Vanessa et Virginia de Susan Sellers

Dans la douceur d’un jardin anglais, deux jeunes filles s’éveillent au monde. Elles sont sœurs, fusionnelles mais rivales, toutes deux animées par l’art et le goût de la liberté. Vanessa veut être peintre, tandis que la fragile Virginia se destine à l’écriture. Virginia deviendra Virginia Woolf, une des plus grandes romancières du XXe siècle. Elle et Vanessa ne se quitteront jamais.

Des blessures de l’enfance au célèbre cercle littéraire de Bloomsbury, des éclairs de génie aux tumultes des amours contrariées, Vanessa et Virginia met magnifiquement en scène les destins croisés de deux sœurs légendaires, Vanessa Bell et Virginia Woolf, portés par la passion et la tragédie

Ma lecture 

J’ai parfois l’impression que nous voyons le monde avec les deux mêmes yeux, mais que nous portons des lunettes différentes. (p276)

J’ai un amour une atttirance pour Virginia Woolf depuis ma découverte de Un lieu à soi, tout ce qui la touche me touche, m’émeut, je suis admirative de la femme mais aussi de l’écrivaine. Alors pourquoi pas écouter la voix de sa sœur aînée, Vanessa, artiste créatrice elle-aussi mais en tant que peintre.

Susan Sellers, dont c’est le premier roman, esquisse par petites touches le portrait de Vanessa Stephen Bell, son enfance et le lien qui l’unissait à Virginia à qui elle s’adresse tout au long du livre sous le « Tu ». Elle revient sur les deuils successifs qui marqueront à jamais leurs vies puis sur les rencontres décisives, les amours des deux jeunes femmes.

Leur relation est faite à la fois d’amour mais aussi de jalousie à la fois sentimentale, Virginia ayant été attirée par Clive Bell, l’époux de Vanessa, mais aussi intellectuelle, Vanessa reconnaissant le talent de sa jeune sœur, sa réussite très jeune en littérature mais aussi le couple, peut-être platonique, qu’elle formait avec Leonard basé sur la tendresse, la compréhension et l’écoute. Vanessa a été la plus proche confidente de Virginia, celle qui comprenait peut-être le mieux ses souffrances, sa mélancolie et ses dépressions pour parfois les partager, atavisme familial ?

Mais le personnage central de cette biographie romancée c’est Vanessa, dont je vous mets une photographie sur laquelle on ne peut que constater l’étonnante ressemblance avec Virginia, que ce soit sur le plan physique et moral. Ce même regard mélancolique. Elle a eu une vie sentimentale assez tumultueuse, faite de relations extra-conjugales mais dû aussi accepter (et souffrir) des libertés prises par Duncan, son amant, bisexuel.

Susan Sellers décrit les processus de création de Vanessa, le choix de ses sujets et surtout des couleurs et, en vérifiant et consultant ses œuvres, j’ai retrouvé exactement les tableaux évoqués par l’auteure.

Une écriture agréable pour suivre les destins des sœurs Stephen mais aussi de ceux qui les entouraient, leurs libertés d’existence, les deuils qui ont jalonné leurs vies et sûrement impacté leurs esprits, mais qui ressemble plus à  une énumération d’événement..Pour ce qui concerne Virginia, il faut connaître sa biographie , son parcours, ses écrits, car certains faits ne sont parfois que suggérés.

Deux femmes, deux destins liés dans un même univers celui du monde des arts avec le fameux cercle de Bloomsbury mais j’ai découvert avec ce roman, une femme faisant preuve à la fois de beaucoup d’abnégations mais ayant malgré tout une liberté de vie, une complicité de cœur et surtout un univers artistique ancré en elle comme était ancré en Virginia la nécessité d’écrire.

Le seul reproche que je peux faire c’est parfois les sauts dans le temps et pour ceux qui connaissent peu l’histoire de la famille Stephen, Woolf ou Bell, les repères sont parfois éliptiques, effleurés mais non approfondis.

Traduction de Laurent Bury

Editions autrement – Mai 2019 – 293 pages

Ciao

4 réflexions sur “Vanessa et Virginia de Susan Sellers

  1. Je ne suis absolument pas fan de Virginia Wolf, j’ai lu Orlando, il y a longtemps, je ne me souviens que de la difficulté de ma lecture et j’en suis restée là. Cependant, je note cette biographie romancée qui m’a l’air plutôt axée sur les personnalités que sur l’oeuvre littéraire, et j’aime bien ce genre de récit, et aussi cette période historique.

    Aimé par 1 personne

    • Cette biographie est plus celle de Vanessa sa soeur peintre que celle de Virginia Woolf. En lisant Orlando tu n’as pas choisi le plus simple. Je te recommande vivement Un lieu (ou une chambre suivant les traductions) à soi…..Un pamphlet féministe bourré d’humour et de remarques très pertinentes….. 🙂

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.