La part du fils de Jean-Luc Coatalem

LA PART DU FILSLongtemps, je ne sus quasiment rien de Paol hormis ces quelques bribes arrachées.

« Sous le régime de Vichy, une lettre de dénonciation aura suffi. Début septembre 1943, Paol, un ex-officier colonial, est arrêté par la Gestapo dans un village du Finistère. Motif : “inconnu”. Il sera conduit à la prison de Brest, incarcéré avec les “terroristes”, interrogé. Puis ce sera l’engrenage des camps nazis, en France et en Allemagne. Rien ne pourra l’en faire revenir. Un silence pèsera longtemps sur la famille. Dans ce pays de vents et de landes, on ne parle pas du malheur. Des années après, j’irai, moi, à la recherche de cet homme qui fut mon grand-père. Comme à sa rencontre. Et ce que je ne trouverai pas, de la bouche des derniers témoins ou dans les registres des archives, je l’inventerai. Pour qu’il revive. »
J.-L.C.

Le grand livre que Jean-Luc Coatalem portait en lui.

Ma lecture

Dans ce récit en partie autobiographique Jean-Luc Coatalem se lance à la recherche de son grand-père paternel breton, Paol, dont l’arrestation pendant la deuxième guerre mondiale et les conditions de celle-ci sont tues par la famille. Il fut dénoncé, arrêté et n’est jamais revenu.

Voulant en savoir un peu plus, il se lance sur ses traces mais aussi sur l’histoire d’une famille, sa famille et plus particulièrement sur trois hommes : Paol, son fils Pierre (le père de Jean-Luc Coatalem) et également sur lui-même. Famille de taiseux où l’on ne parle pas ou peu, préférant le silence plutôt que les paroles, l’auteur va se lancer dans une enquête afin de trouver des informations, peu nombreuses, auprès de certains descendants ou témoins, administrations et associations et pour ce qu’il n’a pu trouver, imaginer ce qui a pu se passer.

Comme dans ce conte où le coffret interdit ne cache qu’un fragment de miroir, sa vérité était ailleurs, mon histoire raccommodée ne le résumerait pas : Paol était surtout ce que je ne savais pas, ce que je ne saurais jamais, n’apprendrais en aucun cas. Allant vers lui, j’avais fait au mieux un peu de chemin vers moi….. (p158)

L’auteur navigue  (en bon breton) entre trois générations, trois hommes, Paol,  Pierre et lui-même et c’est peut-être cela qui m’a un peu gênée sans toutefois me perdre. On peut comprendre que ce genre d’événement, de disparition mais surtout de savoir qui l’avait dénoncé et pourquoi, peut laisser peser sur la famille une chape de silence et l’on ressent d’ailleurs tout le poids de celui-ci sur chaque génération, toutes les questions qui restent en suspens, sans réponse. Pour ma part je suis restée à distance, peu touchée à la fois par le style et l’écriture.

Il évoque l’arrestation (très rapidement disposant de peu d’éléments), la déportation et les camps mais tout cela j’ai trouvé sans chaleur, ni émotion et pourtant je pense que retrouver l’histoire de ceux qui nous ont précédés doit provoquer un chamboulement intérieur et mettre en lumière certains comportements, attitudes et caractères de la famille.

Découvrir les personnalités d’aïeuls permet parfois de se trouver soi-même et comme souvent le but n’est finalement le plus important, c’est le chemin qui y mène qui est le plus révélateur. Pour moi le chemin était peut-être trop personnel, pas assez abouti au niveau émotionnel, peut-être un manque d’adéquation entre l’écriture et les faits…

J’avais très envie de le lire et il m’a manqué un « je ne sais quoi » pour l’apprécier pleinement. Je l’ai lu jusqu’au bout voulant connaître le résultat de ses recherches mais je suis restée à distance.

Roman, témoignage, récit autobiographique ? Part du fils, du petit-fils, réelles ou imaginées ? L’auteur a pris l’option roman pour parler d’une histoire d’une famille française, la sienne mais que j’ai lu plus comme un témoignage et sans réel éclairage sur les zones d’ombre qui la hante.

Prix Jean Giono 2019

Editions Stock – Août 2019 – 272 pages

Ciao

3 réflexions sur “La part du fils de Jean-Luc Coatalem

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.