Le cercle fermé de Jonathan Coe

LE CERCLE FERMEL’Angleterre de Tony Blair entre dans le nouveau millénaire, et les héros de Bienvenue au club dans l’âge mûr. Vingt ans après, qu’ont-ils fait de leurs idéaux de jeunesse ? N’auraient-ils d’autre choix qu’entre compromissions et immobilisme ? Seul l’affreux Paul, leur cadet, un politicien opportuniste, semble s’adapter à ces temps nouveaux et aux nouveaux cercles du pouvoir. Mais si les utopies des années soixante-dix semblent maintenant lointaines, il suffit de bien peu pour faire resurgir les fantômes du passé… Jusqu’à ce que le cercle se referme.

Tout en déroulant la chronique de l’histoire immédiate, du choc de la mondialisation à la guerre en Irak, Jonathan Coe fait le portrait d’une génération en proie à d’irréductibles contradictions. Impitoyable satiriste, il brosse un tableau ravageur de l’Angleterre de Tony Blair, qu’il dénonce avec la fureur vengeresse jadis réservée au thatchérisme.

Ma lecture

Après Bienvenue au club, je retrouve toute la bande de Birmingham à la veille du passage du millénaire. Ils ont désormais la quarantaine, sont entrés dans la vie active, mariés et pour certains ont désormais des enfants. Les temps changent après les années Thatcher ils entrent dans les années Blair.  Une page se tourne, que sont devenus leurs rêves d’adolescents, leurs amours, leurs ambitions, leurs idéologies. Sont-ils restés les mêmes ou ont-ils changé ? Et puis il y a les questions restées sans réponse, les disparitions, les traumatismes de l’adolescence pas toujours guéris, oubliés.

Dans cet opus c’est autour principalement de Benjamin et Paul, les deux Trotter, frères mais tellement différents, que gravite le roman. A travers eux, Jonathan Coe se lance, grâce également à ses autres héros, dans un panorama de la situation sociale et politique de l’Angleterre. Après les attentats de l’IRA se sont d’autres attentats qui frappent le monde et en particulier les Etats-Unis avec des répercussions mondiales. Les peurs sont d’un autre ordre mais les opinions divergent sur les suites à leur donner.

L’auteur dresse un portrait, parfois cinglant, d’un pays en crise : économique bien sûr : finies les trente glorieuses, voici venues les années du management, des liquidations sèches d’entreprises, des prises de profit, de la communication avec l’arrivée du portable, d’internet, tout va beaucoup plus vite.

Et puis avec Paul, Jonathan Coe s’amuse à décrire une certaine catégorie de politiciens, de pâles figures, maladroits et opportunistes. A la différence de Benjamin qui reste le pilier du Club, immuable dans ses amours,dans son rêve de devenir écrivain, dans l’écriture depuis 25 ans de son Roman, mais qui va être ébranlé par une femme qui croisera son chemin.

En plus de 500 pages Jonathan Coe porte un regard critique sur une époque mais en y glissant assez d’humour et de dérision pour rendre l’ensemble passionnant, avec ce qu’il faut de justesse sans toutefois en faire un long réquisitoire. Tout y est passe : les médias, les conflits mondiaux, la politique et au milieu de ces bouleversements l’auteur ne perd pas de vue les histoires personnelles de chacun, leurs amours, c’est habilement construit, et n’oublie pas d’apporter un éclairage sur des « affaires » laissées en suspend dans Bienvenue du club.

Autant de cercles autant d’histoires et tout l’art est de tenir le lecteur en haleine, le ramener sur les rails, de raccrocher les wagons offrant parfois un point de vue différent. Quel talent d’écrivain il faut pour y parvenir. Faire d’une saga amicale et familiale sur un demi-siècle (si on tient compte du troisième volet : Le cœur de l’Angleterre que je vais bien sûr lire très prochainement) le récit d’un pays qui traverse les crises comme ses personnages traversent leurs propres crises avec leurs questionnements, leurs choix et avec une nouvelle génération qui arrive et qui porte sur leurs prédécesseurs un regard parfois inquiet sur le monde qui leur ont construit. Feront-ils mieux, sont-ils si différents ?

Tout est maîtrisé, Jonathan Coe est un magicien des mots et des intrigues. Il est la parfaite illustration du flegme « so british » avec ce qu’il faut de dérision, d’humour mais aussi de clairvoyance et d’amour de son pays pour en relever toutes les contradictions, tous les combats mais quel pays n’en a pas ! A l’heure du Brexit il n’est pas inutile de se pencher sur un pays qui fait le choix de se tenir à l’écart, de se construire avec ses seules forces, qui a toujours eu sa particularité.

Traduction de Jamila et Serge Chauvin

Editions Gallimard – Février 2006 – 544 pages

Ciao

11 réflexions sur “Le cercle fermé de Jonathan Coe

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.