L’éternel mari de Fedor Mikhalïlovitch Dostoïevski

L'ETERNEL MARI IGImaginez Don Juan plein de remords et hanté par un mari trompé. Accablé de soucis d’argent, n’ayant le goût à rien, Veltchaninov est poursuivi par un homme en deuil. Troussotzky a perdu sa femme. Toute faute, pour Dostoïevski, doit être expiée, le péché engendre la maladie et la folie. Le vaudeville tourne au drame, car il y a une victime innocente, Lisa, une enfant. De qui est-elle ? L’éternel mari retrouvera une épouse, l’éternel amant sa vigueur et le jeu recommence. L’auteur rit de lui-même, se souvenant de son premier mariage. Ce roman tragique et comique révèle un autre Dostoïevski. Mais ses personnages sont toujours aussi grands d’être conscients de leur petitesse.

Ma lecture

J’aime beaucoup les anciennes couvertures des romans publiés dans Le livre de Poche et celle-ci est très parlante par rapport au contenu du roman….. Au premier plan une fillette, Lisa, une dizaine d’années, ensuite un homme vêtu de noir, Pavel Pavlovitch Troussotzky, L’Eternel mari, le dos voûté, accablé, semble-t-il par son deuil, ensuite un élégant et bel homme, fier, droit, Aléxéï Ivanovitch Veltchaninov et enfin en arrière-plan une femme, Natalia, dont on ne distingue plus les traits et pour cause car elle est décédée depuis 9 ans…. Elle était l’épouse de  Troussotzky et la maîtresse en autre de Veltchaninov….. Mais  Troussotzky était-il au courant, Lisa est-elle sa fille ou celle de Veltchninov ou d’un autre amant, qui sait quoi ?

Mon premier Dostoïevski et je dois dire que je l’ai lu d’une traite….. Une très belle surprise car je m’attendais à une écriture ennuyeuse, difficile et finalement j’ai trouvé cela très plaisant à lire, voire captivant car tenue par les personnages, ressentant toute la tension qui règne entre les deux protagonistes : Veltchaninov et Troussotzky, n’osant chacun dévoiler ses aveux, l’un pour entretenir la torture et le doute, l’autre pour ne pas avouer sa trahison au mari infortuné et peut-être dans l’ignorance, chacun, entretenant une sorte d’emprise sur l’autre.

Nous sommes à Pétersbourg, Veltchaninov est tourmenté car il veut régler au plus vite un problème d’héritage dont le procès traîne en longueur. C’est un homme hypocondriaque, centré sur lui-même, analysant tous les troubles qu’il ressent mais aussi tourmenté par ses remords. On n’en connaît pas la cause dans un premier temps mais quand il croise  Troussotzky, par hasard croit-îl, les souvenirs se précisent. Il a été pendant un an l’amant de Natalia et après son départ il savait qu’un enfant était né. Mais il a continué sa vie sans se soucier d’une éventuelle paternité.

L’arrivée de  Troussotzky, l’homme au chapeau au crèpe noir, trouble, parfois violent, gros buveur, parlant par énigmes va semer le trouble dans la vie de Veltchaninov, Celui-ci va faire la connaissance de Lisa, s’y attacher, lui offrir pour quelques jours une autre vie que celle que lui offre  Troussotzky mais le drame va survenir, poussant au paroxysme les sentiments des deux hommes.

Doïstoïevsky a écrit ce court roman en 1870, après l’Idiot et Crime et Châtiment. C’est avant tout pour moi un roman psychologique, sur le cheminement des sentiments surtout quand ils n’ont aucunes certitudes sur lesquelles s’appuyées. Veltchaninov est un homme dont la conscience ne le laisse pas en paix, qui se pose beaucoup de questions, s’inquiète de tout et l’arrivée de  Troussotzky dans sa vie après neuf ans, va réveiller le sentiment de culpabilité, de remords mais aussi de doutes. Doute sur sa paternité, doute sur ce que sait Troussotzky de sa  liaison avec sa femme, vivant celle-ci comme une trahison et redoutant sa vengeance.

La fièvre va les gagner, les hanter comme certains fantômes qui leur rendent visite, échauffant les esprits, parfois les corps jusqu’à trouver dans une sorte de morale finale qui prouve que l’homme reste ce qu’il est, surtout l’Eternel mari. Les personnages féminins évoqués sont souvent représentés comme futiles, tentatrices et j’ai été assez bouleversée du peu d’importance de Lisa dans la vie des deux hommes.

La démarche psychologie des personnages est extrêmement bien décrite, suggérée, le texte est très vivant par ses dialogues,  mais aussi par les réflexions, le cheminement des pensées de Veltchaninov bien que le personnage principal soit l’Eternel mari,  Troussotzky, car c’est lui qui détient les clés. Ce dernier est peu sympathique : il tourmente Lisa, la brutalise verbalement, moralement, voulant la faire témoin de sa vie de débauche et peut-être lui en faire porter la responsabilité. La relation des deux hommes est même parfois ambiguë, faite à la fois de violence mais aussi de proximité, presque d’amour. Cela ressemble presque à un vaudeville si la situation n’était pas aussi dramatique, la mort de l’enfant n’étant présentée que comme un événement presque mineur, ne troublant pas Troussotzky qui apparaît, disparaît laissant Veltchaninov en plein doutes et conjectures.

Une belle surprise à la fois parce que l’histoire se lit presque comme un policier, les doutes subsistant presque jusqu’à la fin mais surtout par l’analyse des comportement qu’en fait l’auteur. L’écriture est vivante, pas de temps mort, l’auteur enchaîne les faits y mêlant les questionnements de Veltchaninov faisant de  Troussotzky le révélateur, l’axe principal, celui par qui la vérité devra se faire.

Je pense avoir choisi le bon roman pour aborder cet auteur, cela me donne envie de lire par exemple l’Idiot ou le Joueur (inspiré grandement par son propre goût du jeu) avant peut-être un jour de découvrir Crime et Chatiment ou les Frères Karamazov, son dernier roman…….

Traduction de Boris de Schloezer  

Editions Le livre de poche – 1963 (1870 Revue de l’Aube) – 249 pages

Ciao

2 réflexions sur “L’éternel mari de Fedor Mikhalïlovitch Dostoïevski

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.