Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla de Jean-Christope Rufin (lu par Bertrand Suarez-Pazos)

LES SEPT MARIAGES D'EDGAR ET LUDMILLA AUDIO« Sept fois ils se sont dit oui. Dans des consulats obscurs, des mairies de quartier, des grandes cathédrales ou des chapelles du bout du monde. Tantôt pieds nus, tantôt en grand équipage. Il leur est même arrivé d’oublier les alliances. Sept fois, ils se sont engagés. Et six fois, l’éloignement, la séparation, le divorce… Edgar et Ludmilla… Le mariage sans fin d’un aventurier charmeur, un brin escroc, et d’une exilée un peu « perchée », devenue une sublime cantatrice acclamée sur toutes les scènes d’opéra du monde. Pour eux, c’était en somme : « ni avec toi, ni sans toi ». A cause de cette impossibilité, ils ont inventé une autre manière de s’aimer. Pour tenter de percer leur mystère, je les ai suivis partout, de Russie jusqu’en Amérique, du Maroc à l’Afrique du Sud. J’ai consulté les archives et reconstitué les étapes de leur vie pendant un demi-siècle palpitant, de l’après-guerre jusqu’aux années 2000. Surtout, je suis le seul à avoir recueilli leurs confidences, au point de savoir à peu près tout sur eux. Parfois, je me demande même s’ils existeraient sans moi », Jean-Christophe Rufin.

Mon écoute

Deux êtres, un homme, Edgar,  homme d’affaires, une sorte de Bernard Tapie dont l’auteur ne se cache pas, en postface, de s’être inspiré et une femme d’origine russe, Ludmilla, cantatrice, se sont rencontrés, aimés, quittés puis retrouvés tout au long de leurs existences. Ils s’aiment puis se quittent mais se rendent compte qu’ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre, qu’ils n’existent qu’à travers l’autre. Alors ils se marient, puis divorcent pour se remarier et cela sept fois et à chaque fois dans des circonstances différentes.

Jean-Christophe Rufin nous entraîne avec ce roman dans une sorte de sarabande de l’amour, on s’aime-on se quitte, en imprégnant son roman d’une époque et de milieux sociaux, que ce soit dans le monde des affaires où celui du spectacle et c’est ici que j’ai eu un petit « hic »…. C’est tellement collé à ses sources d’inspiration au niveau des personnages, tellement stéréotypé, qu’il n’y a eu pour moi un sentiment de déjà vu sans surprise même si j’ai retrouvé la pointe d’ironie et la fluidité de l’écriture que glisse l’auteur dans chacun de ses romans.

J’ai presque eu l’impression de lire un journal people avec les frasques d’un couple de la jet-set mais je dois reconnaître que l’histoire est bien menée, elle s’écoute sans déplaisir comme on écoute une histoire légère, une sorte de bluette, où le mariage devient un objet de consommation, le divorce une solution, où l’on se marie et se quitte en sachant ou pas, que l’on se retrouvera.

L’histoire m’a semblé être le reflet d’une société et d’une époque, où j’ai trouvé le couple d’un égoïsme parfois monstrueux (je pense à l’isolement de leur fille et au peu d’intérêt qu’elle suscite chez ses parents), très axé sur lui-même.  Les premiers mariages et motivations passés, comme le titre le laisse entendre, nous savons qu’à sept reprises les événements vont se reproduire, certes pour des raisons et des causes différentes mais assez prévisibles, j’ai écouté jusqu’au bout mais de façon légère, distante et n’ayant besoin que de peu d’attention….. Jean-Christophe Rufin avait envie de s’amuser je pense mais je ressors un peu déçue car il m’avait habituée à plus de profondeur ou de réflexion.

Je ne m’étendrai pas beaucoup plus et j’en garderai le souvenir d’une lecture distrayante mais sans grand intérêt autre que celle de distraire, où l’auteur s’est amusé à tresser les fils d’événements personnels et de personnages publics pour tenter d’en faire une sorte de comédie de l’amour pour laquelle je n’ai pas ressenti beaucoup d’émotions et d’empathie pour les personnages. Si eux ne se sont pas lassés du mariage et du divorce, au final moi je n’avais qu’une envie c’est que l’histoire finisse.

Retrouvez ICI la chronique de Natiora qui a eu, elle, un coup de cœur et m’a incitée à l’écouter…..

Editions Gallimard – Mars 2019 – 384 pages / Audible 8h41 mm

Ciao

9 réflexions sur “Les sept mariages d’Edgar et Ludmilla de Jean-Christope Rufin (lu par Bertrand Suarez-Pazos)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.