Un mariage américain de Tayari Jones

UN MARIAGE AMERICAIN IGCelestial et Roy viennent de se marier. Elle est à l’aube d’une carrière artistique, il occupe un bon job et rêve de lancer son business. Ils sont jeunes, beaux, l’incarnation du rêve américain… à ceci près que Celestial et Roy sont noirs, dans un État sudiste qui fait peu de cadeaux aux gens comme eux. Un matin, Roy est emmené au poste, accusé d’avoir violé sa voisine de palier. Celestial sait qu’il est innocent, mais la justice s’empresse de le condamner à douze ans de prison. Les hommes comme Roy ont toujours constitué les coupables idéaux.
Les mois passent, la jeune femme tient son rôle d’épouse modèle, subvenant aux besoins de son mari et lui manifestant un amour sans faille, jusqu’au jour où son habit devient trop lourd à porter. Elle trouve alors du réconfort auprès d’André, son ami d’enfance et témoin de mariage. À sa sortie de prison, Roy retourne à Atlanta, décidé à reprendre le fil de la vie qu’on lui a dérobée…

Ma lecture

On ne choisit pas plus d’où on vient qu’on ne choisit sa famille. Au poker, on reçoit cinq cartes. Il y en a trois qu’on peut échanger et deux dont on ne peut pas se défaire : sa famille et sa terre natale.(p15)

Roy, Celestial et Andre ne m’ont pas convaincu enfin ce n’est pas qu’ils m’ont pas convaincus c’est plutôt que je ne me suis pas attachée à eux…..  La narration se fait d’abord à deux voix : celles de Roy et Celestial relatant leur rencontre et leur mariage rapide jusqu’à l’arrestation de Roy pour un viol qu’il nie avoir commis mais en Géorgie il ne fait pas bon être au mauvais endroit au mauvais moment surtout si vous être un homme de couleur.

Ensuite une troisième voix se fait entendre, celle d’Andre, ami commun des deux tourtereaux et grâce à qui ils ont fait connaissance. L’alternance de ces trois voix m’a parfois gênée, étant obligée de reprendre la tête du chapitre pour savoir qui parlait (surtout entre Roy et Andre).

J’ai trouvé que le roman n’arrivait pas à trouver son véritable thème : mariage, racisme, injustice, bien que Tayari Jones choisisse de toute évidence l’union de deux jeunes afro-américains, issus de familles de classes différentes et qui ne pourront vraiment apprendre à se connaître et approfondir leur lien suite à l’arrestation brutale de l’un d’eux mais sans oublier de toujours mettre en parallèle leur couleur de peau, leurs origines sociales mais de façon assez superficielle je trouve. L’histoire tourne en rond et le dernier tiers est particulièrement étiré et je n’avais qu’une envie c’est d’arriver au bout pour en connaître l’issue.

Un jeune couple peut-il résister à la séparation d’autant plus quand elle est synonyme d’emprisonnement, même si Celestial ne doute jamais de l’innocence de son mari, surtout quand ce couple n’en était qu’à ses balbutiements ? Je me pose la question de savoir si un couple blanc n’aurait pas pu être finalement le sujet du récit tant les origines des personnages ne m’ont pas semblé assez exploitées ou mises en avant. Elles sont surtout relatées à travers des aspects physiques, vestimentaires, musicales. Mais le titre du roman évoque un Mariage en Amérique et non une classe sociale et ethnique même si celle-ci apparaît en fond, donc il n’y a pas tromperie.

Par contre les personnalités de Roy et Celestial sont bien décrites et leurs évolutions tout au long du roman bien relatées. L’on comprend et ressent tout ce qui les sépare peu à peu, dans leurs comportements, leurs aspirations et nous sommes témoins à la fois de ce qui les unit mais également de ce qui les éloigne. J’ai trouvé également que les échanges épistolaires du couple pendant l’emprisonnement de Roy était une manière indirecte de relater le fossé qui s’installait entre eux au fil du temps.

Je me suis attachée beaucoup plus aux parcours des familles de Roy et Celestial, à leurs passés, leurs personnalités et aux liens tissés entre eux mais aussi leurs positionnements, leurs valeurs forgées grâce à leurs passés, face à un jeune couple qui cherche à la fois à se construire et à perdurer et en particulier l’amour sans faille qui unit Olive et Roy Senior.

Un roman qui se lit bien mais qui manque pour moi d’épaisseur, de consistance, de réel positionnement, que j’ai trouvé peut-être un peu trop superficiel même dans les questionnements de chacun mais peut-être suis-je d’un tempérament plus radical.

J’ai aimé mais j’en espérais plus.

Traduction de Karine Lalechère

Editions Plon – Août 2019 (Etats-Unis 2018) – 415 pages

Ciao 📚

2 réflexions sur “Un mariage américain de Tayari Jones

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.