Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke

LETTRES A UN JEUNE POETE IGUn élève officier de l’armée austro-hongroise, aspirant écrivain, adresse ses tentatives poétiques à Rainer Maria Rilke et sollicite son avis. De 1903 à 1908, en quelque dix lettres, le jeune homme, alors à la croisée des chemins, hésitant entre la voie toute tracée de la carrière militaire et la solitude aventureuse de la vie d’écrivain, confie à son aîné admiré ses doutes, ses souffrances, ses émois sentimentaux, ses interrogations sur l’amour et la sexualité, sa difficulté de créer et d’exister.
Le poète lui répond. Une correspondance s’engage. Refusant d’emblée le rôle de critique, Rilke ne dira rien sur ses vers, mais il exposera ce qu’implique pour lui le fait d’écrire, de vivre en poète et de vivre tout court.

 

Ma lecture 

Lors de mes lectures le nom de Rilke revenait souvent et en particulier avec cet ouvrage dont le titre ne pouvait que m’inciter à le découvrir. J’aime beaucoup les correspondances, les échanges épistolaires surtout quand il s’agit de courriers d’écrivain(e)s car comme dans les journaux intimes, les personnalités se révèlent, se « lâchent » et ici je dois dire que j’ai été surprise du contenu.

Je pensais lire des conseils d’écriture d’un poète affirmé et reconnu à un apprenti-poète et finalement ce sont dix lettres d’un poète certes mais d’un philosophe à un jeune officier, Monsieur Kappus, celui-ci attendant un avis sur ses écrits et recevant finalement des préceptes de vie : la solitude, la vie, l’amour, la maturité, les choix, préceptes nécessaires selon Rilke au travail d’écrivain

Laissez à vos jugements leur évolution propre, silencieuse, sereine ; comme tout progrès, elle doit venir du fond de votre être et rien ne peut ni la presser ni la hâter. Tout est là : porter à terme, puis enfanter. Il vous faut laisser chaque impression, chaque germe de sentiment s’accomplir en vous, dans l’obscure, l’indicible, l’inconscient, le domaine inaccessible à votre propre intelligence et attendre avec une humilité et une patience profondes l’heure de la naissance d’une nouvelle clarté : cela seul est vivre pour l’art, qu’il s’agisse de comprendre ou de créer. (p19)

Comme je le précise souvent je ne suis pas lectrice de poésies et je ne pensais pas être aussi séduite par ces échanges que je pensais axés sur celle-ci et dans une langue difficile d’accès. Il n’en est rien ni pour la poésie ni pour l’écriture, les pensées. Rilke évoque peu les vers de son correspondant mais plus sur ce qui transpire à travers eux où à travers les courriers reçus du jeune homme. Au début le ton est assez distant, presque sévère puis au fil du temps on sent une certaine complicité voire de maître à élève teintée d’amitié sincère s’installer entre eux (il n’y a que les lettres de Rilke et pas celles de Kappus). Rilke voyage beaucoup, souffre souvent de maladies ou de fatigues qu’il évoque en introduction puis développe à son correspondant ce qu’il doit savoir sur la vie mais également sur ce qu’implique être écrivain.

L’écriture est de toute beauté, fluide, le poète argumente, démontre et se fait même parfois prophète :

Cette humanité que la femme a portée à terme dans la douleur et l’humiliation se révélera le jour où, en modifiant sa situation extérieure, elle se sera dépouillée des conventions de sa seule féminité, et les hommes, qui aujourd’hui encore ne le voient pas venir, en resteront surpris et abattus. Un jour (…) seront là la jeune fille et la femme dont le nom ne marquera plus seulement l’opposition au masculin, et aura une signification propre, qui n’évoquera ni complément ni frontière, simplement vie et existence : l’être humain dans sa féminité. (p46-47)

J’ai beaucoup aimé car il s’adresse finalement pas seulement à un jeune poète mais l’humain, un petit livre de philosophie à l’usage des hommes (et des femmes) sur les attentes, les espoirs, les interprétations et sur l’impatience alors que tout cela demande temps et réflexion. 

Une véritable bonne surprise, une écriture remarquable et une acuité sur le monde qui l’entoure, malgré son jeune âge à l’époque de la rédaction de ces lettres (de 28 à 33 ans) on a l’impression de lire l’analyse profonde d’un homme ayant déjà beaucoup vécu avec en plus une pensée réduite à l’essentiel et je comprends mieux pourquoi il apparaît comme référence dans de nombreux ouvrages. D’autres ouvrages de correspondances ont été publiés et même si je ne vais pas vers ses poèmes (mais pourquoi pas tenter) j’aimerais les lire car qui ne rêverait d’avoir cette faculté de rédaction.

A lire, à relire, à méditer…. Un petit ouvrage à garder à portée de main pour le réconfort qu’il procure dans les moments de doute, pour revenir à l’essentiel et pour apprécier une vraie belle plume.

Traduction de Josette Calas et Fanette Lepetit

Editions Mille et une nuits – Octobre 1997 (Première parution 1929)- 71 pages

Ciao 📚

9 réflexions sur “Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke

  1. je l’ai lu il y a très longtemps et beaucoup aimé cette belle relation d’amitié qui s’établit peu à peu entre les hommes, tout comme la manière dont sont présentées ces « leçons de vie »
    ta chronique me donne envie de le ressortir car il est toujours à portée de mains je lis aussi des extraits de temps en temps 🙂 je voulais le relire en entier mais le temps passe:-)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.