Sankhara de Frédérique Deghelt

SANKHARA IGSans aucune attirance pour ce genre de pratique et par hasard convaincue par un ami, Hélène qui traverse avec son mari un passage très difficile, part pour onze jours s’enfermer dans le silence d’une méditation Vipassana. De cela, elle ne dit rien à personne. Elle laisse ses enfants, des jumeaux de 5 ans, en ayant auprès d’eux méticuleusement organisé son absence mais son mari Sébastien ne peut comprendre cet abandon qu’il interprète comme une trahison. Pendant 11 jours Hélène va découvrir le fonctionnement de tout être grâce à son étrange retraite. Sébastien, de son côté, traverse littéralement un chaos, intime et professionnel. Hélène revient le 16 septembre 2001.Ce livre confronte le plus intime au plus politique des engagements humains. Il interroge ce que l’individu peut espérer trouver en lui de ressources et de conscience pour tenter de voir et de dire le monde sans être abusé par la conformité et le pouvoir des médias.

Ma lecture

C’est une lutte de se méfier de soi-même et de tout ce qui pousse à abandonner. (p123)

Un roman repéré et voulu depuis sa sortie pour plusieurs raisons. J’aime la plume de Frédérique Deghelt que j’ai découvert il y a plusieurs années avec La grand-mère de Jade et puis avec Les brumes de l’apparence, deux romans que j’avais beaucoup aimés pour la sensibilité et les émotions qu’ils renfermaient. Mais ce qui m’avait attirée également avec Sankhara c’est le thème d’une retraite de méditation pour l’héroïne afin de trouver à la fois des réponses mais aussi se retrouver elle-même….. Pourquoi partir, abandonner son foyer sans explication sinon une lette annonçant son retour dans dix jours, comment se vit cette coupure pour chacun, homme et femme, dans le silence ou l’agitation, seule ou dans le monde et sa fureur

Pourquoi essayais-je de plaire à tout le monde en voulant contenter chacun tout en étant si peu troublée de ne ressembler à personne. (p127)

Dans ce roman à travers un couple, Hélène et Sébastien, deux mondes s’affrontent. Ils s’aiment mais ne se comprennent plus, ne se retrouvent plus, tellement unis mais tellement différents. Parents de jumeaux de 5 ans, elle se rêve écrivain et s’essaie à inventer des histoires mais n’allant pas au bout de sa démarche, lui est journaliste à l’AFP et, de par son job, est ancré dans la réalité. Elle dans l’imaginaire, lui dans le concret et c’est là le fond du roman : deux mondes s’affrontent, deux personnalités mais aussi deux temps : l’une est dans le temps ralenti, calme, en pleine communion avec la nature mais aussi son corps, l’autre vit dans la vitesse au gré du flux de l’actualité.

Comme on le dit souvent, qu’importe le but c’est le chemin parcouru qui est le plus important et c’est effectivement le cas dans ce roman. Chacun à sa manière va faire un travail sur soi, tenter de trouver ses failles, ce qui les oppose alors que leur rencontre était une évidence. L’action se situant en  Septembre 2001, le monde est également à la veille de vivre un cataclysme, d’autres guerres vont se mener, d’autres événements vont entrer en ligne de compte.

Partir sans explication après une dispute plus violente pour rejoindre un groupe de méditation, coupée du monde et vivant avec la règle du silence, se ressourcer et reprendre contact avec soi, avec la nature, c’est ce à quoi aspire Hélène. Faire le point, comprendre ce que son couple est devenu mais aussi ce qu’elle est et voudrait devenir  :

Mais là soudainement, Hélène se dit qu’on ne peut combattre l’ombre de l’autre qu’en faisant grandir sa propre lumière. Jamais en lui reprochant sa part d’obscurité. (p196)

Sébastien, lui  se bat pour maintenir son poste au sein de l’agence de presse et va devoir prendre en charge la rentrée des classes et le quotidien de deux enfants qu’habituellement Hélène gérait pratiquement seule, ne travaillant pas à l’extérieur mais entendant régulièrement les remarques de Sébastien que c’est lui qui travaille, lui qui fait vivre le foyer, lui qui ramène l’argent…..

Frédérique Deghelt revient sur dix jours qui vont changer leurs vies, non seulement leurs vies mais aussi le contexte de celles-ci. Avec précision, justesse, l’auteure se glisse dans ses personnages les laissant nous exposer les turpitudes auxquelles ils devront faire face mais en prenant également la parole pour nous décrire les situations, sensations ou pensées dans lesquelles ils se débattent.

Des nœuds commencent à se former au plus profond de nous-même. Les sankharas. Ce sont ces sankharas, perceptions physiques inconscientes, qui sont engrammés dans le corps et nous rendent heureux ou malheureux. (p157)

Il y a beaucoup d’analyse du comportement psychologique humain et à la manière de Goenka, le professeur birman de méditation, l’auteure se penche sur les comportements de chacun, les réflexes et les méthodes pour arriver à trouver le juste équilibre, l’équanimité tant recherchée. J’ai trouvé la démarche finement restituée, étudiant toutes les circonvolutions du cerveau, de son processus de défense et de résistance.

Frédérique Deghelt coiffe dans la dernière partie sa casquette de journaliste qu’elle a été pour revenir sur l’effondrement des Twins Towers, les signes avant-coureurs du 11 Septembre, les implications politique et méandres du fonctionnement des médias. Elle fait preuve d’une bonne connaissance de l’humain et de son mental,  ses réactions et comportements. Pour qui s’intéresse à ce domaine il trouvera dans ces réflexions et progression matière à se retrouver, à réfléchir et à se reconnaître parfois comme je l’ai fait.

-Non c’est parce que dans ma tête je m’appelle Alex. Ahmed, c’est le passé de mes parents. Une terre que je connais comme un touriste, sur laquelle je suis un étranger. Mais moi, ça je le sais. Ceux que tu verras dans les cafés, ils n’y ont jamais mis les pieds au bled. Il ne savent pas ce que ça signifie vivre là-bas. Ils croient qu’ils pourront continuer à porter des Nike, à avoir des téléphones portables à mille euros en trafiquant, bref à être les rois du monde tout en gagnant le droit d’être de vrais et bons musulmans. Ils veulent Allah et le capitalisme en crachant sur le capitalisme et sans donner leur vie à Allah. Ils sont nés au pays de la culture mais ils sont ignorants ! (p310)

J’ai beaucoup aimé la construction (chaque chapitre est un jour de retraite, Hélène et Sébastien prenant tour à tour la parole) mais aussi l’écriture, fluide, douce et plus énergique quand il s’agissait de Sébastien, qui déroule avec parfois une pointe d’ironie ou de gravité le scénario d’une thérapie différente pour chacun des protagonistes soit dans le silence et « l’inaction » apparente, soit dans l’avalanche des informations et du flux qu’elles entraînent à un moment charnière du monde.

Un roman d’une époque où les attentes divergent mais où la profondeur psychologique et comportementale prend toute sa place. Frédérique Deghelt installe deux séismes : l’un conjugal l’autre mondial mais chacun, à son niveau, remettra tout en question.

J’ai beaucoup aimé …..

Editions Actes Sud – Janvier 2020 – 384 pages

Ciao

4 réflexions sur “Sankhara de Frédérique Deghelt

Les commentaires sont fermés.