Le passé de Tessa Hadley

LE PASSE IG« Trois sœurs et un frère se retrouvent dans la maison de leurs grands-parents, à Kington, en Angleterre, pour quelques longues semaines d’été. L’endroit est plein des souvenirs de leur enfance et de leur passé mais ils envisagent de le vendre. Sous une surface idyllique, les tensions se font peu à peu sentir : les invités sont perçus comme des intrus, les enfants découvrent un secret effrayant les emportant dans un jeu dangereux, la passion surgit là où on ne l’attendait pas, perturbant l’équilibre familial. Un certain mode de vie – bourgeois, cultivé, ritualisé, anglican – touche à son inévitable fin.

Ma lecture

Tous les membres de la fratrie ressentaient parfois, au fil des vacances, le simple agacement et la perplexité de la cohabitation familiale : la manière dont cela érodait un amour et un attachement néanmoins intenses et tenaces quand ils étaient séparés. Ils se connaissaient si bien, trop bien et pourtant ils étaient constamment surpris par les difficiles tours et détours – qu’ils avaient oubliés, si familiers dès qu’ils apparaissaient – de la personnalité des autres. (p103-104)

La maison de famille est au centre de ce roman dans la pure tradition de la littérature anglaise. Les quatre enfants Harrriet,  Roland, Alice et Fran se retrouvent le temps d’un séjour dans celle-ci pour décider de son sort : la garder ou la vendre. Mais Tessa Hadley, en bonne romancière anglaise, prend son temps. Elle nous invite à pénétrer dans le lieu, à le découvrir, à arpenter les alentours, la nature environnante et à révéler chacun de ses personnages, son caractère, ses choix de vie mais aussi ce qui les oppose.  Les jeunes enfants jouent un rôle important, ils sont le lien entre réalité, imaginaire, traces du passé….. Puis peu à peu, par petites touches, elle laisse le passé prendre sa place, les souvenirs, les liens qui unissent chacun.

Une fratrie mais chacun si différent par son caractère, ses choix de vie soulevant parfois l’incompréhension de la tribu, même les absents apparaissent à travers eux. Le rythme est lent, comme le temps qui s’écoule doucement pendant cet été. Pour l’instant on baigne dans le plaisir des retrouvailles, des vacances, on se réhabitue à vivre ensemble. L’issue de la décision concernant la maison n’est qu’un prétexte à une étude psychologique fine, fouillée, délicate, jamais frontale de chacun.

En découpant son récit en trois parties, Le présent, Le passé puis à nouveau Le présent, l’auteure porte son regard sur quatre générations d’une famille dont la maison est le nid, la source, dans ce lieu qui a baigné leurs vies, comme une source à laquelle on revient s’abreuver pour trouver des réponses.

La famille se bâtit par les vies de chacun de ses membres, ils en sont la structure, cet arbre qui a planté ses racines dans ce lieu, Kington House, les femmes en étant les principales actrices. Mais le passé peut comporter des failles et la famille se fissurer lorsque une nouvelle épouse, Pilar, va venir, involontairement, jeter le trouble.

J’ai beaucoup aimé la première partie, l’arrivée dans le lieu, la découverte des personnages, ce qu’ils semblent être et ce qu’ils sont intimement, j’avais le sentiment d’être invitée moi-même. C’est le charme de cette littérature, vous êtes partie prenante de l’histoire, une observatrice (pour ma part) silencieuse de cet été. J’aurai aimé que la partie centrale, le passé, soit plus approfondie, le personnage de Jill, la mère des quatre personnages, étant particulièrement énigmatique.

C’est lent, c’est un roman d’ambiance, les jours s’écoulent faits de coups de chaleur, d’orages, de jeux, de découvertes, de vie mais aussi peuplés de fantômes du passé, dans lequel chacun peut se retrouver soit dans les caractères ou attitudes mais aussi dans les souvenirs des lieux qui ont laissé en nous une empreinte. Pour amateur(rices) du genre comme moi uniquement car les autres s’y ennuieront. Une chronique douce d’un été décisif à bien des titres.

Traduction de Aurélie Tronchet 

Editions 10-18 – Août 2019 – 381 pages

Ciao

4 réflexions sur “Le passé de Tessa Hadley

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.