Le messager de Leslie Poles Hartley

LE MESSAGER IG

1900 –  Léo, un garçon issu d’une famille modeste, est invité par son camarade d’internat à venir passer les vacances d’été dans sa famille de l’aristocratie britannique, dans le Norfolk. Il devient le messager d’abord ravi puis réticent entre la ravissante fille aînée de la maison, Marian, fiancée à un vicomte, et son amant clandestin, un fermier, Ted Burgess. Le jeune Léo, un peu désœuvré dans ce château, fait la connaissance de Ted Burgess qui le charge de remettre un billet à Marian. Il devient donc en quelque sorte le « messager du couple » tout en gardant le secret sur cette correspondance. Cependant la mère de Marian surprend Marian et Ted dans une grange voisine.

Ma lecture

Le passé est un pays étranger : on y fait les choses autrement qu’ici. (incipit)

Ainsi débute le roman narré à la première personne par l’enfant, Léon Colston, devenu un homme de plus de 70 ans, retrouvant son journal rédigé alors qu’il n’avait que 12 ans, pendant un été étouffant, durant lequel il passa quelques jours de vacances chez son meilleur ami, Marc Maudsley, dans la propriété de sa famille, Branham Hall, famille d’un rang supérieur au sien et où sont survenus des événements auxquels il fut mêlé.

Revisiter son enfance et retrouver les sensations du jeune âge mais en les analysant également avec le recul des années voilà ce dont Leslie Poles Hartley traite dans ce très joli roman dont Ian Mc Ewan ne cache pas de s’être inspiré pour la rédaction de Expiation et cet aveu à un peu gâché mon plaisir car Expiation a été un très beau moment de lecture dont je garde en mémoire tout le charme.

Leslie Poles Hartley, dont j’ai lu Eustache et Hilda tome 1 et tome 2 et dont j’attends avec impatience le tome 3 (prévu en Juin 2022), a publié ce roman en 1953 et axe son récit sur deux tons : celui de l’enfant qu’il était, très préoccupé par lui-même, le regard que l’on porte sur lui, la découverte d’une classe sociale aisée dont il est fier d’être assimilé pendant ce séjour mais également sur le regard de l’homme devenu adulte et qui revit les faits en portant un jugement sur l’enfant qu’il était. Il redonne au Léon de 1900 ses pensées, ses sentiments mais en déduit, maintenant qu’il est adulte, tout ce qu’il n’avait pas vu, compris, de ce qui se jouait en coulisses, entre adultes et c’est cette complémentarité parfaitement maîtrisée qui fait tout l’intérêt. 

Dans ce roman emprunt de tendresse et d’indulgence vis-à-vis de l’enfant qu’il était, le narrateur s’attache à refaire pas à pas, degré par degré (telle la chaleur de cet été), les étapes qui vont peu à peu mener au drame qui fera que cet été ne pouvait que déboucher sur un orage. On suit Léon dans ses tergiversations, ses hésitations mais également, grâce aux notes prises par l’enfant, ses manies et obsessions sur les températures, les rites qu’il observe, se sentant depuis longtemps en possession d’une maitrise sur le déroulé d’événements, se croyant détenteur de pouvoirs magiques et que le rôle de messager entre deux personnes va le conforter. 

Confronter le monde des adultes et leurs règles que ce soit de bienséance mais également de classes sociales à travers le regard porté par un pré-adolescent sur un monde dont il ne comprend pas toutes les subtilités, les sous-entendus, la portée des actes ne se fiant qu’à son instinct où ce qu’il pense être le mieux d’abord pour lui mais également pour ceux à qui il veut plaire est finement suggéré d’autant que l’homme adulte y ajoute ses propres réflexions.

Léon est subjugué par le monde qu’il découvre et ceux qui l’habitent, y trouvant son héros à travers le personnage du vicomte Hugues de Trimingham, revenu défiguré de la guerre des Boers et prétendant de Marian mais également un éveil à ses sens à travers celle-ci sans voir que tous l’utilisent d’une manière ou d’une autre pour obtenir ce qu’ils recherchent.

J’ai beaucoup aimé ce regard sur l’enfance, très juste, y incorporant les joutes verbales entre Marc et Léon, faites de rivalités amicales mais également rapports sociaux très marqués, entremêlant l’insouciance des jeux mais également l’observation du monde des adultes,  leurs caractères et attitudes vus à hauteur d’enfant mais complétés par le recul de l’âge, les manipulations psychologiques des adultes sur Léon pour obtenir ce qu’ils souhaitent et dont celui-ci ne voit pas le but. pour comprendre la vie et l’avenir qui l’attend,  acceptant de refaire le chemin de cette période de sa vie.

Que j’aime la littérature anglaise et la manière dont ses auteur(e)s ont de retracer à la fois les clivages sociaux mais également la psychologie des êtres en les mêlant à une intrigue que nous devinons, certes, assez vite mais qui n’est que le prétexte à évoquer, dans le cas présent, l’enfance à la fois dans son innocence, ses premiers émois et le regard qu’elle porte sur les « grands » par l’âge que ce soit par l’âge ou le milieu.

Qu’il est doux et difficile le temps de l’enfance où tout pourrait paraître sans importance mais qui parfois est lourd de conséquences.

J’ai beaucoup aimé.

LE MESSAGER FILM

 

Joseph Losey a adapté ce roman au cinéma en 1971, musique de Michel Legrand avec Julie Christie et Alan Bates dans les rôles principaux.

 

Traduction de Denis Morrens et Andrée Martinerie

Editions Belfond – Avril 2019 – 390 pages

Ciao 📚

7 réflexions sur “Le messager de Leslie Poles Hartley

    • Et bien le traitement du sujet est identique donc je n’avais pas la même découverte de l’exploration des sentiments de l’enfance et du ressenti de la culpabilité qui d’ailleurs est moins cher prononcée dans Le messager et beaucoup plus forte dans Expiation…. 😉

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.