Protocole gouvernante de Guillaume Lavenant

PROTOCOLE GOUVERNANTE

Résumé

Une jeune femme sonne à la porte d’une maison dans une banlieue pavillonnaire coquette et tranquille. Le couple aisé qui l’accueille lui donne quelques recommandations concernant leur fille Elena, dont elle aura la charge. La gouvernante sourit, pose les mains bien à plat sur ses genoux, module sa voix, les met à l’aise… En suivant à la lettre le protocole imaginé par l’étrange Lewis, elle saura se rendre indispensable. Elle deviendra la confidente et l’objet de tous les désirs enfouis par cette famille en apparence idéale.

Mais cette gouvernante n’est pas seule. Ils sont nombreux comme elle à s’être infiltrés à divers endroits de la société. Les motos vont rugir. Une action d’envergure se prépare et dans l’ombre tous y concourent.

Alors que le vernis craque et que l’emprise de la jeune femme grandit, la tension se fait de plus en plus palpable. Jusqu’au grand jour.

Ma lecture

Attention….. Vous mettez les yeux dans une histoire étrange, pesante, à la construction originale, avec une écriture très cinématographique, une histoire découpée en de courts chapitres, en 110 plans où le scénario sans dialogue est uniquement constitué par le protocole qu’applique à la lettre la jeune gouvernante. On ne connait rien d’elle, même pas son nom, ni d’où elle vient. Elle arrive, s’installe dans cette famille comme gouvernante et va très vite devenir indispensable à chacun. Elle devient une sorte de « machine de guerre » disciplinée, sans état d’âme, exécutant à la lettre toutes les consignes.

Il faut dire que le protocole a tout prévu, pensé, rédigé, elle n’a plus qu’à exécuter….. Le but ? Mettre le cahot. Pourquoi ? Il pourrait y avoir une réponse mais il peut y en avoir 100 et c’est cela qui rend la lecture intéressante. On pense à plusieurs pistes en se fiant aux indices parfois laissés par Lewis… Mais qui est Lewis d’ailleurs ? Encore une question qui reste sans réponse : un meneur : oui sans doute, un gourou, un révolutionnaire …..

C’est une machine implacable qui se met en route, on cherche à comprendre mais il n’y a rien à comprendre d’ailleurs vous n’aurez aucune réponse et c’est en cela que le récit, une fois terminé, vous semble intéressant. Vous pouvez, vous lecteur, lui donner votre interprétation, par les quelques indices parfois laissés ici ou là par Lewis.

Le vous est de rigueur, pas de familiarité, le futur est presque le seul temps de conjugaison employé, il n’y est question que de procédures à appliquer, scrupuleusement, sans état d’âme, l’auteur déroulant le protocole à la manière d’un mode d’emploi d’une machine parfaitement huilée, tout a été prévu, envisagé, organisé.

Je ne suis pas lectrice de policier ni de thriller, mais voilà un roman, très court, très vite lu tellement on est interrogatif sur le sens, sur le but, sur l’issue, sur le pourquoi. C’est froid comme peut l’être une notice d’emploi : phrases courtes, directes, presque une énumération. Je vous avais prévenu : pas d’états d’âmes….

Et puis vous croyez qu’elle est isolée, mais non il s’agit d’une action de grande envergure, avec de nombreux membres, tous aux ordres….. Mais que veulent-ils ? Installer le cahot ? Sont-ils humains ? Ils sont si lisses, presque déshumanisés, performants, sans émotions…..

Moi j’ai aimé l’originalité de la narration alors qu’au début j’ai pensé qu’il s’agissait d’un récit à la manière de Chanson douce  pour le contexte et pour finalement me rendre compte qu’il n’en est rien, c’est une sorte de lecture ovni mais qui, comme la gouvernante qui deviendra indispensable au couple, vous captive, vous fascine par l’implacabilité des faits sans pour autant en connaitre les tenants et les aboutissants…..

Un conte moderne, une dystopie, un pamphlet sur notre société, un récit de science fiction ou  révolutionnaire : à mon avis un peu tout cela mais peut-être pas….. En tout cas je me suis prise au jeu, j’ai été le témoin d’une aventure livresque originale, au suspens bien tenu, d’une sobriété presque monacale. Cela peut sembler froid, direct, sans âme mais tout est raccord.

Si vous aimez partir sur des chemins inconnus, découvrir une autre manière de raconter une histoire, découvrir un univers, laisser vous porter par la voix de Lewis, car Lewis lui seul sait, il a tout prévu, il a tout imaginé et il vous adresse une dernière consigne : regardez le chiffre 1, si vous le voyez à l’envers (barre oblique à droite au lieu de gauche comme sur les numéros de chapitre) méfiez-vous c’est le signe de ralliement, le symbole de ce groupuscule et désormais c’est eux qui pilotent.

Ne te loupe pas, Lamar, quand tu rédigeras les protocoles. C’est important que tu sois précis. Pèse tes mots, pèse tes mots, Lamar. Chaque mot, dans chaque protocole, a son poids. (p185)

Guillaume Lavenant signe là un premier roman prometteur, à l’univers bien particulier…..

Lecture faite dans le cadre du comité lecture de ma bibliothèque

Editions Rivages – Septembre 2019 – 190 pages

Ciao

3 réflexions sur “Protocole gouvernante de Guillaume Lavenant

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.