America #12 – L’Amérique aime-t-elle la guerre de François Busnel et bien d’autres

AMERICA 12Cet hiver, America se pose une question brûlante d’actualité : l’Amérique aime-t-elle la guerre ? Dans ce 12e numéro, retrouvez les témoignages de trois vétérans devenus écrivains – Tim O’Brien, Kevin Powers, Elliot Ackerman – tandis que James Ellroy revient sur le rapport singulier de son pays avec la guerre et que Don Winslow décrypte la guerre contre la drogue, cet autre conflit livré par les États-Unis sur leur propre territoire. Autre temps fort de ce nouvel opus : un entretien de 22 pages avec Margaret Atwood. Pionnière de la littérature dystopique, l’auteure de de La Servante Écarlate aborde les thèmes qui traversent toute son œuvre : le féminisme, la crise de l’environnement, l’échec des démocraties, le monde qui nous attend… En prime, America publie une enquête sur la politique pénale américaine par Philippe Coste, un parti-pris d’Art Spiegelman sur l’âge d’or de l’univers Marvel, un focus sur Ernest Hemingway et Pour qui sonne le glas et un reportage à Seattle par Lola Lafon.

Ma lecture

Rendez-vous trimestriel avec la revue America pour découvrir un nouveau thème et cette fois-ci un sujet brûlant : La Guerre sous ses différents aspects…..  Et des guerres l’Amérique connait et en a mené de nombreuses et en mène encore. Conflits extérieurs mais aussi guerres intérieures. Ce numéro fait prendre conscience que depuis sa création, l’Amérique vit les armes à la main….. Et ce n’est pas peu dire.

Revenir sur les guerres du passé, les guerres actuelles, les témoignages de ceux qui y participèrent comme Elliot Ackerman,Tim O’Brien, ce qu’elles ont changé en eux, comment ils en sont revenus. 

Très bel article de Jennifer Haigy qui revient sur ces femmes pionnières dans l’armée, la difficulté à trouver sa place, à être reconnu uniquement sur leurs capacités, à se protéger non seulement de l’ennemi extérieur mais aussi des agressions au sein de l’armée sans compter le retour à la vie civile encore plus compliquée que pour un homme :

Comparées aux civiles, les vétéranes ont trois ou quatre fois plus de risques de devenir sans-abri. (p107)

Il y a également les guerres du futur, que l’on  croyait du futur, les dystopies et on se rend compte à la lecture de l’interview de Margaret Atwood, qu’elles sont de plus en plus malheureusement d’actualité concernant la maternité, les femmes. Mais il y a également la guerre contre la drogue dont nous parle Don Winslow :

Nous nous sommes attaqués aux symptômes d’une maladie, pas à ses causes. Et nous avons éludé les questions difficiles que nous devrions nous poser :

-Pourquoi une des nations les plus riches au monde est-elle celle qui consomme le plus de drogue ?  (p115)

Philippe Coste aborde le milieu carcéral américain, ce pays où « 70% des condamnations se soldent pas un séjour en prison, où un homme de moins de 35 ans sur huit a fait de la prison », on sanctionne mais on ne soigne pas….

Bruno Cabanes revient sur le Memorial day…. Célébration des vivants et des morts de l’histoire militaire américaine

Né d’une guerre, le pays a connu moins de vingt années de paix dans toute son histoire. Même pour une nation relativement récente, cela semble peu. (p67)

de la guerre d’indépendance à la guerre en Irak. Edifiant.

James Ellroy évoque la part d’ombre de l’Amérique, Lola Lafon livre son carnet de route de Seattle, Douglas Kennedy évoque le film French Connection,  Kurt Vonnegut relate une guerre des nerfs lors d’une partie d’échec un peu particulière.

Et puis un très bel article sur Ernest Hemingway, l’écrivain des guerres avec l’évocation d’un de ses plus grands romans Pour qui sonne le glas.

Petit clin d’œil contrasté avec le reportage photo Sun City de Kendrick Brinson, village modèle de retraités qui ont choisi une autre façon de vieillir sous le soleil d’Arizona.

En premier lieu le thème ne me ravissait pas mais j’ai finalement pris beaucoup d’intérêt à découvrir une facette des Etats-Unis dont je n’avais pas totalement conscience en particulier sur le fait que c’est un pays qui ne connaît que la guerre, le pouvoir des armes , qui n’en est pas toujours sorti de façon glorieuse, et ce fut donc une lecture instructive et passionnante et surtout, et comme toujours, permet de confronter les différents points de vue des grandes plumes de la littérature américaine en particulier, d’en découvrir certains.

Editions America – Janvier 2020 – 194 pages

Ciao

3 réflexions sur “America #12 – L’Amérique aime-t-elle la guerre de François Busnel et bien d’autres

  1. Bel article qui éclaire de façon étonnante la nature violente des États-Unis, certainement du à son histoire. Et on ne parle pas de l’utilisation, pour le moins controversée, de la bombe atomique sur le Japon… C’est effrayant ! Il vaudrait mieux ne pas faire confiance à l’oncle Sam pour l’avenir de l’humanité. Pourtant on reste docilement dans l’otan et ses multinationales font partout la loi. Merci à toi de faire découvrir cette revue qui semble bien intéressante…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.