Jacky de Geneviève Damas

JACKY IG

Ibrahim Bentaieb, jeune Belge d’origine marocaine, fiché S, doit réaliser un mémoire de fin de lycée sur un sujet de société. Mais il est en décrochage scolaire et décide de jeter l’éponge, quitte à redoubler. Cependant son professeur veut à tout prix qu’il s’en sorte : « Choisis un sujet qui t’intéresse, peu importe ce que ce sera. » Ibrahim décide alors de consacrer son travail à Jacky, rencontré quelques mois plus tôt lors d’un atelier inter-écoles ; il venait de Beth-Yaldout, un lycée juif des quartiers chics de Bruxelles.

Ma lecture

Bruxelles –  Ibrahim Bentaieb est d’origine marocaine, Jacky Apfelmaum est juif. Tout les sépare et pourtant ils se complètent, allant jusqu’à ne pouvoir vivre loin l’un de l’autre, ils ont tant en commun à partager malgré leurs différences, malgré les autres. Ils devraient se haïr comme se haïssent leurs deux communautés et pourtant dès leur première rencontre un lien les relie qu’Ibrahim lui-même ne peut expliquer. Il a 18 ans, est en échec scolaire, est issu d’un milieu modeste, est fiché S depuis qu’un jour il a suivi une voie dangereuse et vécu une expérience traumatisante dont il paie le prix désormais. Mais grâce à l’attention que lui porte un professeur, Monsieur Lebrun, il va trouver le moyen de se raconter, peu à peu, parce qu’un adolescent cela ne se livre pas comme cela, facilement, qu’il y a des frontières difficiles à franchir, certaines plus que d’autres, parce que cette amitié improbable, il ne l’a pas totalement comprise mais il l’a vécue, dans son cœur et alors les mots lui viennent.

Jacky est son opposé : il habite les quartiers chics de Bruxelles, dans une famille aisée, marquée par les traumatismes de la deuxième guerre mondiale, il parsème son langage de termes anglais, aime le groupe Queen, réussit ses études et trouve en Ibrahim un peu de ce qu’il voudrait être.

Cette amitié a été immédiate, parce que c’était eux, au-delà de tout autre sentiment, abattant tous les préjugés et idées reçues, tous les obstacles,  ils ont découvert qu’ils pouvaient s’apprécier et même s’aimer uniquement pour ce qu’ils étaient, allant même jusqu’à faire découvrir et expliquer leur camp, leur vision, ouvrir des portes pour ouvrir les yeux.

A eux deux ils vont bâtir une solide amitié, s’engager, s’épauler, se motiver pour atteindre des objectifs à la fois scolaire ou artistique avec un projet graphique pour faire passer un message, mais les rancœurs sont tenaces et malgré leur volonté de briser des frontières, les tabous et de se lancer dans des challenges qu’on leur prédisait impossibles à tenir, leur entente va les faire grandir.

Ce livre je l’ai reçu en cadeau et il est toujours très risqué d’offrir un livre car la personne, la mieux attentionnée au monde, peut faire un flop et bien ici ce ne fut pas le cas. J’ai lu les confidences d’Ibrahim et il m’a beaucoup touché par la sincérité de ses aveux, avec ce qu’ils pouvaient avoir de sombres mais également de lumineux grâce à sa rencontre avec Jacky. Une rencontre peut changer une vie mais également sa façon de voir, de penser et même s’apercevoir que l’autre n’est pas l’ennemi catalogué, qu’il faut apprendre à se connaître, à se parler.

L’auteure dresse à travers Ibrahim deux portraits de deux adolescents de notre temps, avec ce qu’ils ont de nuances, de doutes, leur offrant sa plume pour qu’ils y mettent leurs mots, leurs langages, leurs univers pour en faire un roman où l’espoir d’un rapprochement est possible, quand on ne ferme pas la porte et qu’on sait reconnaître l’autre pour ce qu’il est et non pour ce que les autres en disent, en font, parce qu’il y a parfois sur votre chemin de jolies rencontres et d’autres qui vous emmènent en enfer.

Mon seul regret ne pas avoir eu les confidences de Jacky même si elles transpirent à travers Ibrahim. J’ai beaucoup pensé à Apeirogon de Colum Mc Cann et de l’importance de communiquer, que les murs peuvent  peut-être ainsi s’abattre, que l’on peut trouver des terrains neutres où peuvent se retrouver ceux que tout oppose au lieu de vivre dans des camps retranchés.

Un court roman intense, comme l’a été leur amitié, que j’ai dévoré grâce à la parenthèse imaginée par l’auteure dans les rivalités communautaires. Alors faisons un rêve : que d’autres jeunes dans la vie réelle (et j’ose imaginer que cela se produit) franchissent les frontières et découvrent que l’entente est possible. C’est à la fois plein d’espoir et triste à la fois parce que l’on sait que malheureusement ce n’est qu’un rêve et que l’ignorance, la violence prédominent toujours.

J’ai beaucoup aimé.

Editions Gallimard -Avril 2021 – 160 pages

Ciao 📚

6 réflexions sur “Jacky de Geneviève Damas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.