Un fils exemplaire de Angela Huth

UN FILS EXEMPLAIRE IG

En épousant Barney, Belle a offusqué ses parents, beaucoup trop conservateurs pour cautionner l’union de leur fille avec le maréchal-ferrant du village.
Un petit Timothy est né deux ans plus tard. Il a comblé sa mère qui consacrait paisiblement son temps libre à la Société historique locale. Mais la félicité conjugale ne durera pas : Barney tombe amoureux. Un amour fou qui, confesse-t-il, ne lui laisse d’autre choix que de s’enfuir.
Belle n’a rien vu venir. Elle se réfugie dans l’amour de son fils. C’est une autre plage de bonheur qui va se compliquer car il tombe lui aussi amoureux alors que sa mère va connaître pour la première fois la passion avec un homme nettement plus jeune qu’elle;

Ma lecture

Je ne me lasse pas de lire Angela Huth. Après Valse hésitation, L’Invitation à la vie conjugale, j’ai découvert ce roman qui, une fois de plus explore les sentiments féminins et ici plus particulièrement la relation entre une mère, Belle, et son fils Tim, relation qui prend toute la place Belle lorsque Barney, son mari, quitte le foyer pour une autre femme. Son fils est sa plus belle réussite : lui ne la déçoit jamais mais les années passent et peu à peu Tim construit sa propre existence en vivant ses amitiés, en partant suivre ses études mais également en ayant des rencontres amoureuses qui vont mettre à mal l’équilibre de Belle car jusqu’à maintenant elle n’avait aucune concurrence féminine dans le cœur de son fils. Même sa relation amoureuse avec Wyndham, un jeune homme beaucoup plus jeune qu’elle, ne pourra supplanter la jalousie qui s’installe en elle lorsque ce fils tant aimé s’éloignera pour vivre sa vie et aimer une autre personne qu’elle.

Et à nouveau le charme a opéré. Angela Huth a une fluidité pour nous installer dans son histoire. Une fois de plus elle nous fait pénétrer dans le quotidien d’une famille où le départ du père n’est pas fondamentalement une catastrophe pour l’héroïne car très vite elle trouve en Tim un réceptacle à l’amour qu’elle a à donner. La nature et l’ampleur de celui-ci pour ce fils va provoquer un drame dont elle sera à l’origine suite à une éventualité soumise lors d’une discussion.

Belle, sans en prendre réellement conscience, va bâtir pour elle et son fils, une vie dont Tim est le pilier. Elle ne pense qu’à faire son bonheur, s’oubliant parfois et ne prenant pas conscience qu’un enfant a pour vocation de partir en jour, une fois adulte pour bâtir sa propre vie. Lorsqu’elle commence à développer des sentiments de jalousie, dont elle prend peu à peu conscience mais qu’elle ne peut s’empêcher de ressentir que ce soit vis-à-vis du meilleur ami de son fils mais également vis-à-vis des jeunes filles qu’il fréquente, s’installe en elle un sentiment d’abandon et de colère sourde même si elle trouve un épanouissement dans sa relation avec Wyndham qui la flatte et lui donne un souffle de jeunesse retrouvée.

Belle est une mère aimante, attachante même par sa générosité, son côté conciliant et tolérant, qui a un besoin de reconnaissance, d’existence propre et trouve cela en entourant son fils, exemplaire à bien des titres, d’amour et voulant même le protéger de toute désillusion.

J’ai aimé l’ambiance et les caractères, jamais dans l’excès, toujours mesurés, les relations qu’entretient Belle avec Richard, un voisin dont elle prend soin, son attachement à son village et son investissement à faire vivre celui-ci, la manière dont elle va se révéler une femme lucide face à un amant plus jeune, la façon qu’utilise l’auteure pour mettre en parallèle, au fil des ans, l’évolution des sentiments maternels mais aussi de la vie intime de son héroïne. L’auteure explore toute l’ambivalence d’une femme et d’une mère qui garde en elle des blessures qui peuvent expliquer l’investissement qu’elle a mis dans sa relation avec son fils.

Elle intègre ici un événement qui va accélérer la rupture entre mère et fils en y intégrant une happy end un peu kitch (et prévisible) mais après tout nous sommes dans la littérature anglaise et il s’agit d’un roman mais j’aurai peut-être préféré une fin sans vraiment une fin, quelque chose en suspension.

Angela Huth explore le domaine féminin sous ses différents aspects, le plus souvent à travers le prisme du quotidien et du temps, qu’ils soient familiaux, sentimentaux ou personnels dans lesquels chaque lectrice peut y trouver des similitudes avec sa propre existence ou son propre ressenti. Jamais dans l’excès, toujours dans la mesure, la fluidité et la douceur, l’auteure nous offre une tranche de vie sur l’amour sous diverses formes, que l’on donne sans compter, qui n’est pas remis en question mais qui doit évoluer avec le temps et prendre d’autres formes.

J’ai beaucoup aimé et je vais continuer à lire Angela Huth car c’est à chaque fois de jolies heures de lecture, je me sens bien, c’est à la fois confortable, finement analysé et transcrit, un moment à part, doux mais jamais niais.

Lecture faite dans le cadre d’Objectif chez Antigone et ses lectures

OBJECTIF PAL 

Traduction de Marie-Odile Masek

Editions Folio –  Janvier 2008 – 432 pages

Ciao 📚

8 réflexions sur “Un fils exemplaire de Angela Huth

  1. Je n’ai lu que Les filles de Hallows Farm que j’avais apprécié mais sans vraiment retenir l’auteure comme étant à suivre, pour moi. Ton enthousiasme me fait changer d’avis. Je note les trois titres que tu mentionnes, j’en trouverai bien un lors d’un passage en librairie !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.