La petite Roque et autres contes noirs de Guy de Maupassant

LA PETITE ROQUE IGC’est une rivière fraîche et sautillante, bordée de saules et de grands arbustes chauffés par le soleil… Sur la mousse qui couvre ses berges, le corps d’une enfant repose. Nue. Le visage couvert d’un mouchoir, les cuisses maculées de sang. Le facteur l’a trouvée là. II l’a reconnue aussitôt, la petite Roque, innocente victime d’un adulte barbare. Qui a pu commettre un tel crime ? Un rôdeur, un vagabond ? Un voisin, un ami ? Peut-être celui qu’on n’oserait jamais soupçonner… Entre nuit et lumière, cruauté et rédemption, voici sept nouvelles envoûtantes, sur lesquelles plane l’ombre effrayante de la mort.

Ma lecture

Sept petits contes sombres, sept petites nouvelles,, sept chroniques pour raconter les tourments de l’âme humaine, à Paris, ou en Province, quand la noirceur vous envahit et vous pousse parfois au crime.

Dans La petite Roque, une gamine de douze ans est retrouvée au bord de la Brindille, violée et étranglée, le coupable ne sera jamais trouvé et pourtant il est là tout proche mais tellement insoupçonnable. Mais les remords l’habitent, il songe au suicide mais veut apaiser sa conscience, un geste qui le poussera, malgré un sursaut de survie, à franchir le pas….

Dans Misti, une femme, sur les conseils d’une diseuse de bonne aventure, préfèrera se débarrasser de son chat plutôt que de risquer de perdre son amant.

Dans Fou, l’amant devient jaloux du cheval de sa maîtresse et devra payer de sa vie ce crime.

Dans Berthe, une jeune fille simple, muette, qu’on poussera à se marier découvrira l’amour avec un mari volage et finira folle.

Dans Suicides, la relecture de lettres anciennes plonge son lecteur dans ses souvenirs, les plus beaux comme les plus sombres. Ne relisez jamais vos anciennes correspondances !

Dans La nuit, avec ses déambulations dans le Paris, dans le noir, qui tournera à la folie et au désespoir.

Et dans Rosalie Prudent, le drame d’une bonne engrossée par un familier de la famille chez qui elle travaille et qui sera poussée à l’infanticide alors que tout était prêt pour accueillir l’enfant… Pourquoi ?

Guy de Maupassant, à travers ces sept courts textes évoquent ce qui peut pousser les humains la folie, au désespoir voire au meurtre ou au suicide. C’est un panorama très imprégné des décors, de la province ou de la capitale, où les femmes sont omniprésentes, source de tourments ou d’abus….

Avec un style très visuel, l’auteur dépeint d’une façon qui peut nous paraître un peu caricatural parce que déjà tellement évoqué, la détresse qui s’installe dans les esprits de ses personnages, avec des narrateurs parfois partie prenante des faits, comme dans Berthe, et avec en fin toujours une sorte de morale à tirer du récit….. Amour, jalousie, pauvreté, solitude, peur, des sentiments qui peuvent mener à tous les excès….

J’ai aimé l’écriture, la façon de nous conter ces sombres histoires  : la mort, le suicide, la folie est omniprésente. L’âme humaine et ses tourments avec en arrière-plan relations légères, fragilité de certains, pauvreté et abus…. L’auteur nous parle de nous, humains, mêlant parfois l’absurde, l’ironie pour en tirer aussi une morale ou un conseil qu’il nous livre à sa manière.

Je connais peu Guy de Maupassant et j’avais choisi ce petit recueil pour découvrir son écriture, son style et son univers; Je vais continuer car j’ai aimé son regard sur les vies, son écriture très vivante avec, sous des allures de chroniques, une analyse et un rendu profond des personnages, en mêlant authenticité des milieux, parlers et travers de la société de l’époque (mais qui pourrait être encore la notre) pour finalement dénoncer.

Editions Librio – Septembre 2000 – 91 pages

Ciao

3 réflexions sur “La petite Roque et autres contes noirs de Guy de Maupassant

Les commentaires sont fermés.