Anaïs Nin – Sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff

ANAIS NIN IG

Début des années 30. Anaïs Nin vit en banlieue parisienne et lutte contre l’angoisse de sa vie d’épouse de banquier. Plusieurs fois déracinée, elle a grandi entre 2 continents, 3 langues, et peine à trouver sa place dans une société qui relègue les femmes à des seconds rôles. Elle veut être écrivain, et s’est inventé, depuis l’enfance, une échappatoire : son journal. Il est sa drogue, son compagnon, son double, celui qui lui permet d’explorer la complexité de ses sentiments et de percevoir la sensualité qui couve en elle. C’est alors qu’elle rencontre Henry Miller, une révélation qui s’avère la 1re étape vers de grands bouleversements.

Ma lecture

Je n’ai jamais lu un ouvrage d’Anaïs Nin mais son nom apparaissait ici ou là comme une femme à la réputation sulfureuse mais dont je ne connaissais rien et la lecture de chroniques sur ce roman graphique (entre autres chez Mémoires de livres) m’a poussée à la découvrir à travers un roman graphique.
Anaïs Nin est la narratrice à travers son journal intime dans lequel elle confie ses pensées les plus inavouées à son double, la vraie Anaïs Nin, loin parfois de l’image qu’elle offre à son mari Hugo, banquier, ses rêves les plus secrets, ses attirances sexuelles qu’elles soient masculines comme sa liaison, entre autres, avec Henry Miller, ou féminines avec l’épouse de celui-ci June, mais également sa relation ambigüe avec son père tout en évoquant sa recherche d’écrivaine avec Henry Miller, son mentor, libérée à la fois dans son corps mais également dans ce qu’elle veut exprimer dans ses ouvrages.
Grâce à Léonie Bischoff et la manière dont elle restitue les différentes facettes du personnage, l’épouse insatisfaite, l’écrivaine en devenir explorant le domaine qu’elle veut explorer, l’amante découvrant le plaisir mais également la patiente en psychanalyse, j’ai découvert une femme en recherche d’elle-même, se libérant dans l’écriture de son journal et franchissant le pas en vivant ses fantasmes, assumant ses choix en bousculant les conventions et les règles.
Le franchissement du miroir des illusions, des vérités de l’intime, de ses recherches de cohérence entre le moi intime et la femme publique est parfaitement rendu et c’est une jolie découverte d’une écrivaine que j’ai désormais envie de lire dans le texte mais également une belle mise en dessins, parfois légers ou sombres, suivant les humeurs, interrogations de l’héroïne, les époques et les rencontres.

J’ai beaucoup aimé.

ANAIS NIN 3ANAIS NIN 2ANAIS NIN 1

Editions Casterman – Août 2020 – 192 pages

Ciao 📚

10 réflexions sur “Anaïs Nin – Sur la mer des mensonges de Léonie Bischoff

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.