Les couloirs aériens de Etienne Davodeau – Joub – Christophe Hermenier

LES COULOIRS AERIENS IG

À 20 ans, Yvan considérait les quinquagénaires comme des gars en fin de course. Et ça y est, Yvan vient d’avoir 50 ans. Il a perdu son boulot, sa mère, son père. Et si ce n’est pas la fin de la course, c’est quand même un virage un peu glissant…

Ma lecture

Quand une BD d’Etienne Davodeau sort et est présente à ma bibliothèque, je m’empresse de la découvrir car j’aime beaucoup l’ambiance et les thèmes de ses ouvrages….

La fameuse crise de la cinquantaine voilà de quoi il est question ici et quand on arrive à ce virage on peut être également confronté au deuil, à la perte de ses parents, à des changements de relations familiales et c’est ce qui arrive à Yvan. Il a récemment perdu son boulot, ses parents, a dû vider l’appartement de ceux-ci, sa femme est partie travailler à l’étranger et il ne sait pas trop d’ailleurs où il en est dans son couple. Sans compter ses enfants qu’il ne voit plus beaucoup car ils vivent loin et mènent leurs propres vies.

C’est dans le Jura qu’il trouve refuge, chez des amis et c’est l’occasion pour lui de faire une sorte de bilan de sa vie et d’imaginer un futur tout en fixant sur la pellicule les objets du passé avant que ceux-ci disparaissent faisant remonter ainsi les souvenirs, la nostalgie. Faire de la place mais sans oublier, garder des traces comme le temps en laisse sur les visages et les corps, repartir sur de nouvelles bases en empruntant d’autres chemins.

50 ans, le presque milieu d’une vie et Etienne Davodeau l’aborde avec une certaine mélancolie désabusée mais avec comme toujours une pointe d’humour et de dérision. Où sont les rêves d’antan, que sont devenus la famille, les relations, les amis ?

Dans la solitude d’un petit village de montagne, il va trouver un peu d’amour consolatoire, de l’amitié, des rencontres furtives qui vont le guider sur les routes du reste de sa vie. Ce qui est important, ce qui l’est moins et qui va se résumer finalement à quelques mots au final.

Un récit doux-amer comme la vie, à la fois tendre et mélancolique mais sans jamais sombrer dans le désespoir, Etienne Davodeau trouve toujours le chemin pour nous parler de lui, de nous, de notre monde, de notre société et de nos questionnements, de nos doutes et surtout de nos espoirs.

Après Lulu femme nue 1 et 2, Le chien qui louche et Les ignorants, Etienne Davodeau raconte en dessins mis en couleur par Joub et avec l’insertion des photographies de Christophe Hermenier une étape à laquelle nous sommes tous un jour confronté, qu’il aborde, lui, entouré de ses amis, avec la lucidité et la franchise qu’on lui connaît et la lecture est comme à chaque fois une bulle de vie, d’humour mais aussi de réflexion.

LES COULOIRS AERIENS 1LES COULOIRS AERIENS 2LES COULOIRS AERIENS 3

Editions Futuropolis – Octobre 2019 – 108 pages

Ciao

4 réflexions sur “Les couloirs aériens de Etienne Davodeau – Joub – Christophe Hermenier

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.