Tsubaki – Le poids des secrets / 1 de Aki Shimazaki

LE POIDS DES SECRETS T1 TSUBAKI IGDans une lettre laissée à sa fille après sa mort, Yukiko, une survivante de la bombe atomique, évoque les épisodes de son enfance et de son adolescence auprès de ses parents, d’abord à Tokyo puis à Nagasaki. Elle reconstitue le puzzle d’une vie familiale marquée par les mensonges d’un père qui l’ont poussée à commettre un meurtre.

Obéissant à une mécanique implacable qui mêle vie et Histoire, ce court premier roman marie le lourd parfum des camélias (tsubaki) à celui du cyanure. Sans céder au cynisme et avec un soupçon de bouddhisme, il rappelle douloureusement que nul n’échappe à son destin.

Ma lecture

Premier opus d’une pentalogie, ce court roman s’ouvre sur une lettre reçue par Nomiko lors de la lecture du testament de sa mère Yokiko. Dans celle-ci elle révèle un lourd secret qu’elle a porté toute sa vie et dont sa fille va prendre connaissance et se trouver, malgré elle, la légataire.

En toile de fond, comme pour La voix des vagues lu il y a quelques semaines, Nagasaki et le bombardement en Août 1945 de la bombe qui mit fin à la deuxième guerre mondiale. Mais il n’y a pas que la bombe américaine larguée sur le Japon dans ce roman, il y a celle qui ébranle Nomiko et qui va lui faire apparaître une mère bien différente de celle qu’elle connaissait jusqu’à ce jour.

C’est un texte tiré au cordeau, allant à l’essentiel, avec une écriture parfois un peu froide, distante mais dans le sens où on y retrouve toute la pudeur de la littérature japonaise, de la distance prise avec les sentiments. Beaucoup de sentiments intériorisés.

Tsubaki, le nom du camélia, la fleur emblématique de Yokiko, revient à la fois sur une page d’histoire de son pays mais également sur une histoire familiale et d’amour.

Ce premier tome installe le contexte, les personnages et l’intrigue donc pour l’instant je reste un peu sur ma faim….. Tout y est, j’ai dû m’habituer à l’écriture au début, à la généalogie de cette famille et puis je me suis prise d’intérêt pour cette femme, Nomiko, qui a gardé en elle toute sa vie un amour contrarié dont elle a voulu se venger. Mais ma lecture intervient après celle de La voix des vagues qui se déroule avec également en toile de fond le bombardement de Nagasaki et ses répercussions sur une famille, j’ai eu l’impression par moment de lire un peu la même histoire.

La narration se terminant sur un twist qui donne très envie de continuer la découverte de chacun des personnages, leur passé mais aussi ce qu’ils vont construire ensemble ou pas par contre j’ai, encore une fois un petit regret pour sa forme. Pourquoi faire cinq ouvrages, avec une chute finale qui pousse à lire le suivant ?

Je lirai peut-être la suite ou un autre roman de cette auteure mais sans précipitation…..

Editions Babel / Actes Sud – Octobre 2011 – 115 pages

Ciao

8 réflexions sur “Tsubaki – Le poids des secrets / 1 de Aki Shimazaki

  1. Je n’ai lu que ce premier tome, qui m’avait laissée perplexe, je me souviens juste d’avoir pensé, un peu comme toi « et donc ? » « Tout ça pour aller où ? ». J’ai laissé mes questions en suspens, pas assez envie d’avoir les réponses, en fait.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.