Les mains du miracle de Joseph Kessel

LES MAINS DU MIRACLE IGLe Docteur Kersten, de nationalité hollandaise, s’était spécialisé avant la guerre dans le massage médical. Il avait suivi des cours à Londres et reçu un enseignement secret venu du Tibet. Sa célébrité en fit le médecin de Himmler, le puissant chef de la Gestapo, qui devait devenir le second personnage du Reich.
Himmler souffrait de douleurs intolérables que seul Kersten parvenait à apaiser. Utilisant ce pouvoir miraculeux, le héros de cette histoire parvint à sauver de très nombreuses victimes politiques, et il empêcha la déportation massive d’une partie du peuple hollandais – ce qui lui valut d’être fait, en 1950, Grand Officier de l’Ordre d’Orange – Nassau.

Ma lecture

Joseph Kessel retrace dans ce roman une histoire vraie, celle du lien entre Félix Kersten et Heinrich Himmler de 1938 à 1945. Félix Kersten détient un « don » grâce à ses mains qui ont le pouvoir de faire des miracles mais également grâce à un enseignement reçu d’un médecin tibétain, Maître Kô. Sa réputation était immense et parvint aux oreilles du bras droit tout puissant d’Hitler, meurtrier en chef du IIIème Reich, Heinrich Himmler.

KERSTEN

Himmler lui n’a pas un pouvoir mais tous les pouvoirs, avec entre autres ceux de vie et de mort sur des milliers (voire des millions de personnes), il dirige et ordonne et n’a qu’un seul maître, son idole Adolphe Hitler, mais il souffre de violentes douleurs nerveuses, du (ironie de sort) « sympathique ». Kersten va accepter de le soulager parce qu’il va très vite se rendre compte que ses mains, au-delà des massages qu’il lui fait et le soulage, vont lui permettre de sauver des milliers de personnes, d’influer « parfois » sur les décisions ou orientations du bourreau fasciste.

Je ne connaissais pas du tout cet homme et son incroyable histoire. Cela paraît presque inimaginable qu’un homme tel qu’Himmler, avec tout ce qu’il représente de cruauté, de violence et je dirai presque de folie, se soit soumis à lui, à ses requêtes parfois téméraires ou mettant sa propre vie en danger et allant à l’encontre de la doctrine du parti nazi ou aux ordres reçus de Hitler. Il fut d’ailleurs mis dans la confidence par son malade de secrets comme la maladie dont souffrait Hitler :

Il voyait la maladie de Hitler. Et, pensant au pouvoir de ce dément, il se sentait envahi par une épouvante où ce n’était pas lui, Kersten, qui était en cause, mais l’humanité entière. Le roi des fous, au lieu de porter une camisole de force, disposait du sang des peuples, pour alimenter les jeux de ses démences. Et ce n’était encore rien, au regard de l’avenir. Le mal n’avait pas atteint sa plénitude. (p224)

La relation entre les deux hommes est parfois assez ambigüe  : médecin-patient, oppresseur-opprimé, bourreau-victime (les rôles s’inversant parfois) mais pour le médecin ayant toujours conscience de qui était son patient alors qu’inversement Himmler trouve et cherche parfois en Kersten un confident-ami. Ce dont il est question c’est le pouvoir que chacun des deux hommes possèdent : l’un de vie et de mort à l’échelle mondiale et l’autre de la « manipulation » à travers les massages qu’il prodigue sur un être dénué de tout sensibilité humaine, aveuglé par son devoir envers son Führer. Kersten, possédant une fortune personnelle mais également une nationalité finlandaise qui le protégera parfois, trouvera ce moyen de mener ainsi sa propre guerre, une guerre dans l’ombre.

Joseph Kessel restitue parfaitement cette relation dont il eut connaissance en rencontrant Félix Kersten qui, ayant soigneusement gardé ses journaux où il relatait tous ses échanges avec Himmler mais aussi des preuves de son action, pouvait fidèlement retracé son parcours. Il fait preuve de diplomatie, de psychologie, de rouerie, pesant les différentes options qui s’offrent, prenant parfois des risques considérables par le discours qu’il tient à son malade, en ne masquant pas toujours ses buts, usant parfois de la douleur que peut procurer également ses mains quand le malade se fait réticent,  que la situation devient urgente ou se faisant relai-espion auprès d’ambassades étrangères.

Les moyens dont il disposait et dont il usa frôlent parfois l’inconscience en particulier quand il utilise l’adresse postale d’Himmler pour recevoir les informations de ses correspondants étrangers ou bénéficiant de la ligne téléphonique privée du tortionnaire. Il va s’attirer parfois l’animosité d’autres chefs SS, comprenant l’influence dont il dispose et qui tenteront même de l’éliminer.

C’est un roman historique qui montre la complexité des rapports humains, les personnalités des deux hommes mais également les mécanismes internes de la hiérarchie nazie. J’ai souvent pensé pendant ma lecture à La liste de Schindler, au rôle joué également par Oskar Schindler, industriel, pour éviter les camps de concentration à 1200 juifs.

Une lecture fluide, passionnante, qui met en lumière l’action de personnes de l’ombre, qui agirent à leur niveau non pas pour changer l’histoire mais pour sauver des vies, pour donner à leur « pouvoir » un sens humanitaire.

Cela se lit comme un roman historique mais également presque comme un thriller tellement la tension est parfois palpable, les risques immenses et même si nous connaissons l’issue de cette période, pour ma part, j’ai été captivée grâce à une écriture vivante, au cœur de l’intimité d’un tortionnaire et nous plongeant dans un épisode peu connu des dessous de l’Histoire.

Quand littérature et histoire se mêlent pour donner un roman palpitant que j’ai beaucoup aimé.

Editions Folio – Mars 2013 (Gallimard 1963) – 389 pages

Ciao

8 réflexions sur “Les mains du miracle de Joseph Kessel

  1. Il me tente depuis longtemps, en raison du sujet, mais je crains d’être déçue d’un point de vue purement littéraire, suite à des avis évoquant un style « pauvre ». Je vois que tu as personnellement été embarquée, à voir donc.

    Aimé par 1 personne

  2. C’était le premier roman que je lisais de Kessel, et je partage ton avis, c’est un très bon livre. Ce qui m’a vraiment intéressé, c’est de voir la métamorphose de cet homme en sauveur de l’humanité, au péril de sa vie.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.