Débâcle de Lize Spit

DEBACLE IGLa même année qu’Eva sont nés deux garçons dans le petit village flamand de Bovenmeer. Les « trois mousquetaires » sont inséparables, mais à l’adolescence leurs rapports se fissurent. Un été de canicule, les deux garçons conçoivent un plan : faire se déshabiller devant eux les plus jolies filles du village, et plus si possible. Pour cela, ils imaginent un stratagème : la candidate devra résoudre une énigme en posant des questions ; à chaque erreur, elle devra enlever un de ses vêtements. Eva doit fournir l’énigme et servir d’arbitre si elle veut rester dans le groupe. Elle accepte, sans savoir encore que cet « été meurtrier » la marquera à jamais. Treize ans plus tard, Eva retourne pour la première fois dans son village natal avec un bloc de glace dans son coffre. Cette fois, c’est elle qui a un plan.

Ma lecture

C’est peut-être à ça qu’on les reconnaît, les familles où ce qui est le plus essentiel va de travers : pour compenser, elles inventent un tas de petites règles et de principes ridicules. (page 326)

Dès la couverture il y a malaise alors on hésite, on sent que cela ne vas pas être facile et puis il y a le titre : Débâcle et malgré le chapeau sur le « a » on est pas protégé, on est pas à l’abri d’une vague de sentiments. Et on ne se trompe pas : dès le premier chapitre on comprend que l’on entre dans une lecture noire, sombre, poisseuse et à l’ambiance malsaine.

Eva est au centre de l’histoire et à travers deux étés, celui de 2002 où avec ses deux amis, Pim et Laurens, ils forment les trois mousquetaires, les seuls à Bovenmeer, village des Flandres, à être nés en 1988 et ont pour devise : Tous pour un, et celui de 2015, enfin plutôt une journée de 2015, où les heures s’égrènent lentement, faisant durer le supplice d’un acte calculé, préparé et attendu mais dont nous comprendrons tout le sens que dans les dernières pages, le tout ponctué de chapitres retraçant la vie de la famille De Wolf, où les parents se noient dans l’alcool et où les enfants Jolan, Eva et la petite Tessa vivent à la fois livrés à eux-mêmes mais également dans la crainte du moindre débordement.

Une enfance de misère, où la plus jeune des enfants souffre de troubles inquiétants dont seuls son frère et sa sœur se préoccupent, où la bande d’amis inventent un jeu stupide dont l’issue sera à l’origine d’un retour sur les lieux 13 ans plus tard.

Alors attention, ce livre il faut s’accrocher, tout au long de la lecture la tension est présente, on ne sait trop pourquoi car cela ressemble à la narration du quotidien et de jeux d’enfants, parfois poussés, mais il faut l’écouter Eva, les petits indices laissés ici ou là  et on comprend que tout cela va mal finir,  qu’elle-même attendait et préparait son retour, qu’elle va mal et que tout cela va prendre un tour que l’on est pas sûr de vouloir connaître.

L’écriture est sèche, épousant les pensées d’Eva enfant, devant pallier à des parents défaillant, mais également femme, une écriture maitrisée pour ne rien laisser transpirer et nous tenir jusqu’à la fin, entretenant une angoisse permanente et grandissante jusqu’à la révélation de la vérité qui sera bien en-deçà de ce que l’on peut imaginer. A la manière d’un thriller, d’un roman noir, mais noir de noir, du glauque, du puant, du poisseux qui vous répugne mais qui vous accroche et restera dans votre esprit très longtemps. Elle « colle » au récit, aux caractères, aux événements, elle distille son venin lentement, on le sent s’immiscer en nous, à travers les mots et les silences. Sans rien savoir, sans rien voir on se dit que l’on devrait refermer le livre, que les digues en nous vont lâcher, que la débâcle va arriver.

Alors on aurait aimé qu’il y ait moins de détails, moins de pages, parce que l’on comprend que cela va devenir insoutenable, mais l’auteure construit son roman en ne nous épargnant  aucune scène, où amitié et abus se mêlent, où une chappe de plomb nous envahit et nous scotche au récit. On tente de comprendre, d’analyser l’ambiguïté d’Eva, amie fidèle et victime consentante voire active, on ne sait pas s’il s’agit d’amitié ou d’un remède à la solitude dans une famille qui n’a que le nom. Comment un milieu familial, le désœuvrement dans une bourgade rurale peuvent conduire à de telles perversités.

Commencer et lire ce roman c’est se lancer dans ce qu’il y a de plus noir, de plus malsain, vous êtes prévenus, âmes sensibles s’abstenir car vous n’en ressortirez pas indemne. Mais il n’empêche que je suis chamboulée, qu’il va me falloir plusieurs jours pour ne plus avoir en tête certaines scènes, pour laisser Eva à son destin mais qu’il y a comme cela des lectures où vous comprenez qu’il y a un réel travail d’écriture, de construction pour installer une unité, un décor, un univers où les enfants sont parfois des monstres et où les parents ne valent pas mieux.

A ne pas mettre entre toutes les mains, les trop sensibles, ou alors fermer le livre sans en connaître le dénouement  mais pour cela il faut presque du courage. Moi je suis restée malgré tout, jusqu’au bout, hésitant plusieurs fois entre continuer ou arrêter, parce que je savais que la fin allait être à l’image de la tension installée au fil des pages, qu’il ne pouvait en être autrement, à la manière d’un poison injecté à petites doses mais dont l’effet serait dévastateur.

Débâcle est un premier roman, dérangeant, fort et implacable…… Je suis presque gênée de dire que j’ai aimé, mais oui j’ai aimé.

Traduction (néerlandais) de Emmanuelle Tardif

Editions Actes Sud – Février 2020 – 528 pages

Ciao

6 réflexions sur “Débâcle de Lize Spit

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.