Neverland de Timothée de Fombelle

NEVERLAND IG

Neverland est l’histoire d’un voyage au pays perdu de l’enfance, celui que nous portons tous en nous. À la fois livre d’aventure et livre-mémoire, il ressuscite nos souvenirs enfouis.

Ma lecture

Incipit :

Il y a dans les hauts territoires de l’enfance, derrière les torrents, les ronces, les forêts, après les granges brûlantes et les longs couloirs de parquet, certains chemins qui s’aventurent plus loin vers le bord du royaume, longent les falaises ou le grillage et laissent voir une plaine tout en bas, c’est le pays des lendemains : le pays adulte. (p7)

Ce livre est inclassable. C’est à la fois des pensées, un récit personnel, une évocation du temps qui passe et surtout un retour sur les souvenirs d’enfance : un son, une odeur, une image qui parfois ressurgissent et nous replongent à la fois dans le passé mais également dans l’enfant que l’on était.

Timothée de Fombelle dans cette courte narration qui n’est ni un roman, ni un journal mais plutôt une sorte de récit autobiographique, d’un retour sur le passé, sur ces instants dont on ne se rend pas toujours compte, quand on les vit de l’importance qu’ils ont pour notre futur, mais également de la place qu’ils vont tenir dans nos souvenirs en ressurgissant parfois au moment où on s’y attend le moins. A travers des paysages, une maison, des objets mais également des images mentales personnelles, l’auteur partage avec le lecteur ses propres souvenirs en particulier auprès de ses grand-parents, nous invitant sans le vouloir à regarder par dessus notre épaule, à penser à nos propres souvenirs ou évocations et à plonger dans nos propres parfums d’enfant.

Ne vous est-il pas arrivé à vous aussi de retrouver grâce à une odeur, un bruit, la chaleur d’un été, une sensation sur le corps,  une musique de faire un voyage dans le temps et de retrouver l’enfant que vous étiez, les sensations du moment évoqué et d’avoir à la fois un regard attendri sur lui mais également sur ces moments d’insouciance où l’avenir n’était même pas à l’ordre du jour et où nous ne pensions qu’à vivre l’instant présent. Ces souvenirs peuvent ressurgir n’importe où n’importe quand et l’on comprend que ce qui était insignifiant à l’époque prendre une autre signification à l’âge adulte, il nous construit parfois, laisse une trace indélébile malgré le temps.

Neverland, à la manière du monde imaginaire de Peter Pan, nous entraîne dans l’enfance de Timothée de Fombelle, un récit très personnel que j’ai aimé mais sans vraiment y pénétrer peut-être parce que ce monde est son monde et ne peut-être qu’évocateur pour lui mais il m’a malgré tout entraînée dans ma propre enfance, avec d’autres sons, d’autres souvenirs et c’était malgré tout une lecture aux accents tendres et nostalgiques mais que je ne suis pas sûre de garder en mémoire.

J’ai aimé.

Editions De La loupe – Février 2018 – 164 pages

Ciao 📚

6 réflexions sur “Neverland de Timothée de Fombelle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.