Miss Islande de Audur Ava Olasfdottir

MISS ISLANDEIslande, 1963 – cent quatre-vingt mille habitants à peine, un prix Nobel de littérature, une base américaine, deux avions transatlantiques, voilà pour le décor. Hekla, vingt et un ans, emballe quelques affaires, sa machine à écrire, laisse derrière elle la ferme de ses parents et prend le car pour Reykjavík avec quatre manuscrits au fond de sa valise. Il est temps pour elle d’accomplir son destin : elle sera écrivain.

Avec son prénom de volcan, Hekla bouillonne d’énergie créatrice, entraînant avec elle Ísey, l’amie d’enfance qui s’évade par les mots – ceux qu’on dit et ceux qu’on ne dit pas –, et son cher Jón John, qui rêve de stylisme entre deux campagnes de pêche…

Ma lecture

Ce que j’aime avec Audur Ava Ólafsdóttir c’est que chaque lecture est un voyage, un voyage dans des paysages, une ambiance, une culture mais surtout dans une histoire originale comme dans Rosa Candida ou Le rouge vif de la rhubarbe..Dans celui-ci elle remonte dans le temps, en 1963, à Reykjavik avec trois êtres liés par une amitié indéflectible.

Avec Miss Islande, l’auteure nous fait découvrir des personnalités qui se sentent soit incomprises, isolées voire brutalisées dans leurs vies mais aussi dans leurs aspirations. Il y a Hekla, 21 ans, qui ne veut qu’écrire alors qu’on la pousse à se présenter à l’élection de Miss Islande en raison de sa beauté. Il y a Jon John, marin par défaut,  son meilleur ami, rejeté parce qu’homosexuel et puis Isey, l’amie d’enfance d’Hekla qui elle est mariée et déjà mère de famille.

Trois vies, trois itinéraires et c’est à travers Hekla que nous allons découvrir non seulement la difficulté à réaliser ses rêves, quitte à utiliser des subterfuges, mais aussi à se réaliser.

Tout en délicatesse, en finesse, sans se perdre dans des tours et détours, l’auteure dresse leurs portraits, leurs volontés surtout pour Hekla et Jon John, de vouloir la vie qu’ils ont choisie : elle devenir écrivain et lui ne plus être regardé, abusé, battu parce qu’il aime les hommes. A l’opposé Isey, elle, on a le sentiment qu’elle suit une route toute tracée, sans l’avoir vraiment choisie sans que cela atteigne le lien qui l’unit à Hekla qui ne juge pas et l’accepte comme elle est.

Il y a la rudesse d’un pays, d’une société, du travail et des longues campagnes de pêche, des gestes déplacés mais également la beauté de l’amitié, des paysages, la pureté de l’amour qui lie les personnages, du besoin d’écrire, de s’écrire à tout prix comme un besoin vital, plus fort que tout, plus fort que l’amour qui lie Hekla à Starkadur, le bibliothécaire « poète ».

Il y a un romantisme dans les désirs d’Hekla et Jon John mais un romantisme moderne, nordique, pudique mais assumé. Comment ne pas penser à tous ces écrivains inconnus, voire maudits, animés de la passion de l’écriture, qui ne vivent que d’elle, qui n’attendent pas forcément une reconnaissance, même si elle est la bienvenue, mais surtout le Besoin comme celui de manger et de boire.

J’ai aimé ce roman qui décrit si bien une époque, un pays, un état d’esprit mais également qui s’attache à travers les mots, l’écriture à nous faire ressentir le moi profond d’Hekla, ce qui l’anime, cette volonté que rien ne parviendra à faire taire, ses silences, sans aucune violence elle avance sans jamais se renier.

J’ai aimé l’évolution des personnages, n’acceptant les compromissions que le temps d’arriver à leurs buts, j’ai aimé tendrement Jon John, sa fragilité mais sa ténacité à être reconnu pour ce qu’il est, sa fidélité malgré l’éloignement et j’ai admiré Hekla pour sa détermination douce, tranquille, attendant son heure.

Oui chaque lecture de cette auteure est un voyage, un dépaysement et il n’y a que l’Embellie que j’ai abandonnée car l’auteure m’avait perdue dans un de ses voyages. Mais peut-être n’étais-je pas prête pour celui-ci !

Traduction de Eric Boury

Editions Zulma – Septembre 2019 – 262 pages

Ciao

7 réflexions sur “Miss Islande de Audur Ava Olasfdottir

  1. Personnellement j’ai tout aimé de cette auteure, peut-être un peu moins La rhubarbe mais celui-ci m’a complètement séduite. Tu as raison, c’est toujours un beau voyage qu’on entreprend avec cette auteure.

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.