Le sixième ciel – Tome 2 -Eustache et Hilda de L.P. Hartley

LE SIXIEME CIEL IGÉtudiant boursier à Oxford, Eustache Sherrington doit apprendre à concilier ses études et les joyeuses soirées entre amis. Sa sœur Hilda est devenue directrice d’une clinique. Sa réussite, sa beauté et jusqu’à son étrangeté fascinent les camarades d’Eustache.

Quand Dick Staveley, qu’ils n’ont pas revu depuis l’enfance, les invite à passer le week-end chez ses parents à Anchorstone, Eustache s’inquiète de l’image qu’ils renverront aux autres invités – Hilda si solide, et lui si fragile…

Alors qu’il n’aspirait qu’à se promener sur la plage, Hilda part faire un tour en avion avec Dick. « Avez-vous toujours cet air-là quand vous expédiez votre sœur dans le néant ? » plaisante lady Nelly, la charmante tante de Dick, en observant le décollage.

Ma lecture

Je ne pensais pas qu’Hilda et Eustache Sherrington avaient laissé autant de traces dans ma mémoire. Je les avais quittés à l’aube de leur maturité, après une rencontre décisive qui va bouleverser leur avenir. Grâce à l’héritage reçu par Eustache et qu’il a décidé de partager avec Hilda, sa sœur aînée parce que sans elle rien ne serait arrivé, ils vont pouvoir réaliser ce à quoi ils aspirent. Hilda va s’investir dans un hôpital pour enfants handicapés avec toute la maîtrise et la volonté dont elle faisait déjà preuve enfant et Eustache entreprendre des études à Oxford.

Dick Staveley n’a jamais oublié les deux enfants qu’il avait rencontrés sur la plage à  Anchorstone et surtout la beauté d’Hilda et sa farouche détermination à n’écouter que ses désirs. L’occasion d’une invitation dans la demeure de la famille Staveley, Dick et Hilda vont penser en profiter pour faire un pèlerinage où leur destin a basculé mais ils vont être confrontés à un monde dont ils ne font pas partie, où Eustache ne se sent pas à sa place alors que sa sœur, venue à contre cœur, avec son goût de l’aventure, va accepter un baptême de l’air avec Dick, baptême qui va créer quelques inquiétudes, l’emporter au septième ciel alors qu’Eustache, égal à son tempérament, ne frôlera lui que le sixième après une proposition inattendue de Lady Nelly car :

Et bien, parce que j’imagine que vous en gardez toujours un en réserve. (p249)

Le personnage principal de cet opus reste Eustache même si sa sœur apparaît toujours en creux par sa personnalité et surtout par la place qu’elle tient dans l’existence de son frère. Toujours aussi attentionné et doux, Eustache continue d’être l’exact contraire de son aînée, effacé, peureux, inquiet, doutant de tout même de lui, il est à la fois admiratif de la volonté qu’elle déploie dans son travail et sa vie, attachée à son indépendance et envieux de sa capacité à s’affirmer sans tenir compte des remarques des autres. La grande beauté d’Hilda et son caractère ne laissent personne indifférent et lui ouvrent bien des portes même dans un monde où elle n’aurait sinon pas sa place.

Une sorte de barrière s’était édifiée autour de sa relation avec Hilda, une barrière qui ne laissait passer ni air ni lumière bannissait l’humour et imposait une attitude guindée. (p238-239)

Je dois avouer que j’ai pris beaucoup de plaisir à me replonger dans leur histoire et peut-être plus que lorsqu’il s’agissait de leur enfance. En effet les caractères et comportements pressentis dans leur enfance se confirment et prennent de l’ampleur car une fois  adultes et ils prennent leurs destins en mains. Hilda est à l’image des femmes modernes qui se veulent indépendantes et libres même si le fait qu’elle ne soit pas mariée à 27 ans, interroge, alors qu »Eustache demeure dans l’ombre, craignant le moindre changement ou événement. Pourtant cet opus se termine sur un éventuel basculement qui laisse entrevoir un bouleversement dans la vie des deux protagonistes (le dernier volet paraîtra en Mars 2022….. patience).

Dans la pure tradition de la littérature anglaise, l’auteur nous entraîne dans les liens familiaux et sociétaux mais également avec l’observation des attitudes et des rôles qui évoluent après la première guerre mondiale,  que ce soit sur la place que les femmes commencent à revendiquer à travers Hilda et le milieu très conservateur de la famille Staveley ancrée dans ses privilèges et traditions. Dick Staveley confirme une personnalité ambigüe, un politicien en devenir, qui, sous le charme d’Hilda, semble prêt à tout pour obtenir ce qu’il désire. Chacun des personnages est finement dépeint et restitué en particulier durant le séjour des Sherrington à Anchorstone, le domaine des Staveley où l’auteur dresse une galerie de portraits des plus savoureux dans la confrontation entre les mondes.

J’ai trouvé le rythme très agréable,  comportant de nombreux dialogues qui donnent à l’ensemble de la légèreté et à travers eux se dessinent les ambiances dans une institution telle qu’Oxford, sur la condition des femmes qui commencent à revendiquer des droits sans oublier les classes sociales et ce qui les oppose lorsque certaines sont de naissance et d’autres acquises.

J’ai beaucoup aimé, encore plus que le premier volet, L’Anémone et la crevette, peut-être parce que l’évolution des personnages m’a captivée, que je ne les avais pas perdus entre les deux lectures, preuve que l’auteur les avait bien installés précédemment en moi et que je les quitte sur un vol suspendu à des questions qui restent sans réponses que j’ai hâte de découvrir.

Traduction de Lisa Rosenbaum

Editions Petit Quai Voltaire ( La Table Ronde) – Mars 2021 (1ère édition 1946) – 295 pages

Ciao 📚

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.