La fièvre de Aude Lancelin

LA FIEVRELe 24 novembre 2018, Yoann, Gilet jaune de 35 ans, est interpellé sur les Champs Elysées pour avoir lancé un pavé. Il sera condamné à quatre mois de prison avec sursis.

Inspiré de cette tragique histoire vraie, « La Fièvre » c’est six mois hors du commun dans la vie de la nation française, qui auront vu le pouvoir vaciller face à un soulèvement historique que personne n’attendait. A travers ce fil directeur romanesque, le roman traverse une époque de décomposition morale et intellectuelle, qui aura laissé s’installer un véritable apartheid entre les différentes classes sociales. Penseurs épris de notoriété, gens de médias dépassés par la situation, hommes d’appareil tentant de reprendre le contrôle, l’histoire de Yoann croise dans le livre celle de nombreux protagonistes, connus ou inconnus de notre époque, parmi lesquels un journaliste de sa génération, qui va s’intéresser à son parcours.
Aujourd’hui la fièvre semble retombée, mais la maladie française se poursuit, tandis qu’à tout moment une nouvelle poussée peut survenir.

Ma lecture

A travers deux personnages, Yoann Defresnes, un électricien au chômage de 35 ans, que sa compagne a quitté et Eliel Laurent, journaliste, Aude Lancelin (elle-même journaliste) retrace le mouvement des Gilets jaunes qui a « secoué » la France à partir d’Octobre 2018.  S’appuyant sur des faits réels, que nous avons tous vécus de près ou de loin, elle retrace à travers deux hommes, deux destins pour deux visions d’un mouvement. Du côté des « révoltés », Yoann, qui sera interpellé et condamné à une peine avec sursis pour avoir lancé un pavé (inspiré d’un fait réel), qui vit dans la Creuse, un des départements les plus pauvres, les plus éloignés en temps normal de l’agitation et Eliel, qui a pour mentor Laurent Bourdin, célèbre journaliste à Libération et figure emblématique des médias, qui se lance dans une recherche d’informations pour rédiger un mémoire sur les événements.

Rien n’aurait dû les faire se rapprocher, il a fallu le ras-le-bol d’existences partout en France pour qu’ils se rejoignent, l’un parmi les autres qui ont eu le sentiment, pendant quelques temps d’être vus, entendus et qui y ont cru, l’autre non pas dans ceux qui leur faisaient face mais ceux qui en faisaient le compte-rendu en découvrant également les manipulations et revirements.

La confrontation des deux univers est particulièrement édifiant avec deux tons et deux ambiances différentes : Yoann emporté par un ras-le-bol général dans sa vie mais non préparé à une mise sous le feu des projecteurs qui pourtant y prendra goût sans comprendre que tout à une fin et Eliel qui pense tenir un sujet qui le fera sortir de l’anonymat mais dont la naïveté face aux briscards de l’information et du pouvoir va le conduire à revoir son avenir.

Ce document-roman permet d’analyser les deux facettes : celle de l’intérieur pour ceux qui s’y sont retrouvés sans trop savoir où cela allait les mener au départ et celle de l’extérieur à travers l’œil d’un témoin grâce à Eliel qui rencontrera préfet et autres détenteurs du pouvoir et fera un constat amer à la fois d’un système mais aussi du milieu où il évolue.

Je ne suis pas versée dans ce genre de littérature ni cette zone de lecture. J’ai vécu comme tout à chacun cette période houleuse, avec des sentiments partagés et j’ai eu parfois un peu de mal à suivre les chemins de chacun et plus particulièrement tout ce qui touchait aux arcanes du pouvoir mais non pas du fait de l’écriture mais parce que c’est un secteur pour lequel je ne me sens pas à mon aise, même si je m’intéresse à l’actualité. J’ai malgré tout aimé cette confrontation des deux mondes, si loin l’un de l’autre, l’auteure restituant tout ce qui les sépare que ce soit dans leurs attentes, leurs espoirs et leurs colères.

Stratégies, espoirs, désillusions, c’est à la fois un roman mais aussi un document qui pourra intéresser ceux (ou celles) qui veulent en savoir un peu plus que ce qui était montré dans les médias et même si je me suis attachée au personnage de Yoann et à son tragique destin et à la quête d’Eliel pour restituer une vision juste des événements, je me suis parfois perdue dans les attitudes et langages surtout du côté d’Eliel car je n’en comprenais pas toujours le sens, n’étant pas au fait des rouages des mécanismes politiques et médiatiques.

Merci aux Editions Les liens qui libèrent pour cette lecture

Editions Les liens qui libèrent – Août 2020 – 283 pages

Ciao

7 réflexions sur “La fièvre de Aude Lancelin

  1. le sujet ne me tente pas pour l’instant, c’est trop près dans la mémoire, j’ai besoin de livres qui ne soient pas en lien direct avec l’actualité récente… Idem pour les livres autour du COVID d’ailleurs

    J'aime

  2. J’ai eu ce livre pour le jury fnac….j’ai tenu environ 1/3 du livre….au dessus de mes forces…le souvenirs des saccages durant 1 an en mémoire….et puis que ce livre puisse être dédicacé à un casseur m’a rendue très colère; Impossible à lire en ce qui me concerne !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.