Trencadis de Caroline Deyns

TRENCADISÉ«Je montrerai tout. Mon cœur, mes émotions. Vert – rouge – jaune – bleu – violet. Haine -amour – rire – peur – tendresse.»

Niki hait l’arête, la ligne droite, la symétrie. A l’inverse, l’ondulation, la courbe, le rond ont le pouvoir de déliter la moindre de ses tensions. Délayer les amertumes, délier les pliures : un langage architectural qui parlerait la langue des berceuses. Aussi vit-elle sa visite au parc Güell comme une véritable épiphanie. Tout ici la transporte, des vagues pierrées à leur miroitement singulier. Trencadis est le mot qu’elle retient : une mosaïque d’éclats de céramique et de verre. De la vieille vaisselle cassée recyclée pour faire simple.

Si je comprends bien, se dit-elle, le trencadis est un cheminement bref de la dislocation vers la reconstruction. Concasser l’unique pour épanouir le composite. Broyer le figé pour enfanter le mouvement. Briser le quotidien pour inventer le féérique. Elle rit : ce devrait être presque un art de vie, non ?

Ma lecture 

RENTRÉE LITTÉRAIRE 2020

J’avoue…… Je ne connaissais Niki de Saint Phalle que de nom et aussi l’image que j’avais de certaines de ses sculptures et en particulier celles représentant des femmes voluptueuses et colorées et curieusement avec souvent une tête très petite, disproportionnée mais je n’avais jamais cherché à en chercher l’origine. J’aimais la joie qui s’en dégageait, les couleurs qui éclataient mais je ne savais pas ce qu’elles cachaient finalement.

Quelle vie encore pour cette femme au physique fragile qui révéla sur le tard la blessure qu’elle portait en elle depuis l’enfance, qui pris des décisions en tant que mère que d’autres lui reprochèrent et qui vécut une histoire d’amour et de création avec son second mari, Jean Tinguely. Un destin fait de dépressions, d’internements parfois, de ruptures mais aussi une œuvre foisonnante marquées par différentes étapes : Les Tirs (tirs à la carabine sur des poches de couleurs, la période blanche, les NanasGolem (jeux toboggan) pour enfants et le Jardin des Tarots entre autres, dont on découvre toutes les significations intimes de son auteure.

Une vie faite d’ombres et des créations éclatantes, démesurées, colorées pour parler d’elle, de ses tourments mais aussi qui illustrent et s’expliquent après la lecture de cette biographie.

Caroline Dyns a choisi une construction toute particulière : en effet elle utilise différentes voix pour cerner la personnalité de cette  femme en se glissant à la fois dans son personnage mais surtout en imaginant les témoignages des personnes qui l’ont côtoyée : une boulangère de Soisy où elle habitait, la fille de sa femme de ménage, une œuvre elle-même, une avorteuse, des visiteurs d’un musée, une journaliste etc…, reprenant la façon de s’exprimer de chacune, les plaçant dans le contexte, donnant un récit vivant et dynamique, sans temps mort mais peut-être un peu déroutant en début de lecture.

Ce roman biographique est également une évocation de ses choix de vie, en tant que femme, ses prises de position sur son rôle de mère, sur le féminisme et comme amoureuse, acceptant de son deuxième mari, Jean Tinguely, ses escapades et même une double vie, mais jamais soumise et formant avec lui un couple haut en couleurs et en voix.

Un parcours de vie étonnant pour une femme qui décida d’être celle qu’elle voulait être, sans tenir compte de ce que l’on attendait d’elle, qui assuma ses choix et décida d’exposer sa vie et ses visions dont tout le sens nous en est donné ici. Une vie de femme à la fois fragile, faite à la fois de silences mais aussi d’explosions et qui puisa sa force dans son travail de création qui lui permit d’exposer ses souffrances.

(…) En réalité, si malgré cela, elle s’est sentie asphyxiée au point de le quitter pour ne pas en crever, ce n’est pas sa faute mais celle de sa mère, la faute de toutes les épouses dociles du monde, qui ont réussi à instiller dans son esprit cette croyance séculaire, millénaire, que les femmes ont le devoir d’exister petitement pour permettre à l’homme de pousser en hauteur (p156-157)

Certes la construction du récit peut dérouter certain(e)s mais pour ma part je l’ai trouvée finalement astucieuse car elle permet d’imaginer la relation que chacun pouvait avoir avec elle, d’autres visions ou interprétations des événements, des époques et des ressentis de l’artiste, de son quotidien ou de ses prises de position.

J’aime particulièrement découvrir à travers un roman à la fois la biographie d’artistes mais aussi mieux comprendre leurs œuvres car elles sont, souvent, le reflet de leurs existences mais encore faut-il en reconnaître les indices, les clés, d’en saisir certaines subtilités. Lire, découvrir et voyager c’est ce que je demande à mes lectures et celle-ci m’a fait découvrir une artiste mais aussi une femme étonnante.

Merci aux Editions QUIDAM pour cette découverte

QUIDAM Editions – Août 2020 – 354 pages

Ciao

7 réflexions sur “Trencadis de Caroline Deyns

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.