La voyageuse de nuit de Laure Adler

LA VOYAGEUSE DE NUITC’est un carnet de voyage au pays que nous irons tous habiter un jour. C’est un récit composé de choses vues sur la place des villages, dans la rue ou dans les cafés. C’est une enquête tissée de rencontres avec des gens connus mais aussi des inconnus. C’est surtout une drôle d’expérience vécue pendant quatre ans de recherche et d’écriture, dans ce pays qu’on ne sait comment nommer : la vieillesse, l’âge ?
Les mots se dérobent, la manière de le qualifier aussi. Aurait-on honte dans notre société de prendre de l’âge ? Il semble que oui. On nous appelait autrefois les vieux, maintenant les seniors. Seniors pas seigneurs. Et on nous craint – nous aurions paraît-il beaucoup de pouvoir d’achat – en même temps qu’on nous invisibilise. Alors que faire ? Nous mettre aux abris ? Sûrement pas ! Mais tenter de faire comprendre aux autres que vivre dans cet étrange pays peut être source de bonheur…
Plus de cinquante ans après l’ouvrage magistral de Simone de Beauvoir sur la vieillesse, je tente de comprendre et de faire éprouver ce qu’est cette chose étrange, étrange pour soi-même et pour les autres, et qui est l’essence même de notre finitude.
« Tu as quel âge ? » Seuls les enfants osent vous poser aujourd’hui ce genre de questions, tant le sujet est devenu obscène. A contrario, j’essaie de montrer que la sensation de l’âge, l’expérience de l’âge peuvent nous conduire à une certaine intensité d’existence. Attention, ce livre n’est en aucun cas un guide pour bien vieillir, mais la description subjective de ce que veut dire vieillir, ainsi qu’un cri de colère contre ce que la société fait subir aux vieux. La vieillesse demeure un impensé. Simone de Beauvoir avait raison : c’est une question de civilisation. Continuons le combat !
Ma lecture

C’est en le lisant (Chateaubriand) et en le relisant qu’est venu le désir du titre de ce livre, La voyageuse de nuit : « La vieillesse est une voyageuse de nuit : la terre lui est caché ; elle ne découvre plus que le ciel. » (p84)

Vieillir, tout le temps, à chaque minute, seconde mais pendant une partie de notre vie nous n’en avons pas conscience et puis un jour l’idée s’installe, notre reflet dans le miroir a changé, nous avons même parfois du mal à nous reconnaître, à envisager l’avenir mais avec malgré tout un sentiment de plénitude, d’une sorte de bien-être, de liberté que nous offrent cet avancée dans l’âge.

Ce n’est pas tant de se trouver moche devant le miroir qui est désagréable, que de ne pas se reconnaître. Mais il faut avoir un projet : c’est l’assurance que tout n’est as fini. Finalement la vieillesse complique la vie physique et la vie matérielle mais simplifie la vie morale. (p33)

Laure Adler aborde le thème de la vieillesse dans cet essai à travers sa propre vie mais aussi à travers l’histoire, les auteur(e)s en particulier Simone de Beauvoir et les enquêtes qu’elle a faites auprès de médecins, dans des EHPAD que ce soit pour les résident(e)s mais aussi le personnel travaillant auprès d’eux mais également en s’interrogeant elle-même mais également ses proches qui vivent cette période de prise de conscience du temps qui passe, des corps qui se transforment.

certaines (…) abordent cette période de leur vie comme un espace de liberté insoupçonnée. L’invisibilité que donne l’âge leur permet d’entrer dans un monde nouveau débarrassé et de la domination masculine et du souci de soi. (p39)

J’ai beaucoup aimé cette étude sur l’âge car elle est faite sur plusieurs orientations : la prise de conscience : « Le sentiment de l’âge », une sorte d’état des « lieux », la vieillesse dans l’histoire  » L’expérience de l’âge » puis de la situation des personnes âgées « La vision de l’âge » que ce soit sur le plan financier, conditions de vie, encadrement de la famille ou de structures spécialisées pour finir par une sorte de bilan épilogue, le tout en prenant références et expériences que ce soit dans la littérature, l’art, la philosophie ou sa propre expérience ou ses rencontres.

Sacks l’affirme : « Je ne considère pas l’âge mûr comme une période vouée au déclin que l’on devrait subir le mieux possible mais comme un moment de plaisir et de liberté, où je suis libéré de l’exigence factice du début, libre d’explorer ce que je souhaite…. »(p79)

J’ai trouvé cela intéressant car j’y ai retrouvé des questionnements, des pensées que tout à chacun peut avoir soit par ses propres réflexions mais aussi par son propre vécu, regard sur une population de plus en plus vieillissante et pour laquelle la société n’est pas toujours préparée.

J’ai apprécié le ton, jamais didactique, parfois même humoristique, touchant voire émouvant n’hésitant pas à avouer ses propres sentiments, rendant la lecture fluide et parlante car les problèmes de société soulevés, les écarts entre vieillesse en pleine santé ou impactée par la maladie, vieillesse différente parfois si on est homme ou femme, vieillesse dans de bonnes conditions financières ou non sont des sujets qu’elle aborde avec franchise, réalisme et dont nous avons tous plus ou moins conscience même si nous reculons toujours le moment d’y penser.

Instructif, édifiant avec d’émouvants témoignages en autres ceux d’Edgar Morin, Annie Ernaux et quelques mots de Guy Bedos qui nous a quittés cet été, qui permettent à tout à chacun de dresser un état des lieux de la vieillesse, celle de la société, de ses structures mais également de notre propre vieillesse et d’y réfléchir.

Merci aux Editions Grasset et à NetGalleyFrance pour cette lecture
Editions Grasset – Septembre 2020 – 224 pages
Ciao

6 réflexions sur “La voyageuse de nuit de Laure Adler

  1. j’ai hésité car j’apprécie l’auteure (il y a longtemps que je n’ai rien lu, c’est vrai…) mais je fais partie des seniors finalement je préférais « les vieux » au moins cela faisait résonner la chanson de Brel!) et je me sens rejetée depuis quelques temps… nos retraites coûtent trop cher, on est pleins aux as (à hurler de rire!) le continent de plastique c’est notre faute alors que je trie mes déchets depuis 30 ou 40 ans…
    Si on gêne il faut nous donner le droit à l’euthanasie au lieu de tenir un double discours 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.