va se passer….  De toutes façons on ne s’éternise pas : en maxi deux heures c’est lu.

J’aurai tellement aimé que le personnage de Michka soit plus fouillé, abouti, cette femme photographe reporter devait avoir tant à nous dire. Et puis il y a Marie et Jérôme, elle la gentille voisine et lui l’orthophoniste auquel Michka va prodiguer de précieux (et attendus) conseils. D’eux ont ne saura presque rien sauf ce qui peut attirer de la compassion.

Je ne suis pas la bonne lectrice pour ce genre de littérature. On le lit vite, c’est pas franchement désagréable, mais cela n’apporte rien. Vous allez dire que je suis dur aux sentiments, peut-être, mais c’est, pour moi,  le genre de roman écrit pour jouer (assez facilement)  sur la corde sensible, faire parler de lui grâce à un marketing efficace qui met en avant l’auteure, et qu’à force de lire des éloges on culpabilise presque de ne pas l’avoir apprécié. Mais j’assume, c’est gentillet mais sans plus et les précédents romans de Delphine De Vigan que j’avais lus (mais qu’il faudrait que je les relise) m’avaient paru beaucoup plus aboutis, riches, plus profonds.

Il parait qu’avec Les loyautés il fait partie d’une trilogie….. Je pense que le troisième ne sera pas, s’il est du même acabit, de mes futures lectures.

📕📕

Editions Jean-Claude Lattès – Mars 2019 – 173 pages

Ciao

5 réflexions sur “Les gratitudes de Delphine de Vigan

  1. C’est fou ce que les personnages de petits vieux ont leur potentiel marketing… Depuis le succès du Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, tout le monde s’y met ! Et pourtant la réalité des ehpad est tout autre… Merci pour cet avis franc, il me conforte dans ma décision de définitivement faire l’impasse sur ce bouquin !

    Aimé par 1 personne

  2. J’hésitais mais en lisant ta critique, finalement je ne le lirai pas. « Les loyautés » m’avait déjà laissée sur ma faim, idem pour « D’après une histoire vrais » alors que j’avais beaucoup aimé ses premiers romans. Une préférence pour « No et moi » …

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.